L’étonnante reconversion du cycliste Bradley Wiggins / Justice des mineurs : une éducatrice témoigne / Le « stress » des aidants numériques

L’étonnante reconversion du cycliste Bradley Wiggins, ancien vainqueur du tour de France.

Bradley Wiggins,  médaillé olympique , vainqueur du Tour de France 2012 a décidé de devenir assistant social. Il souhaite s’écarter définitivement du monde du sport. L’information date de fin août mais elle mérite qu’on s’y arrête.

Pourquoi un champion  reconnu et respecté, pouvant se reconvertir et gagner beaucoup d’argent, fait le choix d’un tel métier ? il y répond dans cet article de GQ  qui reprend le  journal anglais « The Gardian » : le champion explique avoir vécu ou du moins vu  « des choses horribles » quand  il était enfant…  « Rien ne peut me choquer maintenant, et je veux utiliser cette force mentale en tant que travailleur social ». Il souhaite « aider les autres qui vivent des choses très difficiles ». Il précise que « Quand les gens diront :  « Oh, vous êtes ce cycliste »,  je répondrai :  « Non, c’était il y a quelques années. Je suis assistant social maintenant ».  (lire l’article du Gardian) (lire l’article de GQ)

Justice des mineurs : juge, éducatrice et avocate témoignent

La garde des Sceaux, Nicole Belloubet, a présenté  mercredi son futur «code pénal des mineurs» en Conseil des ministres. Libération en a profité pour aller à la rencontre d’un juge, d’une éducatrice et d’un avocat. Le reportage, signé Chloé Pilorget-Rezzouk et Anna Mutelet, débute par le témoignage de Marielle Hauchecorne, éducatrice SNPES-PJJ en milieu ouvert à Poitiers

« Aujourd’hui, on est à 25 jeunes en moyenne par éducateur, et nos conditions de travail se sont véritablement dégradées, de même qu’au sein des foyers. C’est extrêmement culpabilisant parce qu’on en vient à avoir l’impression de ne pas faire notre travail comme il le faudrait ».

«Avec la césure prévue par la réforme entre le jugement sur la culpabilité et le jugement sur la sanction, je me demande comment nous allons faire. Comment construire en si peu de temps une relation éducative et de confiance avec ces mineurs ? C’est une hypothèse qui ne prend pas du tout en compte la temporalité psychique si spécifique aux mineurs. (lire l’article de Libération)

Recours devant le Conseil d’Etat contre la circulaire relative à la transmission d’informations nominatives par le 115-SIAO à l’OFII

L’Association Nationale des Assistants de Service social (ANAS) et 29 autres associations ont déposé un recours devant le Conseil d’Etat. Elles souhaitent  d’obtenir en référé la suspension puis l’annulation de la circulaire du 4 juillet 2019 relative à la transmission d’informations individuelles et nominatives à l’Office Français de d’Immigration et de l’Intégration (OFII) des personnes demandant l’asile et des personnes réfugiées hébergées dans les centres d’hébergement d’urgence.

C’est une remise en cause du principe fondamental de l’accueil inconditionnel dans l’hébergement et une atteinte grave à la protection des données personnelles et individuelles des personnes sans domicile fixe hébergées  explique la Fédération des Acteurs de la Solidarité (lire le communiqué)

et aussi

Aidants numériques : des solutions pour garder confidentielles les données des usagers

Les aidants numériques sont à la peine. Comme je l’expliquais récemment à la Gazette des Communes : « Les professionnels se sont retrouvés face à des personnes en perte de droits, et ils n’ont trouvé d’autre solution que d’ouvrir des comptes à ceux qui ne maîtrisaient pas le numérique ». Il en découle une situation délicate pour les aidants : aider, au risque de se tromper. « Ils ont peur de faire une erreur qui pourrait nuire à la personne, ce qui génère de l’insécurité et du stress, car ils ne sont pas forcément aguerris à ce type de démarche. »

Laura Fernandez Rodriguez  rappelle à cette occasion que la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil) a élaboré un kit à l’intention des travailleurs sociaux. Il comporte un mandat formalisant l’accord entre l’aidant et l’usager, par lequel il fait part de son consentement. «Pour se protéger, il faut absolument que les aidants le matérialisent sur un support ». (lire l’article de la Gazette des Communes)

 

La photo est issue du site facebook de Bradley Wiggins 

Revue de presse réalisée avec le concours de Michelle Verrier Flandre

 

 

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Articles liés :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :