Les Régions et la formation des travailleurs sociaux :-( .. La Gironde aura son revenu de base.. Maraude avec « les gamelles pleines »..

  • «Les formations sociales ne sont pas une prioritĂ© des rĂ©gions» – Diane BossiĂšre:  (La Gazette ) PrĂšs de 62 000 Ă©tudiants sont inscrits dans les formations prĂ©parant aux treize diplĂŽmes du travail social, sous la responsabilitĂ© des rĂ©gions, cheffes de file de la formation professionnelle. Deux arrĂȘtĂ©s parus au « Journal officiel » le 21 juin viennent parachever la dĂ©centralisation en transfĂ©rant aux rĂ©gions l’agrĂ©ment des EFTS. Pour Diane BossiĂšre, dĂ©lĂ©guĂ©e gĂ©nĂ©rale de l’Unaforis, l’enjeu est dĂ©sormais d’ĂȘtre prĂȘt pour la rentrĂ©e 2018. Il s’agit de mettre en place les cinq nouveaux diplĂŽmes qui donneront accĂšs au grade de licence.
  • La Gironde se positionne pour expĂ©rimenter le revenu de base :  Le DĂ©partement souhaite lancer une expĂ©rimentation locale dĂšs 2018. AprĂšs un travail de consultation menĂ© en dĂ©but d’annĂ©e, l’hypothĂšse retenue serait de verser un revenu de 1 000 euros Ă  tous les adultes et 300 euros Ă  chaque enfant. Mais pour passer de l’utopie Ă  la rĂ©alitĂ©, il faut qu’une loi soit votĂ©e au niveau national.
  • Une maraude avec les Gamelles Pleines
 d’espoir, Ă  Rennes ! L’association lutte contre l’exclusion sociale des personnes en situation de prĂ©caritĂ© en intĂ©grant la dimension animale. Ce qui est rare pour en parler ! En effet, alors que l’on observe une nette augmentation du nombre d’animaux, en particulier les chiens, accompagnant les personnes sans domicile,  les rĂ©ponses institutionnelles et sociales restent insuffisantes et inadaptĂ©es Ă  la prise en charge du binĂŽme « homme-chien ». Rencontre, un soir de maraude


et aussi

  • EmmaĂŒs, bien plus qu’une grande brocante : À EmmaĂŒs, le principe d’accueil de compagnons est simple. « C’est un accueil inconditionnel, on ne cherche pas Ă  connaĂźtre le passĂ© des gens qui arrivent. S’ils travaillent pour la communautĂ©, ils peuvent rester. » En ce moment, des Congolais, des BĂ©ninois, des ArmĂ©niens, des Espagnols, des Polonais, des Libyens vivent ici… « Plus d’une dizaine de nationalitĂ©s diffĂ©rentes », souligne Jean Humeau. Certains restent quelques semaines, d’autres plusieurs dĂ©cennies. Tous sont accompagnĂ©s par une assistante sociale, qui les aide Ă  construire un projet sur le long terme.
  • Le DĂ©partement de l’IsĂšre devra assumer ses responsabilitĂ©s face aux mineur(e)s isolĂ©(e)s Ă©tranger(e)s. – La Cimade :  Les personnes reprĂ©sentant le Conseil dĂ©partemental de l’IsĂšre ne nient pas la carence des autoritĂ©s Ă©tatiques mais explique, pour leur dĂ©fense, « tout mettre en Ɠuvre pour l’accueil de ces jeunes Â» et de faire des efforts pour augmenter le budget et les places pour leur hĂ©bergement. La nĂ©cessitĂ© de prendre en charge les mineur(e)s isolĂ©(e)s Ă©tranger(e)s n’est donc pas contestĂ©e. Pour autant, aucune protection n’est proposĂ©e Ă  Elie. Face Ă  la situation de mineur en danger, le Tribunal Administratif de Grenoble exige le respect du droit : il adjoint au Conseil GĂ©nĂ©ral de l’IsĂšre de procĂ©der Ă  l’accueil provisoire d’urgence de Elie par les services de la protection de l’enfance.

Photo : pxhere.com (CCO)

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Articles liés :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :