"Danger en protection de l'enfance".. Une lettre ouverte de la FNARS.. Emmaüs dénonce une atteinte aux droits de l'homme..

Il y aurait à débattre sur ce sujet avec d’un coté des « professionnels hautement spécialisés » qui demandent à ce qu’il y ait plus d’enfants protégés avec des mesures de placements judiciaires; des députés qui votent des lois pour provoquer le contraire, c’est à dire la déjudiciarisation de la protection de l’enfance en laissant les parents maîtres des décisions administratives, des associations de parents qui s’insurgent et dénoncent des « abus de l’ASE » sans toujours distinguer les pratiques selon les Départements et nous travailleurs sociaux qui sommes au milieu de tout cela dans des administrations qui visiblement ont du mal à faire face même quand ce sont les parents qui demandent à être aidés. Les travailleurs sociaux  tentent péniblement d’apporter des réponses cohérentes avec un réel manque de moyens.  Dans tous les cas, ils sont les « mauvais objets » de chacun des  intervenants dans ce débat combien sensible et polémique. D’un coté ils sont considérés comme laxistes et inconséquents en ne protégeant pas suffisamment les enfants, de l’autre c’est l’inverse, Ils sont vécus comme des « tyrans » qui dénient tout droit aux parents en « brisant des familles », où est la juste ligne ? Une collègue de l’ASE m’a résumé son sentiment : « quoi que nous fassions, nous serons toujours considérés comme mauvais et inadaptés »…  En tout cas, il nous faut sortir des caricatures et des représentations. Et là, il y a du chemin à faire pour que tout le monde se parle sans passion mais avec raison. 

  • La FNARS Rhône-Alpes adresse une lettre ouverte au Président du Conseil départemental de la Drôme. « Nous assistons depuis plusieurs mois à un désengagement du Conseil départemental pour le financement de ses actions sociales et d’insertion. Nous nous interrogeons tant sur la forme que sur le fond de cette baisse des allocations pour les publics en situation de précarité. »
  • « Respecter les droits fondamentaux des migrants » un communiqué de l’association Emmaüs. L’évacuation mercredi 4 mai au petit matin du lycée Jean Jaurès dans le 19ème occupé par un peu moins de 300 migrants marque la limite des mesures engagées par l’Etat pour accueillir les personnes fuyant leur pays, victimes de la guerre et de l’extrême pauvreté. Face à une présence policière massive et aux menaces de placement de certains migrants en centre de rétention, la plupart des associations et opérateurs sociaux présents sur place ont refusé de participer à une opération mal préparée, qui ne présentait pas les conditions minimales de respect des droits fondamentaux et de la dignité des personnes.

et aussi

 

Photo credit: josstyk via Visualhunt.com / CC BY-NC-SA

 

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Articles liés :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.