Le « combat héroïque » de Philippe Toulouse, éducateur qui a lutté contre le « business de la détresse »

Il vient de publier un livre qui se veut un appel : “Les Invisibles : révélations sur le business de la détresse”. Philippe Toulouse, éducateur spécialisé raconte dans cet ouvrage ses combats en faveur des sans-abris. Il dénonce à cette occasion la mainmise, du pouvoir politique sur l’action sociale du Dunkerquois. « Dans ce récit haletant, digne d’un thriller, Philippe Toulouse raconte son combat, les intimidations, les menaces de mort, les gardes à vue qu’on lui a fait subir pour qu’il se taise. Il en sort aujourd’hui totalement blanchi : il a gagné l’ensemble de ses procès et a fait tomber la plupart des barons locaux, dont le maire de la ville » précise la présentation de son ouvrage.

Ce n’est pas le Baron noir mais cela pourrait aussi faire un bonne série bien que le sujet soit grave. « Au fil de mon itinéraire, je me suis aperçu que finalement il y avait énormément de monde qui était invisible ». déclare-t-il à la radio locale Delta FM. « Il y avait déjà les personnes qui sont à la rue et qui y vivent depuis de longues années », mais dit-il « il existe des systèmes de pouvoirs invisibles et la mainmise qu’ils peuvent avoir sur le système  associatif ».

« L’action sociale devient de moins en moins humaine ». il faut « remplir les structures de la protection de l’enfance » dit-il. Elles sont soumises à des chiffres , à des comptes et à l’argent… » « Le sens des métiers du travail social et de projets éducatifs, pédagogiques perd grandement de son sens finalement »… »Et je crois que c’est cela qui crée le plus de souffrance chez les éducateurs » conclut-il*

« En tant qu’éducateur spécialisé, j’ai vu énormément de gens qui mourraient dans la rue alors qu’on pouvait les aider en créant des structures adaptées et en professionnalisant les maraudes » dit-il à 20 minutes. « Je n’avais qu’une idée en tête : créer une maison pour les personnes sans domicile et éviter des morts ». Il s’estime alors peu aidé de la structure qui l’emploie et se tape à d’autres portes.

Un combat pour lutter contre la corruption

Il dénonce alors le pouvoir politique en place et n’y va pas par 4 chemins : « Je commençais à recevoir, par courriers, des exemples de détournements de fonds et d’abus de biens sociaux. Sur les documents on voyait les noms, prénoms et versements des « barons locaux » qui se faisaient notamment rembourser leurs taxes foncières avec l’argent de l’association? ». Des accusations graves car il  accuse les dirigeants de l’association pour laquelle il travaillait d’avoir détourné des fonds publics.

Les enfants étaient accueillis dans des taudis et la violence explosait. Notre collègue Fabrice a fini par se suicider. après des conditions de travail « exécrables »…

L’Association  dont il dénonce les pratiques est toujours sous le coup d’une instruction judiciaire. L’éducateur est soutenu par l’association Anti-cor 59 qui a étudié le dossier et lui assure un soutien sans faille.

Aujourd’hui c’est son livre qu’il défend en témoignage de tout ce qu’il a vécu. « C’est l’histoire héroïque d’un éducateur auprès des sans abris, qui dénonce la mainmise des barons politiques sur les associations pour détourner de l’argent et corrompre les élus. Dans ce récit haletant, l’auteur raconte son combat, les menaces de mort, les gardes à vue qu’il a subi pour le faire taire. Il en sort aujourd’hui en héros en faisant tomber le maire de la ville« .

les ivisibles

 

Photo : Philippe Toulouse avec Philippe Pascot à la librairie Libr/Aire le 6 février 2020 Co Anticor 59 créateur du post

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Articles liés :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :