L’aliénation parentale, un moyen de disqualification utilisé par certains parents maltraitants ?

Au Canada, le Syndrome d’Aliénation Parentale (SAP) toucherait environ 10 % des enfants dont les parents sont séparés. Introduit par Richard A. Gardner dans les années 1980, ce symptôme est identifié lorsqu’un enfant prend une part active au dénigrement, à la disqualification, à l’exclusion ou au bannissement d’un parent (le parent ciblé), et ce, sous l’influence de l’autre parent (le parent aliénant).

L’aliénation parentale correspond à ce que certains appellent communément un « lavage de cerveau » que subit l’enfant. Cela va l’amener à rejeter un de ses parents, généralement celui qui n’en n’a pas la garde. Il va alors développer un comportement particulier

Le site en ligne Clinique Psychologie Québec présente les 8 indicateurs de ce syndrome :

  1. L’enfant dénigre le parent ciblé
  2. Le dénigrement est construit sur des arguments absurdes, changeants
  3. L’enfant ne cache pas son animosité, il n’est pas ambivalent vis-à-vis du parent ciblé
  4. L’enfant prétend que personne ne l’a influencé, il se considère comme « penseur indépendant »
  5. L’enfant soutien de manière indéfectible le parent aliénant
  6. L’enfant ne se sent pas coupable vis-à-vis du parent ciblé
  7. L’enfant utilise des phrases et récits dictés par le parent aliénant
  8. L’enfant dénigre, voire rompt les liens avec le parent ciblé, mais aussi l’ensemble de la branche familiale à laquelle ce dernier appartient

 

Cette situation est problématique certes, mais que penser du fait que des parents maltraitants considèrent devant les tribunaux que leurs enfants les rejettent au nom de ce syndrome ? Grâce à un étrange retournement de situation, celui qui a été persécuteur, qui a maltraité son conjoint et parfois aussi ses enfants, s’estime à son tour persécuté par le refus de l’enfant de lui rendre visite au nom de ce syndrome.

Charlotte Proudman explique dans le journal The Gardian que l’aliénation parentale est devenue une « tactique de défense » souvent utilisée par les agresseurs domestiques pour discréditer leur ex-partenaire qui les accuse de maltraitance. Bien que l’aliénation parentale puisse être soulevée par l’un ou l’autre des parents, cette avocate considère que cette stratégie est massivement déployée comme une contre-allégation par les pères lorsque les mères tentent de prouver qu’eux-mêmes ou leurs enfants ont été victimes d’abus.

Le gouvernement du Pays de Galle a publié une recherche de l’Université de Cardiff dont les conclusions considèrent que ce syndrome est finalement très rare. Les éléments de preuves d’existence d’aliénation parentale sont très limités en raison d’un manque d’études empiriques solides. Il y a une absence de littérature sur la façon dont le concept d’aliénation est compris, évalué et utilisé du point de vue de la pratique. Les preuves empiriques limitées souffrent d’un échantillonnage médiocre ou d’une concentration sur des populations spécifiques, et ne peuvent donc pas être facilement généralisées.

Elle recommande aux tribunaux d’être extrêmement prudent lorsqu’ils doivent statuer sur des accusations qui mettent en cause un parent accusé d’être à l’origine de ce syndrome si particulier.  Dans  un documentaire télévisé diffusé par Channel 4 en Angleterre, des mères ont décrit leurs batailles juridiques épuisantes alors qu’elles tentaient de protéger leurs enfants. Leur ex-mari les avaient traînées devant le tribunal de la famille (pour enfant en France) après que leurs enfants aient refusé d’entrer en contact avec eux. Un cas est cité où le juge a ordonné à la police de retirer de force des enfants de leur domicile provoquant un drame familial intense.

Il y a donc à être très prudent avec l’usage de ce concept d’aliénation parentale. Il cache parfois des luttes sans merci entre des parents prêts à tout pour obtenir la garde de leurs enfants. Ce type de situation est particulièrement dommageable à l’enfant lui-même. Aussi certains placements provisoires peuvent être décidés par les juges le temps d’une investigation plus poussée permettant de mieux préserver l’enfant des conflits conjugaux et de mieux comprendre ce qui se passe réellement.

 

 

Photo créée par bearfotos – fr.freepik.com

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Articles liés :

Une réponse

  1. Ce documentaire et assez intéressant et complexe, d’où l’importance d’être bien équilibré.Il est important de pas prendre ces enfants pour pansement ; les enquêtes sociales parfois sont abusées (biaisées) au détriment des informations excessives des gens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :