Les 6 conditions nécessaires pour rédiger un rapport de situation sociale digne de ce nom.

Je travaille actuellement sur la pratique des écrits professionnels des travailleurs sociaux et cela m’a conduit à me pencher sur une étude assez ancienne qui date de janvier 1993. Elle s’intitule « Enquêtes sociale, fondements et légitimités ». C’est l’occasion d’en tirer quelques éléments encore utiles aujourd’hui. Cet écrit, à l’initiative du Ministère des Affaires Sociales de l’époque, avait été coordonné par Jacqueline Bonneau qui était conseillère technique et pédagogique à la Direction de l’Action Sociale. Brigitte Bouquet faisait partie du comité de rédaction alors qu’elle était directrice du CEDIAS.

Le terme « enquête sociale » est un abus de langage

Pour les rapporteurs ce mot « enquête » est impropre. Il devait être réservé aux demandes ayant un objectif de simple information ou de contrôle. Or les écrits professionnels, notamment des assistants sociaux, se situent dans d’autres finalités telles le soutien et l’obtention d’aides diverses légales et extra-légales. L’enquête appelée improprement « sociale » est par nature une ingérence dans la vie privée d’une personne.

Pour les rapporteurs qui ont rédigé là un texte qui défie le temps, le terme d’enquête doit demeurer limité aux actes initiés par la Justice, la Police ou l’Administration dans un but exclusif de contrôle et d’information. Or l’intervention sociale vise d’autres objectifs. La finalité est toujours l’aide et le soutien.  C’est pourquoi le terme de « rapport de situation sociale » devrait être retenu et systématiquement utilisé.

Qu’est-ce qu’un rapport de situation sociale ?

Ce rapport, qui est une transmission, (le fait de rapporter)  désigne une technique d’investigation  propre aux professionnels du travail social. Il explique un processus, un parcours et des évolutions  qui permettent d’éclairer le décideur et de comprendre pourquoi une aide particulière est nécessaire. Cette appellation rend mieux compte de la nature et de l’enjeu de l’acte professionnel

Le rapport de situation sociale fait appel à l’accord préalable de la personne pour sa rédaction. Son contenu lui est communiqué et la personne a bien évidemment le droit de ne pas être d’accord avec un éventuel avis du travailleur social sur la situation qu’il décrit. Normalement le travailleur social retire les éléments qui heurtent la personne concernée. Celle ci a aussi le droit de s’opposer  à ce que certains certains aspects relevant de sa vie privée soient supprimés.

Les six éléments qui caractérisent le rapport de situation sociale

le premier élément, déjà cité, concerne l’accord préalable de la personne concernée pour que le professionnel puisse s’engager dans sa rédaction.

le second élément est que cet écrit particulier permet de comprendre une situation en tenant compte du contexte social dans lequel la personne évolue. Cela permet aussi de proposer une évaluation. Cette évaluation n’est pas une note mais une façon de « donner de la valeur à » .

Le 3ème élément réside dans la détermination concertée des moyens à mettre en oeuvre pour la rédaction de ce rapport. Du temps, des rencontres, des avis échangés, des récits recueillis, un rapport de situation n’est pas un simple copié – collé de messages mails (si vous voyez ce que je veux dire)

Les 4ème et 5èmes  éléments reviennent à la personne concernée par cet écrit. Elle collabore et coopère à sa rédaction en transmettant son avis, mais aussi des éléments de compréhension de sa situation. De plus elle est inscrite dans le processus de communication de bout en bout, du début à la fin et non juste au moment d’un recueil de données..

Le 6ème et dernier élement porte sur le nécessaire la garantie de discrétion  excluant tout « publicité » à des tiers sur ce qui est écrit et sur ce qui se construit. C’est une garantie fondamentale du respect du sujet de droit précisent les rapporteurs.

Alors qu’en est-il aujourd’hui ? Nos écrits professionnels qui décrivent une situation sociale respectent-ils toujours ces 6 conditions ?

A vous d’en juger…

 

photo : Pixabay

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Articles liés :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :