Le travail social est en plein essor dans le monde entier, car il a fait ses preuves.

Le travail social est en plein essor dans le monde entier, car il donne des résultats :  Investir dans les services sociaux a un impact positif sur les sociétés. Le travail social est la profession qui connaît la croissance la plus rapide au niveau international – et dans de nombreux pays, les statistiques indiquent une expansion significative nous explique Rory Truell.

Aux États-Unis, par exemple, malgré les coupes dans l’administration publique par le gouvernement Trump, le Bureau of Labor Statistics prédit une croissance de 16% de la profession entre 2016 et 2026.

L’adhésion à la Fédération internationale des travailleurs sociaux a également connu une croissance sans précédent, avec une augmentation de 60% du nombre d’organismes professionnels nationaux reconnus entre 2011 et 2017.

Il y a plusieurs raisons pour lesquelles le travail social est un secteur en pleine croissance. L’un est une preuve tangible est le  rendement économique positif lorsque les gouvernements investissent dans les services sociaux . Lorsque les travailleurs sociaux sont actifs dans une communauté, cela a tendance à avoir un impact positif sur les taux de criminalité, les statistiques de la santé, la fréquentation scolaire et l’emploi. Une autre raison est que de nombreux pays adoptent une nouvelle législation reconnaissant le rôle vital que peut jouer le travail social.

L’exemple du Costa Rica 

Ce pays en est un bel exemple : Au Costa Rica, le gouvernement et les communautés locales se sont unis pour apporter des changements. Malgré des décennies d’aide de l’ONU et du gouvernement, 38% de la population vivait dans l’extrême pauvreté. Les travailleurs sociaux ont proposé une nouvelle approche. « Puente al Desarrollo – Un pont vers le développement »  est une législation basée sur les droits de l’homme qui a vu des agences gouvernementales et des communautés se rassembler pour aborder les problèmes sociaux – et aider les gens à réaliser leurs aspirations.

La nouvelle loi applique une approche de travail social pour répondre à toutes les questions qui contribuent à lutter contre la pauvreté et renforcer les systèmes communautaires d’auto-soins.

Cristian Rodríguez Barrantes, travailleur social intervient  dans les bidonvilles du Costa Rica qui sont sur une route de contrebande de drogue. Il décrit comment la loi fonctionne dans la pratique. «Nous avons un modèle à trois niveaux, en commençant par encourager tous les gens à participer à la conception de leurs propres services sociaux», dit-il. « Les communautés identifient leurs propres solutions. Cela rassemble les gens et ils pensent au-delà des services habituels et conventionnels. Ils veulent des programmes pour mettre fin à la violence, des chartes d’autonomisation à l’échelle communautaire pour les femmes et les filles, des cliniques de prévention de la toxicomanie et une éducation de base pour toutes les générations. Quand les gens ont des choix à faire, ils les font. « 

La phase suivante, le développement et le  pouvoir d’agir se traduit par des programmes d’éducation communautaire, tels que la formation informatique, l’anglais et le rôle parental. « L’éducation devient une partie de la vie quotidienne pour beaucoup », dit Barrantes.

Le dernier étage de ce processus est l’indépendance économique, ce qui implique de travailler avec le milieu des affaires pour créer des emplois. «Nous avons une pépinière d’entreprises dans chaque bidonville», explique Barrantes. «Les gens savent semer, ils savent grandir et fabriquer des choses, ils ont les compétences. Ce dont ils ont besoin, c’est de savoir comment utiliser leurs compétences au-delà du jour le jour; ils veulent des compétences en planification d’entreprise. « 

Bien que la législation n’ait été introduite qu’en 2016, des études ont révélé que l’année suivante, la pauvreté multidimensionnelle était réduite de 41%. Ceci a été réalisé sans aucun financement supplémentaire du gouvernement ou de l’ONU. Lors de l’ouverture de la conférence mondiale sur le travail social 2016, le secrétaire général de l’ONU, Banki Moon, a déclaré dans un message vidéo que les objectifs de développement durable ne pouvaient être atteints sans les travailleurs sociaux. Il avait raison – des travailleurs sociaux inspirants comme Barrantes sont nécessaires pour façonner ces services. Les réalisations des travailleurs sociaux au Costa Rica et dans de nombreux autres endroits ont mis en évidence la profession auprès des Nations Unies et des gouvernements qui veulent résoudre les problèmes de marginalisation et de pauvreté. De tels projets sont inestimables dans la promotion de la profession – et aident à faire des objectifs de développement durable une réalité.

Note : cet article est la traduction d’un écrit de Rory Truell secrétaire secrétaire généra de l’IFSW  la Féderation Internationale du Travail Social. Il a été publié le 2 juillet dernier dans le journal The Guardian

 

La photo est extraite du film de présentation par  de la Stratégie nationale pour la réduction de la pauvreté du gouvernement du Costa Rica dont le titre est « un pont vers le développement »

Vous pouvez visionner ici le film de présentation de cette stratégie mais c’est en espagnol..

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Articles liés :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.