Handicap : une humanité à deux vitesses ? / Micro-crèches : une enquête édifiante / Nous les invisibles…

Accueil des personnes handicapées : une humanité à deux vitesses ?

Le Média Social a récemment publié une tribune regroupant des responsables associatifs et gestionnaires de structures médico-sociales dans le domaine du Handicap. Elle est assez révélatrice de la situation dans ces établissements. Leurs auteurs ne mâchent pas leur mots pour exprimer leur colère.

« Le scandale dans le secteur du handicap n’est pas le détournement de richesses, mais bien l’abandon des plus fragiles par lâcheté, ou pire, désintérêt politique », dénonce le collectif. Il s’alarme de « l’avènement d’une humanité à deux vitesses, notamment à la suite de démissions massives des professionnels du secteur et par notre incapacité depuis un an à recruter du personnel à la hauteur des besoins des personnes en situation de handicap. »

Plusieurs raisons sont évoquées quant à la Grande Démission dans les établissements accompagnant des personnes handicapées : 

  1. Les contraintes des métiers du médico-social ne sont pas en phase avec les aspirations sociétales nouvelles. Les personnes très dépendantes, le sont H24, 365 jours par an. Les plannings doivent correspondre à leurs besoins vitaux. Les paies insuffisantes, l’absence d’avantages liés à la pénibilité du travail, les contraintes horaires, le manque d’effectifs…
  2. Le secteur souffre aussi d’une concurrence déloyale avec le secteur sanitaire. Le Ségur « sanitaire » représente une somme de 9 milliards d’euros pour un périmètre d’environ 1,5 million de salariés, contre 500 millions d’euros environ pour le secteur social et médico-social, à effectif comparable… soit 18 fois moins !
  3. Le modèle économique des établissements est contraint, le secteur médico-social agit par délégation de service public, sans but lucratif, sous contrôle de la puissance publique. Le secteur est financé par elle sur des bases qui lui sont dictées, au contraire du reste de l’économie qui peut ajuster le prix de ses prestations

 

 


Micro-crèches : l’enquête édifiante de la DGCCRF

Laetitia Delhon, journaliste spécialisée dans le travail social et médico-social n’en revient pas ! Elle est allée regarder dans le détail pour le site l’assmat ce que révèle une récente enquête menée dans le secteur des micros-crèches par la Direction générale de la consommation, de la concurrence et de la répression des fraudes (DGCCRF). Ce n’est pas triste, c’est plutôt assez affligeant.  On y apprend d’abord que ce secteur n’avait « jamais été investigué au niveau national sous l’angle de la protection économique des consommateurs ».

C’est une boîte de Pandore en matière de mauvaises pratiques qui est ouverte, explique la journaliste :  après avoir effectué des contrôles en 2021 dans 364 micro-crèches, le taux « d’anomalies » recensées s’élève à 79% soit deux établissements sur trois. Avec un florilège de manquements au respect du droit : cela a donné lieu à 208 avertissements et 80 injonctions de mise en conformité. La journaliste s’étonne au passage su silence du ministre des Solidarités sur ce sujet quand même assez sensible après les drames survenus récemment. (lire l’article de l’Assmat)

 


Nous les invisibles…

Lien Social donne la parole à L., secrétaire médico-sociale depuis 15 ans. Elle pousse un coup de gueule et dénonce sa situation et celle de ses collègues de même profession : « Mes collègues, travailleurs sociaux, psychologues, chefs de service même, ont tous eu droit à la revalorisation salariale grâce à la prime Ségur. Nous, personnel administratif, mais également le personnel d’entretien, n’avons eu droit à RIEN DU TOUT ». écrit-elle « Il me semble que nous faisons, nous aussi, partie du secteur, et que nous avons, nous aussi, été impactés par la charge de travail supplémentaire ces dernières années »…/…

Nous les avons secondés, voire remplacés (alors qu’ils sont payés bien plus que nous), pendant la crise covid et beaucoup de tâches sont toujours effectuées par nous. Nous avons subi des absences de personnel tout comme eux, et avons dû aussi pallier cela. J’aimerais qu’on entende aussi ce qu’on a à dire, nous, le personnel administratif, » …/… « y compris dans les sièges sociaux où la charge de travail est énorme ! » (Lire la tribune dans Lien Social)

lire sur ce sujet : Éloge des secrétaires médico-sociales, ces « oubliées » du travail social..

 


lire aussi

 

Vous êtes allé(e) au bout de cette revue de presse ? Bravo et merci ! Merci aussi à Michelle Flandre qui m’a aidé à la réaliser

Photo : freepik  master1305  @master1305

 

Partager

Articles liés :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

26e journées d'étude et de formation :

"Aux risques des protections
des enfanceS"

du 14 au 16 novembre 2022 à Paris 13e

%d blogueurs aiment cette page :