La protection de l'enfance en danger, ça craque dans plusieurs départements…

  • Les départements sans moyens, la protection de l’enfance en danger : Les dispositifs prévus pour les mineurs (ou supposés mineurs), immigrés souvent non accompagnés, sont totalement saturés. Les départements qui les financent n’ont plus les moyens de faire face. Par Corinne Imbert, Sénatrice-Maire de Beauvais sur Matha, Première Vice-Présidente du Département de la Charente-Maritime. (L.R.)
  • Seine-Maritime : le personnel de l’aide sociale à l’enfance en grève contre le manque d’effectif. Il est arrivé, affirment les délégués CGT, au point de rupture, où ses missions de protection des mineurs ne peuvent plus être assurées dans de bonnes conditions, où le suivi des familles s’espace, et où les éducatrices et éducateurs risquent de se trouver dans des situations difficiles, voire violentes, faute d’avoir pu se déplacer à plusieurs pour garantir la sécurité.
  • Aide Sociale à l’Enfance et placement à l’hôtel : Devant l’extrême difficulté à trouver des solutions adaptées pour certains jeunes qui mettent en échec tout accompagnement ou dont les dossiers montrent qu’ils peuvent mettre en péril l’équilibre d’un groupe au sein de structures d’accueil classiques, la prise en charge à l’hôtel est ainsi proposée comme une alternative. (émission « sur les docks », France Culture)
  • Protection de l’enfance : «Le numéro de dossier l’emporte sur le jeune» : A l’occasion des assises de la protection de l’enfance, Adrien Durousset, ex-enfant placé, revient sur les dysfonctionnements de l’Aide sociale à l’enfance et propose des pistes d’amélioration.
  • Mineurs étrangers non accompagnés, le parcours du combattant :Ils arrivent d’Afrique de l’Ouest, du Proche-Orient ou d’Asie. En Maine-et-Loire, leur nombre a été multiplié par trois ces dernières, créant ici, comme ailleurs, débats et tensions autour de leur prise en charge. Entre soupçons de non-minorité et difficultés d’orientation, le parcours des mineurs étrangers non accompagnés tient bien souvent du combattant.

et aussi

  • Saint-Brieuc. Grève et occupation au conseil départemental.  Dès le matin une tente Quechua et un duvet ont été installé au centre de l’hémicycle du conseil départemental à Saint-Brieuc. Preuve que les agents du conseil départemental ont prévu une occupation qui risque de durer. Ils protestent contre la volonté de la majorité d’augmenter leur temps de travail.

 

Photo : Corinne Imbert sénatrice, vice présidente du Département des Charentes maritimes, au Sénat, lors d’une séance de  questions au gouvernement (photo du site du Sénat)

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Articles liés :

5 réponses

  1. En France la protection de l’enfance est une CALAMITÉ ! Un gouffre financier où certains se sucrent copieusement. AAE de Verdun (Meuse), 1 200 000 euros de chiffre d’affaire en 2009. Liquidités en banque 399 164, 81 euros au 31/12/2009, tout cela pour du travail de pitres.

  2. Ne pas placer des bébés parce qu’ils sont trop aimés, libèrerait aussi… quand on sait que plus tard ils haÏssent leurs parents et deviennent délinquants, ce qui appelle un autre placement!!!!!

  3. Libérez les enfants autistes détenus abusivement.
    Ça libérera de la place et des fonds.

    #affaireRachel, #Isère

  4. Comment et pourquoi vouloir essuyer la merde des autre nations, alors qu’on n’arrive déjà pas à gérer la nôtre!!!???. Comment gérer des mineurs migrants alors qu’on a déjà (soit-disant?) tant de mal avec les nôtres au sein de nos foyers familiaux et de la prétendue « protection de l’enfance »!.
    ARRETONS DE NOUS LAISSER MANIPULER, ET DE PERMETTRE QU’ON NOUS PRENNE POUR DES CONS!.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :