Grand débat : « donner la parole aux plus pauvres » / Toujours plus de jeunes mères SDF / Quand une EJE fait le choix du « libéral »

Grand débat : Louis Gallois veut « donner la parole aux plus pauvres »

« Nous souhaitons que les doléances des plus pauvres soient traitées à égalité avec l’ensemble des propositions » : le président de la Fédération des acteurs de la solidarité (FAS), veut faire entendre les préoccupations des plus pauvres.  Il invite donc les 850 associations de la FAS qui travaillent dans le champ de la lutte contre l’exclusion à organiser elles-mêmes des réunions, et leur enverra mardi, par mail, un « kit méthodologique » pour les y aider. Il explique la démarche au JDD dans un entretien.

Toujours plus de jeunes mères SDF au sortir de la maternité

De nombreuses maternités sont confrontées à des cas de mères qui accouchent sans avoir de lieu d’hébergement à la sortie. Un phénomène qui touche surtout les établissements d’Ile-de-France. Selon l’Agence régionale de santé (ARS), le phénomène touche en particulier douze établissements en France, qui signalent au moins un cas par semaine. Parmi ces maternités, onze sont en Ile-de-France. Dans la région, au moins 2400 femmes se sont retrouvées dans cette situation en 2017. Un chiffre en hausse par rapport aux années précédentes (2000 en 2016) et encore, ce ne sont que des estimations partielles, souligne l’ARS. Pour certaines, une fois sur le territoire français, avoir un enfant d’un père français est un pass pour obtenir un droit de séjour. «Il y a des cas de « bébés-papiers ». C’est une question de survie pour ces femmes, elles n’ont pas le choix», explique Béatrice Bilde, directrice de la résidence maternelle Les Lilas à Paris… (lire l’article du Figaro)

Quand une éducatrice jeunes enfants choisit de travailler en libéral

TSA-Quotidien dans sa série « En quête de sens » s’intéresse à la trajectoire singulière de travailleurs sociaux désireux de partager leurs découragements et leurs enthousiasmes. Laetitia Darmon donne la parole à Claire Jouvin qui a quitté en septembre son poste d’éducatrice en maison d’enfants à caractère social pour s’installer en libéral et poursuivre une activité d’équithérapie. Pourquoi ce choix ? « Mon parcours en institution est une succession de déceptions. Je trouve que nous fonctionnons aujourd’hui essentiellement à partir de la notion de rentabilité et c’est ce qui m’a le plus désabusée ». …/…  « Mais en quelque sorte, c’est en protection de l’enfance que c’est devenu le plus insupportable ».  La suite de son témoignage est révélatrice de dysfonctionnements devenus la norme (lire l’article)

et aussi

«On n’a jamais entendu Emmanuel Macron dire que les riches déconnent»

Le journal Libération donne la parole à Florent Gueguen directeur général de la FAS. Celui-ci « déplore des propos qui montent les Français les uns contre les autres ».  « On n’a jamais entendu Emmanuel Macron dire au sujet de l’évasion fiscale que «les riches déconnent». En cette période de tensions sociales et politiques, le rôle du président de la République devrait consister à rassembler les Français, à créer de la cohésion. Or la déclaration de Gasny sème la discorde et la division. (lire l’article de Libération)

 

Revue de presse et sélection des articles réalisée avec l’aide de Michelle Verrier Flandre

La photo a été réalisée par le service de presse du Conseil Départemental du Val de Marne. (Joseph Melin) Une femme et ses deux enfants habitent dans le pavillon partagé des Tilleuls à Villeneuve-le-Roi. Ce pavillon contient plusieurs chambres et est géré par l’association d’aide d’urgence du Val-de-Marne. Certains droits réservés (licence Créative Commons)

 

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Articles liés :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d bloggers like this: