Freddy M., cet ancien enfant de l’ASE qui n’a vraiment rien pour lui…

J’ai passé pas mal de temps sur la situation de Freddy M., un jeune homme interdit de toute structure (exclu du CHRS, du CCAS, de la mission locale..) Il arrive à tout moment sans prévenir au centre médico social et met une belle pagaille. Seul l’assistant social (l’homme du cms) parvient (avec grand mal) à le cadrer. Il ne se résout pas à l’exclure alors que Freddy lui, fait tout pour que cela se fasse.

Il ne connait que ça, être rejeté. Il provoque en permanence. Il s’enferme dans le wc, on le soupçonne d’avoir tenté de mettre le feu à une affiche de la salle d’attente. Il traite les femmes de tous les noms et bien évidemment tout le monde tire une drôle de tête quand il est là. Il s’incruste même quand il n’a pas rendez-vous. Il vous regarde avec un petit sourire narquois. « virez moi, virez-moi et vous allez voir ! » semble-t-il nous dire. Ingérable et très difficilement « accompagnable ». Il s’est pourtant fixé sur l’assistant social qui parvient à passer du temps avec lui, pour l’écouter et le conseiller. Il ne peut faire plus tant son interlocuteur n’en fait qu’à sa tête.

Les entretiens ne dépassent pas 15 minutes, après il bouge, se trémousse et ne tient plus sur sa chaise. Il a besoin d’air, d’espace mais aussi  d’un public. Bref, il a tout pour être le mauvais pauvre, il est du mauvais genre, celui  qui ne respecte rien, en tout cas pas les règles.

Freddy est un ancien enfant de l’ASE.

Evidemment diront certains. Il a eu des ennuis avec la justice et la police. Le SPIP l’a à l’oeil, c’est du moins ce qu’il dit. Bref, il n’a rien pour lui et fait tout pour être rejeté, pour qu’on le vire et pour qu’après il puisse crier sa rage et même devenir violent. Il relève plus de l’accompagnement médical mais n’en n’a que faire. Les psychiatres non plus d’ailleurs.

Que faire avec lui ? Nous avons passé un bon moment pour rechercher une solution. Comment continuer à l’aider alors que son seuil de tolérance est si réduit ? On a construit des hypothèses, regardé ce qui est positif pour lui et nous avons retenu une solution toute simple, de l’ordre du possible. L’assistant social le recevra mais en dehors du CMS. Il va tenter de faire un pas de coté pour continuer de l’aider dans ses démarches  mais dans un lieu en dehors de la structure qu’il perturbe. Et puis nous allons tenter de réunir tous les intervenants qui le connaissent pour tenter de mieux comprendre ce qui fonctionne pour lui et ce qui lui est particulièrement insupportable.

Tenter quelque chose mais on ne sait pas quoi.

C’est là que commence le travail social. Celui où on ne dispose pas de réponse incrite dans un dispositif ou une procédure. Ce jeune nous oblige à réfléchir et à rechercher une ou plusieurs solutions à lui soummettre car au final c’est bien lui qui décidera. Et lui saura ce que l’on fait et aussi dans quelle difficulté il nous met. Ce n’est pas gagné. Certains nous prédisent l’échec et si « ça casse » nous aurons droit à du « je vous l’avais bien dit ! »

Ces jeunes là, terminent généralement leur parcours devant le juge en passant par la case prison. Ils ne touchent pas 10.000 euros quand il passent par la case départ. Au Monopoly de la vie, ils sont toujours perdants. Et bien malgré tout cela, malgré tous ces jugements négatifs qui les entourent, je reste persuadé que la solidarité nationale est là pour nous donner les moyens de continuer à tenter de les accompagner, de les soutenir dans leurs démarches. Même ceux dont personne ne veut, qui n’ont aucune estime pour eux ni pour les autres.

La solidarité c’est aussi cela. Garder le lien avec ceux que l’on nomme les ingérables, les « incasables », bref les « emmerdeurs ». Ceux qui nous empèchent de ronronner en qulque sorte.  Et c’est tout à l’honneur des travailleurs sociaux de tenir bon malgré les incompréhensions, les jugements, les invectives, les provocations, les injonctions  et le rejet.

 

Note : pendant mes congés, je vous propose une rediffusion de certains articles « réactualisés »: celui-ci avait été initialement publié le 21 juillet 2017

Photo : Gratisography

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Articles liés :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :