Didier Dubasque
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Jean Castex annonce la création d’un comité des métiers sociaux-éducatifs ( + réactions )

L’annonce phare du premier ministre qui se traduit par une revalorisation des salaires des travailleurs sociaux de 183 euros par mois s’inscrit dans un plus vaste projet dit de « reconnaissance des métiers du travail social ».  « On fonde de grandes attentes sur les travailleurs sociaux » dit Jean Castex. « On leur demande de transformer sans cesse leurs interventions, de faire plus et mieux pour les personnes sans, leur en donner toutes les clés et tous les moyens. « On leur demande de prendre en charge la précarité des situations des personnes alors qu’eux-même se sentent parfois précaires ». (ils ne se sentent pas, ils le sont dans de très nombreuses situations).

Un premier ministre qui demande de « changer de braquet »

« Ces métiers, toutes les données l’indiquent, sont en effet marqués par des contrats courts des temps partiels, surtout pour celles des professions, il faut bien l’admettre, qui sont très féminisées et des niveaux de rémunération très bas. On leur demande d’accompagner les parcours des personnes en s’appuyant sur leur expertise tout en les privant parfois eux-mêmes de la possibilité d’avoir des parcours professionnels plus diversifiés et en ne reconnaissant pas suffisamment leur montée en compétence et leur prise de responsabilités ».

Le premier ministre parle de rigidité et de segmentation, d’hétérogénéité des cadres et des statuts d’emploi dans un paysage « très morcelé ». Il souhaite que cela change et demande pour cela de « changer de braquet ». « Il faut pour cela prendre ce sujet à bras-le-corps en nous tournant résolument vers une logique de filière ».

Un comité des métiers socio-éducatifs

En conséquence, le premier ministre a demandé aux « ministres compétents » de pouvoir installer d’ici avril prochain un comité des métiers socio-éducatif avec toutes les parties prenantes pour organiser  « un pilotage resserré de la bonne mise en œuvre d’un agenda pour ces métiers ».

C’est la mission qu’il donne à ce comité des métiers. Il devra traiter de la question majeure de la rénovation, de l’architecture, des qualifications et des diplômes, selon une cartographie qu’il espère consensuelle. Il est souhaité de mieux tenir compte et d’organiser le développement de nouvelles compétences. Cela va-t-il se traduire par une nouvelle réforme des diplômes ? La question est en tout cas posée. Le premier ministre estime que la situation est grave et que le travail social est menacé dans notre pays d’un lent affaissement, d’une implosion silencieuse et donc, avec lui la qualité de l’accompagnement que nous devons aux plus fragiles. Or, cela vient de loin estime-t-il sans souhaiter en préciser l’origine.

Jean Castex demande aussi d’évaluer les besoins en recrutement de nouveaux professionnels dans les toutes prochaines années. L’évolution du contexte et des nouveaux défis posés, les départ à la retraite, mettent la pression sur les acteurs de la solidarité.  Le premier ministre estime qu’il y a urgence : « On ouvre un processus » dit-il « mais je tenais à prendre des décisions tant que je suis en responsabilité ».

De multiples réactions suite à la conférence

Sans surprise Brigitte Bourguignon ministre déléguée chargée de l’autonomie a fait part de sa satisfaction face aux mesures annoncées. Elles viennent en complément des mesures prises en faveur personnes âgées dépendantes : « Comme l’a annoncé Jean Castex lors de la Conférence sociale, à laquelle j’ai participé, le va revaloriser de nouvelles catégories de professionnels du grand âge. C’est un marqueur de plus de notre engagement pour renforcer l’attractivité de tous ces métiers, » écrit-elle en précisant 3 fortes mesures à son sens : La revalorisation salariale à hauteur de +513€ nets/mois pour les médecins coordonnateurs en #EHPAD ,  la compensation par l’État des coûts de l’avenant 43 pour les Centre de soins infirmiers (CSI) associatifs et puis le co-financement par l’État et les communes, d’une prime de 183€ nets/mois pour les aides à domicile des Centres Communaux d’Action Sociale.

La ministre déléguée annonce aussi une nouvelle campagne de communication nationale visant à encourager les recrutements grâce à la valorisation des métiers du soin dans les prochaines semaines.

La Fédération des acteurs de la Solidarité : il ne faut pas de nouveaux « oubliés »

La FAS  estime qu’elle a permis de mettre plus que jamais en évidence la crise en cours des métiers du social (perte de sens, difficultés des conditions de travail, faiblesse des rémunérations, précarité) et les lourdes difficultés qui en découlent pour les salariés, comme les employeurs confrontés à des problèmes de recrutement et d’attractivité. La FAS salue la décision du Gouvernement, avec l’appui des départements, visant à étendre les revalorisations salariales du Ségur à 200.000 personnes dans les métiers du social et du médico-social y compris dans les secteurs de l’hébergement, du travail social de rue, de l’asile et de l‘insertion par l’activité économique. Mais précise-t-elle, elle veillera à ce que ces mesures se déploient rapidement, efficacement, et sans créer de nouveaux oubliés du Ségur.

Dans son communiqué la Fédération salue également l’annonce de mesures et de moyens financiers en faveur de la formation initiale et continue des métiers du social et de l’amélioration des conditions de travail. Elle s’est jointe à l’encouragement fait aux partenaires sociaux de mener à bien la refonte des conventions collectives du secteur, pour contribuer à la valorisation des métiers et à leur attractivité. En conclusion la FAS estime qu’il faut rester mobilisé avec l’ensemble des partenaires dans le cadre de la conférence sociale qui vient d’être ouverte.

NEXEM : « l’avenir du secteur se joue maintenant »

La Fédération des employeurs NEXEM avait quant à elle tenu son assemblée générale la veille de la conférence des métiers. Celle-ci a adopté une résolution en faveur de la construction d’une convention collective unique étendue à l’ensemble du secteur sanitaire, social et médico-social privé non lucratif. Cette assemblée générale donne mandat de négociation à Nexem pour la construction de ce projet avec l’ensemble des partenaires sociaux et les pouvoirs publics.

Pour NEXEM, « Seul un environnement conventionnel commun à tous les acteurs permettra d’appréhender la globalité des actions et d’assurer leur cohérence ». Cela tombe bien puisque c’est exactement la volonté exprimée par l’exécutif. « Seule une convention collective unique, constituée d’un socle de règles communes et de volets spécifiques aux activités couvertes, permettra de donner la marge de manœuvre nécessaire » écrit le syndicat d’employeurs.

La Convention nationale des associations de protection de l’enfance : il faut aller plus loin

Dans un communiqué, la CNAPE salue l’annonce du Premier ministre d’étendre aux travailleurs sociaux les revalorisations salariales accordées aux soignants. Mais précise-t-elle aussitôt, « cette reconnaissance attendue de longue date ne viendra cependant pas mettre un terme à la crise profonde que connait le secteur social et médicosocial ».

Il faut aller plus loin. « C‘est à un travail de fond que nous devons nous livrer ». Il s’agit de prendre en compte l’ensemble du problème qui conduit à la désaffection et au mal-être des professionnels : conditions de travail, adaptation des compétences, amélioration du rapport des associations aux pouvoirs publics, effectifs adaptés aux besoins, communication positive..

Lire aussi

 

Vous pouvez suivre ici la conclusion de la conférence des métiers avec les interventions successives de François Sauvadet, président de l’Assemblée des Départements de France suivi de celle de Jean Castex Premier Ministre.

 

Photo : Jean Castex (capture d’écran)

Partager

Articles liés :

5 réponses

  1. Bonjour. As en polyvalente de secteur au conseil départemental j imagine que nous sommes concernés ? Les départements sont ils dans l obligation de verser cette revalorisation ? Peuvent ils faire le choix de sélectionner les agents? Dans mon département le syndicat laisse entendre qu ils vont réfléchir a qui donner cette revalorisation sous entendant que nous ne l’auront pas tous…. avez vous des infos la dessus ? Merci.

  2. 183€ pour des gens qui parfois ne travaillent même pas pour le smic horaire …

    La légalité et l’égalité à la française pour les assfam qui travaillent 24/24 et 7j/7 sans aucun répit…

    Avec également la négation de la présomption d’innocence…

    Y a beaucoup de choses à faire

  3. Bonjour, petite question ? Les assistants familiaux sont classés dans quel catégorie des travailleurs sociaux. C’est bien beau de faire des annonces mais faudrait peut être que les gens qui sont réellement au cœur de métier et qui travaillent 24/24 soit enfin considéré. Et non. Pas comme toujours les pestiférés

  4. les annonces ne coutent rien
    pas étonnant que Brigitte Bourguignon soit satisfaite car elle a signé le rapport des Etats Généraux du travail social qui n’a été suivie d’aucun effet
    l’espoir des travailleurs sociaux et surtout des organisations représentatives est toujours aussi déconnecté de la réalité des usagers !!!

  5. Bonsoir,Les professionnels de terrain seront ils conviés ? Travailler à définir comment exercer nos métiers pour faire société , prendre soin des vulnérables quelqu ils soient

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Catégories
Tous les sujets
Rechercher