« Ensemble pour un numérique inclusif » : les travailleurs sociaux et les secrétariats médico-sociaux en première ligne

Le rapport intitulé  « Stratégie nationale pour un numérique inclusif » vient d’être publié. Je découvre avec surprise car je ne le savais pas, que les propositions que j’ai formulé lors de mon audition avec la DGCS par la commission N°2 de la mission ont été intégralement reprises à page 35 du rapport.  J’avais dans un premier temps indiqué  qu’«une charte nationale de l’aidant numérique était nécessaire et devrait être promue nationalement.»

Cette charte de mon point de vue devrait apporter un minimum de garantie aux personnes qui se font aider pour remplir leurs demandes d’accès ou de maintien aux droits par des personnes de leur entourage. Certes une charte n’a pas grande valeur mais c’est un premier pas car si l’aide et la solidarité est importante, elle ne peut ni ne doit se faire n’importe comment. Aider une personne à gérer ses relations avec une administration conduit celui ou celle qui aide à avoir connaissance de données confidentielles qui n’ont pas à être communiquées, ni transmises à des tiers.   Il en est de même pour les identifiants et les mots de passe. Or j’ai appris que dans certains Départements les travailleurs sociaux « collectionnent » les identifiants et les mots de passe des personnes qui sont en galère. Sans cela elles les perdraient et perdraient tout autant leurs droits tels l’AAH ou le RSA.

Or quand une personne est en grande difficulté face à l’administration, elle est prête à communiquer des informations personnelles à qui veut bien l’aider. Cette charte même si elle n’a pas de valeur règlementaire, obligerait à fixer un cadre en fixant des limites sur la façon de gérer ces données qui « ne nous regardent pas » mais que nous avons à notre portée tout simplement parce que nous aidons la personne.

Pour en revenir à ce rapport je reprends cette page 35  et reprends ce que j’avais rédigé .

Les travailleurs sociaux et les secrétaires médico-sociales en première ligne avec les médiateurs sociaux

J’ai d’abord indiqué qui est en première ligne auprès des usagers face au numérique : Il y a les travailleurs sociaux bien sûr. Cela m’avait conduit à expliquer qui nous sommes « des  professionnels titulaires d’un des 13 diplômes d’État du travail social » . J’avais aussi indiqué que les médiateurs sociaux sont aussi concernés tout comme les secrétariats administratifs qui sont eux aussi sont très sollicités car ils accueillent les personnes qui souvent ne savent pas vers qui se tourner.

Ces 3 catégories de professionnels ont une  mission commune d’aide et de médiation mais ils ne travaillent pas du tout de la même façon. C’est pourquoi j’ai proposé que soit définies  les missions exclusives des travailleurs sociaux, les missions partagées entre travailleurs sociaux et secrétariats administratifs et sociaux ainsi que les missions partagées entre les médiateurs sociaux et les secrétariats. J’avais aussi ajouté un topo sur les missions exclusives des médiateurs sociaux. Cela peut paraître une peu compliqué de présenter de cette façon les missions de chacun mais au final le résultat n’est pas anodin et l’on voit bien là où les travailleurs sociaux sont indispensables et là où ils ne le sont pas.

De son coté, Louis Xavier Colas qui représentait la Direction Générale de la Cohésion Sociale (DGCS) avait eu lors de cette audition cette formule percutante : «Les travailleurs sociaux n’ont pas pour vocation d’être des formateurs du numérique, mais de favoriser l’accès au droit. Cependant les demandes sont de plus en plus nombreuses à cause de la dématérialisation». Cette phrase a été mise en exergue dans le rapport sur le numérique inclusif. Il avait ajouté que les travailleurs sociaux ne peuvent porter seuls les effets de la dématérialisation. Oui bien sûr a-ton envie de répondre !

2 textes à venir pour y voir un peu plus clair

C’était une première approche. Sachez que nous avons continué à mener une réflexion dans cette voie au sein du groupe de travail que j’anime au Haut Conseil du Travail Social. Nous allons avec les membre du groupe soumettre en assemblée plénière du HCTS le 3 juillet prochain  deux propositions :

Un texte d’orientation intitulé « Pourquoi et comment les travailleurs sociaux se saisissent des outils numériques ? »
Une fiche technique intitulée « Quelles articulations entre travail social, médiation sociale et médiation numérique ? »

Nous espérons qu’en répondant à ces 2 questions, nous contribuerons à y voir un peu plus clair dans ce « grand bazar » du numérique où parfois on ne sait plus trop qui fait quoi ni comment. En tout cas nous espérons que ce travail sera utile pour tous les travailleurs sociaux et au delà pour tous les professionnels confrontés à ces questions car il nous parait à tous nécessaire de les prendre en considération et d’y répondre de façon claire et argumentée.

photo : la remise officielle à Mounir Mahjoubi du rapport sur la stratégie nationale pour un numérique inclusif sur le site de la mission société numérique

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Articles liés :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :