Handicap : les associations inquiètes / le bracelet électronique pour les conjoints violents / RSA : que dit la loi sur le bénévolat obligatoire ?

Handicap: la « société inclusive » prônée par le gouvernement inquiète les associations

Le magazine L’Obs en ligne publie un article de l’AFP qui explique que la secrétaire d’Etat  Sophie Cluzel, veut développer une « société inclusive », qui ne cantonne pas les personnes handicapées dans des institutions spécialisées. Si les associations de personnes handicapées disent globalement partager cet objectif, elles font part de leurs doutes quant au « chemin pour y parvenir ». « Avec la priorité donnée au « milieu ordinaire », de nombreuses familles craignent que leurs enfants, pour qui les instituts médico-éducatifs restent souvent la seule solution, n’y bénéficient plus d’une scolarisation adaptée ». Interrogée par l’AFP, Mme Cluzel affirme de son côté qu' »on ne va pas du tout vers une inclusion au rabais » mais qu’il n’est pas dans son intention de fermer les établissements, mais au contraire de les ouvrir sur la société ». (lire l’article AFP sur le site de l’Obs)

Violences conjugales: Le bracelet électronique pourrait être testé partout en France

Le journal 20 minutes nous apprend que « le bracelet électronique pour les conjoints violents pourrait être testé partout en France. La ministre de la Justice, Nicole Belloubet, s’est dite, sur LCI, «totalement en faveur» de ce dispositif qu’elle souhaite mettre en oeuvre «le plus tôt possible». Ce dispositif qui a fait ses preuves en Espagne mais encore jamais testé en France, malgré son inscription dans la loi. «Ce n’est pas une expérimentation que je veux, je vais tout de suite passer à la généralisation» dans la France entière, a-t-elle ajouté. Ce «dispositif électronique de protection anti-rapprochement» (DEPAR), permet de maintenir à distance les ex-conjoints violents. » (lire l’article de 20 minutes)

Bénévolat obligatoire pour toucher le RSA : quelles conditions impose la loi ?

Le journal Marianne revient sur ce sujet qui fait couler beaucoup d’encre. Il rappelle que « Théoriquement, selon la loi, on ne peut pas obliger un allocataire du RSA à faire 35 heures de bénévolat par semaine, comme le département de l’Aisne l’a décidé ce 24 juin ». Mais comme l’expliquait Yves Faucoup sur son blog, ce n’est pas vraiment de cela qu’il s’agit mais plutôt d’un « coup de communication » du président du Conseil Départemental de l’Aisne. Bon ceci-dit Marianne rappelle que les heures de bénévolat ne peuvent conditionner l’obtention du RSA que si elles sont prévues contractuellement, comme l’a rappelé la décision du tribunal administratif de Strasbourg en octobre 2016. On en peut que  le rappeler aux éventuel allocataires qui s’inquiètent… (lire l’article de Marianne)

et aussi

En pleine canicule, la préfète d’Indre-et-Loire a laissé des familles à la rue

«Nous ne pouvons rien pour eux». Au premier soir de l’épisode caniculaire, les services de l’État auraient refusé de prendre en charge des familles sans solution d’hébergement. C’est ce que dénonce le média collaboratif « La rotative » : cinq familles avec des enfants âgés de 1 à 3 ans, ainsi que des hommes seuls, tous sans solution d’hébergement, sont venus désespérément demander l’aide des associations. Parmi ces personnes, une famille serbe avec un fils en situation de handicap et des parents âgés et malades. Le 11 juin dernier, la justice avait condamné la préfecture à mettre à l’abri cette famille, qui représente un cas d’extrême urgence. Les membres du collectif Accueil Sans Frontières en Touraine ont  dénoncé «un cas flagrant de non-assistance à personne en danger». (lire l’article sur la rotative)

 

Revue de presse réalisée avec le concours de Michelle Verrier Flandre

Photo :  Frédéric BISSON Place handicapé le 15/10/2010 Certains droits réservés

 

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Articles liés :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :