le procès du meurtier de Jacques Gasztowtt éducateur tué à Nantes le 19 mars 2015 a débuté aujourd’hui

C’est dans une salle comble que ce procès vient de s’ouvrir. L’accusé, Florin Safta nie toute préméditation de son acte sur  notre collègue éducateur du SSPE ni sur sa compagne qui avait reçu plusieurs coups de couteaux après avoir été poursuivie dans la rue par l’homme qui est aujourd’hui dans le box des accusés. C’est en tentant de la protéger  dans les locaux du SSPE (Service Social de Protection de l’Enfance) qu’il avait reçu un coup mortel à la gorge.  La disparition de notre collègue avait soulevé une très grande émotion partout en France dans la communauté des travailleurs sociaux et même un peu au delà. Notre collègue avait reçu à titre posthume l’ordre national du mérite. Nous avions été 2500  Nantes à avoir voulu lui rendre hommage. Cette disparition tragique avait provoqué un choc dans la profession, nous rappelant que nos métiers ne sont pas sans risques, surtout si les moyens humains manquent dans les équipes de travail.

Lors de ce procès l’accusé a déclaré simplement qu’il « avait pété les plombs ». Mais l’argument ne tient pas quand on connait son passé de violences et de jalousie maladive décrite par des témoins.

La presse régionale  suit ce procès avec attention

Procès à suivre de près quant au contenu des débats…

Photo : issue du reportage de 2015 réalisé par TéléNantes :

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Articles liés :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :