Julien Lauprêtre : Toute une vie en solidaire / IGAS : un enfant tué par ses parents tous les 5 jours / Baisse de 10 % d’éducateurs diplômés en 5 ans

Julien Lauprêtre : Toute une vie en solidaire

Au Secours populaire français depuis soixante-deux ans, il en était président depuis 1985. Communiste, ancien résistant, Julien Lauprêtre a voué sa vie à la lutte contre la précarité et l’injustice.  Il est décédé à Paris à 93 ans « des suites d’une chute ». Sa disparition a suscité un hommage unanime du monde associatif et politique, jusqu’au sommet de l’Etat. Un hommage à la mémoire de ce «grand combattant contre la pauvreté». Le compte Twitter du secours populaire recueille ainsi les messages de sympathie pour cet homme qui n’a jamais transigé sur les questions des moyens à donner pour lutter contre la pauvreté. Beaucoup de journaux ont apporté leur regard sur cet homme qui a eu une grande vie.

En France, un enfant tué tous les cinq jours par ses parents ou des proches

Un rapport élaboré par les inspections générales des affaires sociales (IGAS), de la justice (IGJ) et de l’éducation (IGAENR) a été remis jeudi dernier  au gouvernement. Il formule plusieurs recommandations pour lutter contre ces meurtres. Rappelons que ce sujet est  réabordé chaque année toujours sous le même angle. Ansi l’année dernière déjà  un rapport de l’IGAS sur les morts violentes d’enfants indiquait qu’en 2016,  67 enfant avaient été tués par un parent ou un membre proche de la famille soit un enfant tué tous les 6 jours.

La moyenne est passée à 72 victimes par an. C’est donc un chiffre en augmentation ce qui est inquiétant. Les rapporteurs préconisent  de mettre en place dans chaque département une commission d’experts qui serait chargée d’examiner a posteriori les cas de décès, afin d’analyser « ce qu’il s’est passé, ce qui aurait pu être fait différemment et comment les situations similaires peuvent être identifiées et prévenues ». Je me méfie pour ma part de ce type de pratique qui trouve souvent des explications à postériori et réécrit l’histoire du drame.

Rappelons enfin que les travailleurs sociaux ne sont pas des policiers et encore moins des officiers de police judiciaire. Ils n’ont pas de mandat pour surveiller et contrôler des parents maltraitants. Quand ils sollicitent des mesures de protection, il leur est souvent renvoyé qu’il n’y a pas de place ou que leurs inquiétudes sont excessives. Rappelons que les travailleurs sociaux sont d’abord là pour aider la population qui en a besoin.  (Lire l’article du Monde)

Educateurs spécialisés : le nombre de diplômés a baissé  de 10% en 5 ans 

Le nombre de diplômés de cette formation s’élève à 4.100 en 2017. Il a baissé de 10 % en cinq ans, ce qui s’explique en partie par un recul du nombre d’inscrits en première année depuis plusieurs années. Le mensuel « Santé Mentale » a repris les résultats d’une étude de la DRESS publiée en février dernier. C’est là qu’il est indiqué cette diminution notable qui est bien visible à travers le schéma suivant : il y a de quoi s’interroger sur l’écart entre les étudiants première année et ceux qui sortent 3 ans plus tard avec le diôme en poche.

graphique éducateurs

et aussi

Familles d’accueil au bord du burn-out

Professionnels depuis 2005, les assistants familiaux exercent, véritable sacerdoce, un métier en crise. Mal rémunérés, souvent débordés et confrontés à des situations qui empirent, eux et leurs familles renoncent, épuisés et désespérés. (Une enquête du journal Marianne mais réservée à ses abonnés)

 

 

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Articles liés :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :