Inquiétudes sur la future fusion des minima sociaux / Protection de l’enfance : « besoin de repères ? » / Main basse sur le logement social ?

Fusion des minimas sociaux: la crainte que les pauvres payent pour les pauvres

La concertation sur le RUA (revenu universel d’activité), qui ambitionne de fusionner le plus d’aides sociales possible, est lancée. Ce projet, concrétisé par une loi l’an prochain, applicable après la fin du quinquennat inquiète un grand nombre d’associations. la journaliste de Médiapart Mathilde Goanec rappelle qu’Emmanuel Macron l’a expliqué plusieurs fois : il souhaite une aide unique, simplifiée, pour éviter le non-recours et la « stigmatisation » des usagers. À titre d’exemple, un tiers des personnes éligibles au RSA ne le réclame pas. Mais les mots sont parfois trompeurs, car le RUA n’aura rien d’universel : il sera non seulement conditionné, comme aujourd’hui, aux revenus, mais également à une activité.

« À cette idée, les associations s’affolent » écrit-elle « Conditionner des droits à des devoirs, ou inversement, c’est juste insupportable », s’insurge Thierry Kuhn, ancien président d’Emmaüs France, mais aussi directeur d’une structure d’insertion en Alsace. « Les citoyens, que l’on soit Bolloré ou le plus pauvre des pauvres, ont des droits et des devoirs, les deux ne sont pas liés entre eux ! Chaque personne est différente, nous n’avons pas tous les mêmes difficultés, parfois on est totalement découragé et il faut du temps pour se raccrocher à un projet de vie. Ce temps-là, il faut le respecter » Sans compter l’état du marché de l’emploi, ainsi que la capacité actuelle des travailleurs de l’insertion d’accompagner véritablement les bénéficiaires du RSA, souvent très éloignés de ce marché. Bien d’autres points d’interrogations sont abordés dans cet article qui rappelle que la réforme, devant s’engager à moyens constant provoquera fatalement des gagnants et des perdants. (lire l’article de Mediapart)

Vous pouvez encore vous inscrire aux assises nationales  de la Protection de l’Enfance 

Elles se tiendront, rappelons le à Marseille les 4 et 5 juillet 2019. Il reste des places. Son thême porte cette année sur le « besoin de repères ». (un terme qui peut être compris à double sens) Sur ce sujet un questionnaire en ligne vous est proposé. Il vous demande notamment si vous vous même avez besoin d’avoir plus de points de repères (entendez aussi par là des normes et des bonnes pratiques) dans des domaines tels l’accompagnement et l’évaluation. Comme à chaque édition les résultats de cette enquête seront communiqués à l’occasion de ces journées. Vous trouverez ici le programme détaillé ainsi qu’ici la version « papier » de votre inscription (à imprimer).

Quand la finance fait main basse sur le logement social

A Lyon, les bailleurs sociaux s’alarment de l’intérêt spéculatif que les investisseurs privés portent à leur secteur. Le Journal Le Monde est allé vérifier ce qu’il en est. Dans la plupart des grandes villes européennes, le nombre de sans-abri explose et sature les centres d’hébergement. « Il y a une crise du logement à l’échelle mondiale. C’est la crise sociale la plus importante du moment, aussi urgente que la crise climatique » indique Leilani Farha, rapporteuse de l’ONU pour le logement abordable. La financiarisation du logement social est devenue une réalité en Allemagne, en Suède et au Pays Bas.

« Cette financiarisation menace-t-elle la France ? Pas encore » répond la journaliste Isabelle Rey-Lefebvre. « mais la tentation et les tentatives sont bien là. André Yché, patron de CDC Habitat, filiale HLM de la Caisse des dépôts (495 0000 logements), rêve de s’associer à des investisseurs privés. Il l’a déjà fait pour sa filiale Adoma qui, avec un pôle d’assureurs, a racheté soixante hôtels Accor pour loger des migrants, ainsi que pour sa filiale de logements dits «intermédiaires», un « produit » très apprécié ».

La journaliste rapelle  le succès de l’appel d’offres de la SNCF pour la cession, en octobre 2018, de 4000 logements d’un patrimoine bien situé, près des gares d’Ile-de-France : un groupement associant Swiss Life, CDC Habitat et la foncière allemande Vonovia, l’a emporté pour 1,4 milliard d’euros. Et de conclure : les Organismes de logement social sont fragilisés. « L’étape suivante, c’est de les obliger à vendre, d’abord à leurs occupants ou à des particuliers et, si ça ne suffit pas, en bloc, à des investisseurs. La loi portant évolution du logement, de l’aménagement et du numérique, adoptée le 28  novembre  2018, a déjà ouvert cette possibilité pour les immeubles à loyer intermédiaire, de plus de quinze ans ».

et aussi

Médiation familiale : rétablir le dialogue pour apaiser ses souffrances

Le journal Le Télégramme a suivi une permanence de médiation familiale tenue par l’association Ambo et par l’Udaf du Morbihan, au tribunal de Lorient.  « La clé : réamorcer le dialogue au sein des couples qui s’écharpent, lors des séparations ». Ce n’est pas si simple « Tant que ce conflit n’est pas retombé, les adultes n’arrêteront pas de retourner devant le juge car ils chercheront à être reconnus dans leur souffrance liée à la séparation. 90 % des situations que l’on a à connaître relèvent de divorces ». La journaliste Christine Le Moing explique la méthode qui lui est présentée : « Une fois par mois au tribunal, en toute confidentialité, est proposé un premier rendez-vous d’information pour expliquer en quoi ça consiste et comment ça fonctionne. Les 45 à 60 mn d’entretien sont l’occasion de voir si la personne s’inscrit bien dans une démarche d’ouverture … » (lire l’article du Télégramme)

Travailleurs sociaux et entrepreneurs sociaux explorent les raisons du malentendu

Au-delà des caricatures et des procès d’intention, qu’est-ce qui sépare et qu’est-ce qui réunit les acteurs historiques de l’action sociale et les porteurs de projet ou dirigeants de structure se revendiquant de l' »entrepreneuriat social » ? C’est la question qui est posée dans cet article de la Banque des Territoires.

 

La sélection des articles a été réalisée avec l’aide de Michelle Verrier Flandre

Photo : Pixabay « rien dans les poches »

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Articles liés :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :