L’alcool, grand absent du Grenelle des violences conjugales / Pourquoi supprimer l’ONPE ? / Ain : contre la déshumanisation des servies sociaux

L’alcool, « grand absent » du Grenelle contre les violences conjugales

«L’alcool est facteur majeur des violences envers les femmes» explique un collectif des proches de malades alcooliques (CoPMA) et des spécialistes de l’addiction. Ils réclament des mesures de prévention et de prise en charge dans deux lettres ouvertes adressées au gouvernement. En effet, une analyse des morts violentes au sein du couple survenues en 2018 montre que dans 55% des cas au moins l’un des deux, auteur ou victime, est sous l’emprise d’une substance (alcool, stupéfiants, etc.). L’alcool est « le grand absent » du Grenelle contre les violences conjugales avec un risque d’agression physique multiplié par 8 précise Ouest France.

Les spécialiste de la question demandent la création d’un registre des violences liées à l’alcool et aux psychotropes (avec leurs dosages systématiques) et l’analyse précise du rôle de ces consommations dans les féminicides sont préconisées pour mieux cerner l’ampleur du phénomène. Ils demandent en outre le renforcement d’actions contre l’abus d’alcool qui ont fait leurs preuves (lire l’article de Ouest France)

Pourquoi supprimer l’Observatoire national de la pauvreté ?

le gouvernement envisage de supprimer l’Observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion sociale (Onpes).  Libération publie une tribune à l’initiative d’universitaires qui explique que l’on peut dès lors s’interroger sur les raisons qui ont poussé les pouvoirs publics à vouloir supprimer un outil utile à la connaissance d’un problème aussi essentiel pour la cohésion nationale qu’est l’exclusion de plus d’une personne sur dix en France » est-il précisé. L’ONPES est un organisme unique en Europe.

« L’objectif recherché est-il de «casser le thermomètre» pour ne plus voir le malade ? » Dans ce cas, il ne serait pas nouveau. L’originalité de l’Onpes est de faire dialoguer deux formes de connaissance de l’exclusion : l’une « expérientielle »  (avec les personnes sui vivent la pauvreté) (et l’autre scientifique (avec des chercheurs et des universitaires). Avec la disparition de l’Observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion sociale, c’est un acquis majeur de la loi de 1998 de lutte contre les exclusions qui est aujourd’hui remis en cause conclut cette tribune. (lire l’article de Libération)

Les travailleurs sociaux mobilisés contre la déshumanisation des services

« Déshumanisation généralisée », « Travail social dégradé, public négligé », « Non à l’ordinateur entre l’usager et le travailleur social, priorité à la relation , « Dégradation globale », « Travail social menacé , nos enfants en danger de l’action sociale »… Ces slogan repris par le journal La voix de l’Ain donne à voir la tonalité de la mobilisation des travailleurs sociaux de ce Département.

Ce mouvement  proteste contre la réorganisation des services programmé  qui va impacter les futures conditions d’intervention des travailleurs sociaux. La question des locaux et la gestion électronique des dossiers cristallisent les inquiétudes. Le collectif estime que, face aux différentes évolutions technologiques, aux restrictions budgétaires et à la dégradation des conditions de vie des personnes, c’est une véritable crise de sens des métiers du social qui est posée et qui s’intensifie. « Alerter, ne pas se taire sur les dérives que subissent nos métiers, c’est nécessaire » a dit une syndicaliste dans une intervention ponctué par des applaudissements. (lire l’article de la voix de l’Ain)

et aussi

La reconnaissance faciale pour l’accès aux droits et prestations ?

Franceinfo vous propose un article à lire pour comprendre Alicem, l’application d’identité numérique par reconnaissance faciale qui fait polémique.  Ce n’est pas le scénario d’un épisode de la série dystopique Black Mirror, mais le projet du gouvernement baptisé Alicem, pour « Authentification en ligne certifiée sur mobile ». L’objectif est d’éviter d’avoir à retenir des mots de passe pour chacune des applications. Le smartphone devra à terme suffire pour gérer la totalité de ses droits. Mais voilà : cette reconnaissance faciale pourrait aussi devenir un fantastique outil de surveillance (comme cela existe déjà en Chine).

La Quadrature du Net, association de défense des libertés numériques, a récemment attaqué le décret autorisant la création d’un moyen d’identification électronique dénommé «Authentification en ligne certifiée sur mobile» devant le Conseil d’État en raison du caractère obligatoire de la reconnaissance faciale. La critique est en fait la même que celle que la CNIL avait formulé l’année dernière. (lire l’article de France info) (lire l’article de l’Express) (lire l’article de Igeneration)

 

Photo : Pixabay Jarmoluk

Revue de presse réalisée avec le concours de Michelle Verrier Flandre

 

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Articles liés :

Une réponse

  1. Il était passé dans un bar, il a picolé pour ensuite se rendre dans notre appartement et la tuer..
    Bonjour, j’aimerai à ma façon aider, aider par mon témoignage, sur ma propre vie,
    Juan-les pins en Janvier 1978, Mon père a poignardé ma mère à plusieurs coups de couteaux pour des disputes certainement anodines, j’avais 3 mois d’âge. Lui en garde à vu, ma mère à l’hôpital et nous les enfants au foyer dont moi à la pouponnière. Après quelques mois, ma mère avait trouvé le courage de lui pardonner, un geste pour ses enfants, pour nous.
    des années passent et là on est à Nice, après 4 ans ensemble, ils ont eu entre temps mon petit frère en 1980, et vers 1982, le problèmes ressurgissent, (pour faire cour) ma mère a été lâchement assassiné par mon père avec 44 coups de couteaux, morte agonisant dans sa mare de sang. père en prison, mère au cimetière et nous, enfants nous sommes devenus orphelins.
    ce que je vous ai raconté là est grave mais le plus grave encore c’est nous, les gamins qui sommes retrouvés orphe.
    lins et perdus et çà croyez moi est une très grosse tâche dans notre vie. merci pour ce que vous faîtes et n’hésitez point en cas de besoins. je temoignerai quand vous voulez et ou vous voulez.mo. tel est 0768622681.

    je remarque que le numéro d’urgences 3919 est lié à ma mère car le 39 est son année de naissance et le 19 est le numéro de la rue ou elle a été tuée!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :