Comment se préparer et réussir un oral d’examen du diplôme d’Etat…

Cet article s’adresse aux étudiant(e)s qui préparent les épreuves orales du diplôme d’Etat permettant de devenir éducateur (trice), assistant(e) de service social ou encore conseiller(e) en économie sociale et familiale. Ce sont des conseils en vue de vous permettre d’aborder sereinement cette épreuve qui peut être stressante et difficile.

Alors comment vous expliquer cela ?

Sachez d’abord que le jury va vérifier  votre façon d’argumenter, d’être cohérent(e) et professionnel(le). Il peut pour cela vous poser des questions qui sont susceptibles de vous déstabiliser ou du moins vous mettre en difficulté. Alors comment vous en sortir par le haut ?

Il s’agit d’abord pour vous d’être convaincue et convaincante.

Vous devez y aller en vous mettant dans la peau d’un(e) diplômé(e)  et non d’un étudiant. Vous êtes attendu(e) sur votre capacité à réagir tel(le) un(e) professionnel(le) en activité. Aussi préparez vous à cela. Dites-vous que vous avez le diplôme en poche, même si ce n’est effectivement pas le cas et que vous êtes là dans une positionnement professionnel.  Vous parlez en tant qu’éducatrice, conseillère ESF ou assistante sociale et non en tant qu’étudiant(e) dont on vérifie les connaissances.

Le jury va vérifier si vous êtes solide face à la contradiction. Car dans le travail il faut savoir argumenter, être persuasif sans être rigide. Vos réactions sont révélatrices: ne soyez donc pas surpris(e) si des  questions tombent au moment où vous ne vous y attendez pas. Ne répondez pas du tac au tac mais « digérez la question » avant de répondre quitte à la répéter en début de votre réponse.

Les examinateurs vont aussi tenter de mesurer non seulement la justesse de votre positionnement mais aussi si l’acte posé que vous décrivez a été pensé. Y avait-il une autre façon d’agir ? si oui l’avez vous évoqué ? pourquoi agir de cette façon et non d’une autre ? A vous de prévoir un argumentaire… C’est assez simple quand on connait bien la situation que l’on décrit lorsqu’on l’a déjà vécue.

Avant l’oral

Le matin du jour de votre « audition » vous  allez  projeter mentalement votre réussite à cette épreuve. Vous y pensez positivement en déroulant par la pensée tout le processus et vous convaincre que vous allez réussir. Vous évitez ainsi que se déroule dans votre tête un scénario catastrophe où rien ne va. Non, ce scénario n’a pas lieu d’être. Mentalement vous programmez dans votre esprit l’idée de réussite et de l’occasion de démontrer vos compétences car soyez-en sûr(e) vous en avez (même si vous ne le croyez pas)

Il vous faut savoir maîtriser vos émotions et notamment celles qui pourraient en quelque sorte vous paralyser. Pour cela vous devrez « gérer » en quelque sorte votre rythme cardiaque. inspirez et expirez profondément plusieurs fois juste avant d’y aller quand on vous appelle. L’arrivée de l’oxygène évacue un stress inutile. Ce sera tout de suite plus facile. (c’est aussi un truc de comédien avant de monter sur scène). Si vous savez que vous aurez du stress, quelque doses de Gelsenium peuvent vous aider : Gelsemium est, en homéopathie, le remède du trac et de l’anxiété d’anticipation. Et souvent ça fonctionne bien ( que ce soit un placebo ou pas n’est pas important. L’essentiel est que cela fonctionne pour beaucoup d’entre nous.)

Au début de l’oral

 Les toutes premières minutes et « votre arrivée » sont importantes pour ne pas dire essentielles. C’est dans ce moment là que l’on perçoit son nouvel interlocuteur. Quand vous entrez dans la salle, regardez les personnes qui vous accueillent en passant d’un regard à l’autre sans oublier personne. Soyez souriante. On a le droit d’être intimidée. Vous dites bonjour, et du regard ou par un simple question vous attendez pour vous asseoir que l’on vous y invite.  Ceci fait vous vous asseyez sur votre chaise en vous calant bien au fond. Le dos droit, les 2 pieds à plat, afin de bien pouvoir respirer pendant votre prise de parole.

Vous allez très vite repérer la personne qu’il va falloir convaincre en priorité et celle qui vous sera plus rapidement acquise.  Il y a souvent celle qui vous pose des questions et celle qui  prend des notes. Parfois cela change et les questions sont posées alternativement. Regardez bien la personne qui vous a posé la question et répondez lui le plus calmement possible et tentez  de bien vous mettre dans la peau d’un(e) professionnel(le) en activité. En analyse transactionnelle activez la relation d’adulte à adulte. Ne réveillez pas l’enfant qui peut sommeiller en vous.

Pendant l’oral 

Les examinateurs savent bien que l’on ne peut pas tout savoir tant le champ de l’intervention sociale est vaste. Mais il vous faut quand même maîtriser les éléments de base. S’ils vous posent une question dont vous ne connaissez pas la réponse, ne cherchez pas à l’éviter, précisez comment vous vous y prendriez pour aller chercher l’information qui vous manque et reliez là à une autre information que vous maîtrisez pour « ouvrir une porte ».  par exemple : « Je ne connais pas bien la législation et les prestations aux personnes âgées que j’irais chercher en utilisant le guide familial par contre je me suis plus spécialisée sur ce que peuvent apporter  les aides à domicile avec qui j’ai pu travailler… » Vous suggérez ainsi de façon détournée au jury qu’il vous interroge sur votre expérience avec les aides à domicile (c’est un exemple il y en a d’autres) vous pouvez tendre des perches en faisant référence aux sujets que vous maîtrisez. Si le jury fait le choix de s’en saisir vous serez beaucoup plus à l’aise ensuite pour développer. Attention à ne pas se crisper sur un sujet. il faut aussi ne pas insister si votre interlocuteur est péremptoire et vous affirme que vous vous trompez. La question est de ne pas se déstabiliser. Pour cela entraînez-vous à plusieurs : jouez la scène d’une opposition ferme et voyez quel positionnement vous correspond le mieux.

Vous avez envie de convaincre et d’argumenter mais ne vous débarrasser pas à toute vitesse de ce que vous aviez prévu de dire. Au contraire, tentez de parler posément en restant souriant(e). Si vous avez des notes sur papier mettez les sur une seule feuille avec simplement des mots clés qui vous permet de vous rappeler les sujets que vous souhaitez argumenter. Si vous ne comprenez pas bien une question, demandez à ce qu’elle vous soit reformulée en la formulant vous même :  » excusez-moi je ne vous ai pas bien compris. Vous me demandez si….  » cela permet à l’examinateur de préciser sa pensée et pendant ce temps là vous pouvez vous reprendre.

Pensez que votre attitude et votre gestuelle sont importants. Pas de gestes brusques, des mains qui partent dans tous les sens. Les examinateurs(trices) doivent avoir le sentiment d’avoir en face d’eux un(e) jeune professionnel(le)  en activité  et non un(e) étudiant(e) qui part dans tous les sens. C’est pourquoi il est important qu vous vous pensiez comme si vous étiez en activité.

Ayez la maîtrise du temps qui passe en regardant  votre montre que vous avez posé sur la table afin que vous sachiez d’un rapide regard où vous en êtes. N’hésitez pas à sauter une partie si vous voyez que vous ne pourrez pas dire ce que vous aviez prévu dans le temps imparti.  Si cela est bien fait avec naturel le jury ne le remarquera pas.

Si des émotions vous envahissent : sachez que cela peut être le tumulte en votre intérieur et que cela ne se voit pas du tout en extérieur. Tout logiquement vous allez tenter de garder une attitude calme même  si cela « bouillonne » en vous.

A la fin de l’entretien

Si les examinateurs échangent avec vous sur le sujet que vous venez de traiter et expriment des idées à partir de ce que vous avez dit, c’est gagné ! cela veut dire qu’il ont vu en vous un(e) professionnel(le) en activité. Vous avez su les intéresser. Ils ne voient plus en vous l’étudiant venu passer une épreuve et votre note sera  plutôt bonne.

Essayez de soigner en préparant à l’avance une conclusion positive et qui élargit le propos sur ce que vous souhaiteriez  faire ou sur ce que vous a appris la situation que vous avez décrite. Il est sécurisant d’avoir à l’avance une conclusion préparée que vous pourrez adapter si cela s’avère nécessaire. Lancez cette conclusion lorsque le temps arrive à échéance. Ainsi  vous avez une conclusion « carrée » et vous éviterez le désagrément d’une fin d’entretien qui part un peu n’importe comment ce qui pourrait  un effet néfaste sur le final de votre intervention alors que peu de temps après vous êtes noté.

Voilà pour l’essentiel : faites fonctionner votre raison et méfiez vous de vos émotions. Il faut savoir les maîtriser. Gardez en tête votre désir d’agir de façon professionnelle. Tout va se passer pour le mieux et au final vous en garderez un bon souvenir.

Enfin j’allais oublier :  « à bientôt avec votre D.E.  ! »

 

 Photo credit: CollegeDegrees360 on VisualHunt / CC BY-SA

 

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Articles liés :

Une réponse

  1. Merci pour les conseils… Il n’y a plus qu’à préparer les soutenances qui se tiendront dans 4 semaines !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :