Froid : qui sont les précaires énergétiques ? / Un maire « réchauffe » des migrants / L’Ehpad et la métaphore du yaourt

  • Vague de froid: Qui sont les précaires énergétiques aujourd’hui en France ? Il n’y a pas que les SDF qui souffriront des températures glaciales cette semaine. Un Français sur cinq souffre de la précarité énergétique. Il vit dans une passoire thermique et consacre 10 % de ses revenus à la dépense énergétique. Un fléau qui touche tant les jeunes, que les retraités ou les familles monoparentales.
  • Plan grand froid. Le maire de Colleville ne pouvait pas laisser les jeunes migrants de Ouistreham dehors : « Je suis un élu de la République, pas un hurluberlu qui défie la loi. Mais je ne pouvais laisser ces jeunes dehors», explique Frédéric Loinard, qui a choisi en conscience et malgré la préfecture d’ouvrir un gymnase aux migrants frigorifiés de Ouistreham. L’élu a précisé que l’accueil ouvert depuis ce lundi soir, « ne l’est que de manière temporaire. Jusqu’au terme du plan grand froid ». Il est assuré du soutien de son conseil municipal qui lui a dit sa « fierté » de le voir agir ainsi.
  • L’Ehpad et la métaphore du yaourt : trois regards de psy sur la fin de vie.  « J’ai entendu à la radio quelqu’un qui disait qu’ici, c’était notre avant-dernière demeure. J’aimerais bien que vous l’écriviez. C’est poétique et c’est vrai. » ../… « Pour une personne âgée placée en Ehpad, un fromage blanc, ce n’est pas la même chose qu’un yaourt. » ../.. «  »Les résidents qui expriment leurs angoisses parlent beaucoup de leur mort. Ce qu’il y a devant, pour eux, c’est ça. Ils n’ont plus forcément de projets dans leur vie, alors il nous faut valoriser l’infiniment petit du quotidien pour donner un sens au fait que la vie continue. »

et aussi

  • Droits des étrangers. Un Français enfermé par erreur en rétention pour être expulsé. Ce n’est pas le Gorafi mais l’Humanité qui nous apprend la mésaventure de  ce jeune père de famille qui a fait l’objet d’un contrôle de police. Il n’a pas son permis de conduire et a laissé ses papiers d’identité français chez lui. Bénéficiant d’une double nationalité franco-camerounaise, il fournit aux policiers sa carte d’identité camerounaise. Cela a suffit pour que toute la procédure de rétention soit mise en place : C’est sa famille qui est venue le chercher. Outre l’aberration que constitue le placement en rétention d’un citoyen français, cette histoire indique que les placements en Centre de Rétention Administrative peuvent être effectués sans véritable fondement. Selon la Cimade, 53,5 % des retenus, en 2017, ont été libérés pour vice de procédure.

enfin de quoi sourire : Vous connaissez le nouveau concept météo « température réelle » / « température ressentie ». Et bien c’est pareil pour certains gosses à la maison :

Les gosses

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Articles liés :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.