Les étudiants en renfort des services sociaux / Travailleurs sociaux, entre envie de servir et inquiétude / SDF : on se confine comment ?

La Direction Générale de la Cohésion Sociale (DGCS) a lancé hier un appel à la mobilisation des étudiants en travail social volontaires pour pallier aux absences sur le terrain. Les demandes sont de plus en plus nombreuses. De plus en plus de structures sont en difficulté pour tous les corps de métier.

Cette mobilisation passe par les centres de formations susceptibles de contacter directement les étudiants ou du moins de transmettre les contacts nécessaires.

Le média social  dans un article a contacté le directeur général de l’IRTS de Normandie-Caen. Jean-Michel Godet, a  été sollicité  par le Conseil Départemental du Calvados pour demander si certains étudiants ne seraient pas volontaires pour relever « les personnels qui manquent, déjà, cruellement » «Nous avons  lancé l’appel par mél à nos étudiants qui n’auraient pas de difficulté de garde d’enfant ou de santé »  Cette offre de renforts a été proposée aux quelque 650 sites qualifiants de la région, des maisons d’enfants aux Ehpad (lire l’article du média social)

L’ARIFTS, le centre de formation des travailleurs sociaux en Pays de Loire (je suis un des administrateurs) a mis en ligne une rubrique Coronavirus sur son site afin d’informer les étudiants mais aussi les formateurs occasionnels. Plusieurs adresses de messagerie spécifiques au Covid19 ont été créées afin de mieux gérer les messages. Ainsi par exemple, les professionnels peuvent faire remonter les besoins du terrain en écrivant à : recueilbesoinscovid@arifts.fr (attention cela ne concerne que la Région des Pays de Loire)

Covid-19 : travailleurs sociaux, entre envie de servir et inquiétude

En Belgique, le Guide Social explique dans quelles situations se trouvent les travailleurs sociaux de ce pays : il sont en première ligne pour aider les plus démunis à vivre malgré cette situation. Le secteur a reçu des indications de la part des autorités et poursuit sa mission, entre inquiétude et nécessité de continuer à apporter leur aide aux gens dans le besoin.

Le Guide Social  a interrogé Didier Neyrinck, qui est attaché de communication du CPAS de Charleroi : « En ce qui concerne les antennes sociales, on privilégie le contact par téléphone et on ne réceptionne que les urgences. Les rendez-vous qui avaient été planifiés sont réalisés par téléphone. On communique et reçoit les documents par mails ou photographies. Nous maintenons tous les services et faisons-en sorte d’éviter les contacts pendant au moins 15 jours. Nous sommes très souples pour que les gens puissent nous transmettre les documents nécessaires à la création ou l’application de leurs droits. Pour ce qui est de l’aide aux sans-abris, on maintient les structures et les abris de nuits, en étant attentifs à ceux qui sont malades pour les rediriger vers des médecins. »

Malgré le fait que tous s’accordent à louer l’importance de leur mission, l’inquiétude est présente chez les travailleurs sociaux. « Tout le monde est un peu inquiet, mais il n’y a pas de services fermés aujourd’hui. Nous voulons continuer à rendre service aux personnes. Notre souci reste d’éviter au maximum les contacts physiques »… (lire l’article du Guide Social)

SDF : on se confine comment ?

Face à l’épidémie du Covid-19, sans lieu de confinement, les sans-domiciles fixes sont plus que jamais vulnérables. Sarah Frikh, maraudeure, et Bachir, intervenant social, se battent pour aider le plus possible les personnes à la rue et les confiner comme le reste de la population.

L’excellente émission « les pieds sur terre » que j’écoute régulièrement a pris le temps de tendre le micro aux Les maraudeurs qui continuent à aider les SDF mais avec des masques et des gants, en respectant les 1 mètres cinquante de sécurité. C’est le cas de Sarah Frikh, lanceuse d’alerte sur la situation des femmes SDF et créatrice du mouvement Réchauffons nos SDF. 

Vous pouvez écouter ici l’émission ou sur le site de France Culture (30′)

Extraits de paroles des intervenants

« Ce qui est triste c’est que les SDF disent qu’ils sont déjà à la rue et qu’ils vont de toute façon mourir. Ils estiment que c’est une situation de fin, on n’a pas fait attention à eux et ils voient pas pourquoi aujourd’hui on va leur donner plus d’attention ».

« Les maraudes continuent, les distributions de repas continuent et moi je m’occupe des mises à l’abri. On m’a signalé énormément de femmes seules à la rue, de femmes avec enfants ou des femmes enceintes ». 

A Puteaux dans les Hauts-de-Seine, Maria, 72 ans :

« Personne n’est venu me voir, il y a juste la police municipale qui vient me demander si j’ai besoin du 115, c’est tout. De toute façon, le 115 ça répond pas, y a plus de place parce qu’ici on veut pas de gueux, des misérables, des gens qui ont pas d’argent, on ne dit pas mais on fait comprendre. »

« J’étais jamais malade mais s’il y a quelque chose qui m’arrive, je peux partir et franchement je ne demande même que ça ».

(lire l’article et les témoignages sur le site de France Culture)

et aussi

 

Photo : freepiK  @prostooleh  http://baliuk.com

Sélection des articles réalisée avec l’aide de Michelle Verrier Flandre

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Articles liés :

2 réponses

  1. Demander aux étudiants de venir en renfort alors même que la DGCS a suspendus l’ensemble des stages….?!
    Certaines structures ne vont donc plus gratifier les stages suspendus et ce sont les mêmes qui demandent des renforts d’étudiants ?! Ces mêmes structures qui rechignent à accueillir des étudiants en stage…?
    AS et formatrice, je n’arrive vraiment pas à me positionner quant à ces demandes de mobilisation d’étudiants…(les étudiants sont grands…ils feront bien comme ils veulent, mais franchement, cela questionne!).

  2. Il y a quelques jours cette même Direction Régionale a mis un terme aux stages des étudiants ASS en milieu hospitalier….

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :