La prison, le plus bas de l’échelle sociale : 25 propositions pour s’en sortir

Emmaüs France et le Secours Catholique viennent de formuler 25 recommandations pour sortir du cercle vicieux prison-pauvreté. Il y a de quoi faire. En effet, les résultats d’une enquête pilotée par les 2 structures mettent en évidence l’existence d’un cercle vicieux de pauvreté-incarcération.  Il résulte en grande partie d’un impensé des politiques pénales passées et actuelles. Le premier constat accablant réside dans la surreprésentation des pauvres parmi les personnes détenues.

La synthèse de ce rapport permet de mieux comprendre les 25 recommandations suivantes qui sont argumentées :

  1. Récolter annuellement des données statistiques exhaustives relatives aux pauvretés vécues  avant, pendant et après la détention
  2. Développer massivement les alternatives à l’emprisonnement
  3. Refondre en profondeur la procédure de comparution immédiate
  4. Développer de façon importante  l’offre de postes de travail
  5. Approcher la rémunération minimale de celle de l’extérieur à tâche équivalente
  6. Garantir une meilleure protection sociale des travailleurs
  7. Permettre un accès égal des femmes au travail, à la formation et aux activités socio-culturelles
  8. Inscrire l’exécution de la peine dans un modèle de transition écologique
  9. La formation doit être qualifiante, correspondre aux offres d’emploi à l’extérieur et être rémunérée
  10. Les permissions de sortir en vue de l’immersion en milieu professionnel doivent être  favorisées
  11. La dotation mensuelle aux personnes objectivement repérées comme étant les plus  pauvres doit être portée à 50 euros
  12. Un mécanisme de contrôle de l’approvisionnement des stocks d’aides en nature doit être mis en place
  13. Une refonte du système des cantines est nécessaire
  14. La traduction en plusieurs langues de l’ensemble des documents relatifs à la détention doit être systématique, de même que le recours à de l’interprétariat professionnel
  15. Garantir l’accès des personnes étrangères à leurs droits en matière de séjour
  16. Diminuer le prix du téléphone et garantir une dotation minimale afin que les plus démunis puissent communiquer avec leurs proches
  17. Instaurer, sous conditions de ressources, la mise en place d’une aide forfaitaire pour le trajet et l’hébergement des proches venant en visite
  18. Développer la qualité des parloirs et le nombre d’unités de vie familiale
  19. Garantir un accès au numérique encadré en détention
  20. Créer un statut d’intervenant associatif dédié
  21. Renforcer les mécanismes d’accès aux droits en détention
  22. Préparer la réinsertion sociale des personnes à la sortie de détention en mobilisant un accompagnement social global tout au long de la peine, afin de lutter contre les ruptures de parcours
  23. Développer les aménagements de peine et peines exécutées en milieu ouvert
  24. Coordonner les interventions des différents acteurs intervenant auprès des personnes  placées sous main de justice
  25. Améliorer la prise en compte des besoins des personnes placées sous main de justice en intégrant les SPIP dans les différentes instances d’élaboration des politiques publiques de lutte contre l’exclusion

Ces propositions ont peu de chances d’aboutir quand on connait l’opinion des Français sur ce sujet. Dans une étude publiée en septembre 2019 par le ministère de la Justice, on apprend sans surprise que nombreux sont ceux ont des représentations influencées par les discours médiatiques et les prises de positions politiques.

Mais un espoir demeure, car dans une autre étude, elle aussi, publiée par le ministère de la Justice (juin 2013),  71% des Français, estiment que la prison doit changer, notamment en ce qui concerne les conditions de détention.

Il reste que la réalité carcérale n’est pas vraiment connue des Français même si plus d’un sur deux (53 %) pense qu’il lui est possible d’être mis un jour en prison. Il y a 4 typologies d’opinions sur ce sujet

  • Un peu plus d’un quart des Français (27%) ont une opinion globalement bonne sur la prison
  • Pour 18 % des Français, la prison dégage une image négative et doit être changée
  • Un quart des Français (26%) se déclarent partagés entre satisfaction et insatisfaction
  • 12 % de nos compatriotes se déclarent sans opinion particulière sur ce sujet

Cette étude date un peu. L’opinion des Français est peut-être aujourd’hui différente. Pas sûr que ce soit dans le bon sens.

Lire :

Emmaüs France a mis en ligne des podcasts que vous pouvez découvrir ici ou sur YouTube :

#1 | Qui sont les détenus

#2 | La détention, une expérience précarisante

#3 | Quelles perspectives après la prison ?

 

 

Photo créé par freepik – fr.freepik.com

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Articles liés :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Mon nouveau livre vient de sortir :
"Les oubliés du confinement"

Soutenez mon travail (et ce blog), en achetant un exemplaire !

%d blogueurs aiment cette page :