Filière sociale : la revalorisation repoussée d’un an / les services dématérialisés excluent les plus vulnérables / Le pari des pensions de famille

  • La revalorisation de la filière sociale reportée à 2019 : La reconnaissance des assistants sociaux de la fonction publique en catégorie A était prévue pour ce mois de février 2018. Mais le gouvernement décide de retarder d’un an la mise en œuvre du protocole PPCR, en raison de son coût. Les syndicats d’assistants sociaux, eux, voient rouge.   (et ils ont bien raison). ce report est « injuste et intolérable » aux yeux du Snasen-Unsa. le SNUAS FP-FSU,  voit une « décision brutale » une « rupture de la parole de l’Etat qui ne figurait même pas au programme du candidat Emmanuel Macron ».  La CFDT parle de « très mauvais coup porté au dialogue social », et la CGT dénonce « les conséquences négatives de ce report pour le pouvoir d’achat des agents concernés ». Les nouveaux décrets, néanmoins, doivent encore être publiés…
  • Services dématérialisés : un nouveau facteur d’exclusion sociale.  Si nombre de Français sont ultraconnectés, les plus vulnérables patinent toujours sur le web. A l’heure où les services publics essentiels se dématérialisent les uns après les autres, ces oubliés du numérique subissent une double exclusion. « Lorsque l’on passe la journée à transporter du gravier, on n’a pas besoin d’utiliser internet. Je n’ai pas non plus d’ordinateur à la maison. Après le paiement des factures, il ne reste pas grand-chose pour boucler la fin du mois. C’est compliqué d’acheter du matériel et de prendre un abonnement »…
  • Le pari des Pensions de famille : Dans ces lieux de vie, les résidants sont locataires tant qu’ils en ont besoin et partagent des temps collectifs qu’ils organisent avec deux hôtes salariés du lieu. Bienvenue dans un univers qui associe logement et vivre-ensemble. Les Pensions de famille sont des logements très sociaux dans lesquels les résidants payent un loyer modéré appelé «redevance». Il y a 725 Pensions de famille en France. Près de 15 000 personnes aux faibles ressources y étaient logées en 2016. Un résidant sur deux a plus de 50 ans.

 

Revue de presse et sélection des articles réalisée avec l’aide de Michelle Verrier Flandre

 

Image : Pixabay 

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Articles liés :

Une réponse

  1. C’est vraiment scandaleux! Nous ne sommes vraiment pas reconnus à la hauteur de nos compétences et qualifications! C’est un pas en avant et trois pas en arrière, une fois de plus !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :