Enfant et écrans comment agir ? / les violences psychologiques sur les mineurs / La galère d’une aide à domicile

Avec de jeunes enfants, comment guider l’usage des écrans ?

Marion Voillot, doctorante et  Lisa Jacquey docteure en sciences cognitives, proposent là un article qui intéressera les parents mais aussi les professionnels de la protection de l’enfance. L’exposition des enfants âgés de moins de 6 ans aux outils numériques, et notamment aux écrans, inquiète autant qu’elle questionne écrivent-elles.

Ok mais pour autant, elles ne sont pas sur la position du professeur Serge Tisseron, psychiatre et psychanalyste, spécialisé dans les relations jeunes-médias-images et auteur de la règle du 3-6-9-12.

Après 3 ans, écrivent-elles « les écrans peuvent être un support d’apprentissage, à condition qu’ils soient utilisés à bon escient. Il vaut mieux ainsi privilégier une utilisation interactive des écrans (dans laquelle l’enfant vient interagir en prononçant un mot enregistré ou faire un geste pour passer à l’étape suivante d’une histoire par exemple) »

Ce n’est pas l’écran en soi qui est mauvais mais son utilisation qui peut être mal adaptée. Le temps d’écran, surtout non accompagné, réduit la place accordée à d’autres activités essentielles. Personnellement je reste interrogatif face à cet argumentaire. (lire l’article sur le site The Conversation)

les violences psychologiques sur mineurs au menu d’une nouvelle commission

Maître Yaël Mellul a été missionnée pour diriger les travaux d’un nouveau groupe de travail sur les «violences psychologiques sur mineurs» à l’initiative du secrétaire d’État à la protection de l’enfance Adrien Taquet. Cette avocate pénaliste spécialisée animera les débats et formulera des propositions concrètes afin de lutter contre ce phénomène de masse qui touche particulièrement les enfants et laisse des séquelles durables chez les adultes.

Lors de la séance d’installation de ce groupe, a été abordée la question du repérage de ces situations de violences qui se caractérisent par leur invisibilité, et de la difficulté de disposer de données statistiques suffisantes permettant de saisir l’ampleur et les ressorts de ces violences spécifiques (lire le communiqué)

Aide à domicile : licenciée à cause d’un Post-it, elle obtient gain de cause devant la justice

Une véritable galère qui aura duré plus de 5 ans. À l’origine Cécile aide ménagère laisse sur sa table d’une « Tatie Danièle » un Post-it pour se plaindre de son attitude et s’en va :  « Madame, quand j’arrive chez vous la moindre des choses c’est de me dire bonjour et de m’accueillir, pas de m’engueuler parce que je n’ouvre pas la porte. Je ne suis pas un chien, mais une personne« . Un mois plus tard, elle est licenciée par l’ADMR pour cause réelle et sérieuse; l’association évoque une faute de la part de la salariée.

L’arrêt de la cour d’appel de Rennes est tombé le 21 janvier dernier. Il  confirme un premier jugement et condamne l’association à payer 4800 euros de dommages et intérêts à Cécile « à titre de dommages-intérêts pour licenciement sans cause réelle et sérieuse », « La Cour explique qu’on ne peut pas être licencié parce qu’on dit sur un Post-it que c’est trop dur, c’est illégal« . Combien d’aides à domicile reçoivent des insultes de personnes âgées acariâtres et agressives ? C’est une réalité quotidienne pour des milliers d’entre elles. Pas étonnant que certaines ne tiennent pas le choc même s’il leur est demandé de faire avec… (lire l’article de France Bleu)

et aussi

Victime d’inceste dans son enfance, une assistante sociale  sort un livre sur son traumatisme | France Bleu : Agressée sexuellement par son cousin lorsqu’elle était enfant, une assistante sociale de la région rouennaise a écrit un livre. A tout juste 36 ans, Angélique Legendre publie « Pardonner pour ne plus souffrir ». Elle y raconte son traumatisme et souhaite aider les victimes.

Le gouvernement veut interdire l’hébergement en hôtels des enfants placés | 20 minutes « Nous allons inscrire dans la loi l’interdiction du placement des enfants dans les hôtels », a déclaré Adrien Taquet sur France 3, lors d’un débat diffusé après une enquête de Pièces à conviction sur les défaillances de l’ASE.

Solutions solidaires : ce qu’attendent les Français | Localtis Initiée par la Gironde, elle est aujourd’hui portée par treize départements. La « plateforme des solidarités nouvelles » entend être un « incubateur d’idées et solutions ».

 

Photo créé par freepik – fr.freepik.com

 

La sélection des articles a été réalisée avec l’aide de Michelle Verrier Flandre. Merci à elle

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Articles liés :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :