J’ai été sauvé par l’Aide sociale à l’enfance / Quand la solidarité n’est pas un vain mot / AAH : les allocataires ont de quoi être inquiets

« J’ai été sauvé par l’Aide sociale à l’enfance, le documentaire de Zone Interdite ne représente pas mon vécu »

Cet article qui circule beaucoup sur les réseaux sociaux nous rappelle une réalité. De très nombreux enfants ont été en quelque sorte été sauvés par des mesures de protection de l’enfance. « Le lendemain du reportage, j’ai décidé de réagir avec d’autres jeunes anciens de l’ASE afin de donner nous aussi notre point de vue, car nous remarquons que certaines personnes parlent en notre nom sans aucune légitimité » explique Hamza Bensatem,  âgé de vingt-deux ans

« Il est important pour nous de donner un discours différent de ce que l’on voit habituellement dans les médias. Nous remarquons qu’il s’agit souvent des mêmes personnes qui ont eu un parcours compliqué et qui en font une généralité ».

« Les journalistes de M6 n’ont prêté ni regard ni aucun intérêt aux nombreuses réussites post-placement des enfants, comme si l’échec était l’unique issue. Or, ces succès de vie sont un exemple fort qui encourage les “ex-accueillis” sur le chemin de la réussite personnelle ».

« L’ASE est imparfaite, mais c’est un bout de ma vie »,

Sans nier les cas de mauvais traitements, le système de la protection de l’enfance est pointé du doigt sur ses défaillances et ses limites en termes de prise en charge. Oui, il y a sûrement des erreurs, je n’en doute pas. Mais mettre en évidence les pires côtés sans jamais faire référence à ce qu’elle peut apporter, c’est nier une partie de sa réalité.

« Alors, que serais-je devenu sans l’ASE ? Peut-être un délinquant endurci, peut-être un fugueur éternel, je ne veux même pas savoir. L’ASE est imparfaite, mais c’est un bout de ma vie, elle est encore présente, elle m’accompagne à chaque pas. Elle fait de moi ce que je suis et elle aura probablement un rôle déterminant sur ce que je déciderai de devenir ».

Merci Hamza ! (lire le témoignage complet de Hamza Bensatem sur le Huffington Post)

lire aussi le communiqué de l’Association Départementale d’Entraide des personnes accueillies en protection des Bouches du Rhône.

Quand la solidarité n’est pas un vain mot

Cela se passe à Guyancourt. Une expulsion d’un camp de Rom comme il en existe tant : dix personnes dont plusieurs jeunes enfants se retrouve à la rue. Le Samu Social ne peut offrir un accueil que pour une partie du groupe qui refuse de se séparer.

C’est sans compter sur la solidarité du quartier du Pont-du-Routoir. Abrité initialement dans le petit restaurant de Khalou, la famille est bientôt secourue par une dizaine d’habitants venant spontanément offrir des couvertures, des boissons et de la nourriture à la famille. Puis, un refuge est trouvé dans un appartement inoccupé d’un des immeubles environnants. Le lendemain, elle est accompagnée au centre social qui trouve une solution dans un hôtel social.

« Ici on a tous le sens du partage. Ça nous a tous fait bizarre de voir des enfants à la rue », commente Khalou. Il est heureux que face à un certain cynisme d’État, la solidarité populaire est encore vibrante. (lire l’article du Parisien)

Allocation aux adultes handicapés (AAH) : les allocataires ont de quoi être inquiets

Revalorisations insuffisantes, projet d’intégration de l’allocation dans le Revenu universel d’activité (RUA), rapport de la Cour des comptes fustigeant son mode d’attribution… L’État semble vouloir la peau de l’allocation adulte handicapée, touchée par plus d’un million de Français. Surtout, des annonces prévues lors de la Conférence nationale du handicap, le 11 février prochain, pourraient remettre en cause le mode d’attribution de l’Allocation aux adultes handicapés nous explique Florent LE DU du site Beaview

Le 20 décembre 2019, lors d’une réunion intergouvernementale,il a été annoncé que l’Allocation aux adultes handicapés devrait être incluse dans ce RUA.  Cela pose un énorme problème : la mise en place du RUA s’accompagnera de nouvelles «responsabilités» ou si vous préférez des obligations  pour les bénéficiaires, qui devront  s’inscrire dans un parcours d’insertion. A terme, ceux qui n’auront pas du tout travaillé ne pourraient plus toucher cette aide.

Cette intégration est donc totalement opposée au principe même de l’AAH. En effet, cette aide est justement prévue pour les personnes ne pouvant pas travailler, en raison de leur handicap.»

Intégrer l’AAH au Revenu universel d’activité n’a donc aucun sens. Pourtant le gouvernement insiste et promet, pour faire passer son projet, qu’aucune contrepartie de retour à l’emploi ne sera exigée pour les personnes en situation de handicap alors que la cour des Comptes cherche à diminuer le nombre d’allocataires en rendant l’accès à la prestation plus strict encore… (lire l’article détaillé de  Beaview)

et aussi

Rennes. Les salariés du médico-social n’en peuvent plus

Éducateurs, aides médico-psychologiques, auxiliaires de vie… 250 salariés du secteur médico-social, rassemblés le 21 janvier à Rennes, ont témoigné de la dégradation alarmante de leurs conditions de travail et par voie de conséquence, des conditions de vie des personnes dont ils s’occupent.

« Si l’hôpital est au bord du gouffre, nous, on n’est pas loin derrière », prévient une salariée s’occupant d’enfants en situation de handicap dans l’un des IME de la région. « On nous impose l’inclusion à marche forcée des enfants en situation de handicap, sauf que certains ne sont pas du tout aptes à le faire. Sans compter qu’il n’y a pas de places pour eux dans les collèges… » explique un éducateur.

« Nos métiers se déshumanisent » déplore Xavier, 49 ans, qui  est lui aussi éducateur. « Les moyens dédiés à l’exercice de nos missions ne cessent de baisser, alors que les besoins explosent ». ( lire l’article de Ouest France)

 

photo : Hamza Bensatem ancien de l’ASE président de l’ADEPAPE 13 sur son compte facebook

Revue de presse réalisée avec le concours de Michelle Verrier Flandre

Cette revue de presse a été rédigée pour une grande partie par mon collègue Tom Léducspé… Merci à lui pour ce coup de main 

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Articles liés :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :