Didier Dubasque
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Comment se préparer à l’épreuve orale du diplôme d’État d’assistant de service social ou d’éducateur spécialisé

Une fois n’est pas coutume, cet article s’adresse spécialement aux étudiant(e)s et apprenti(e)s qui se préparent à passer l’oral de l’épreuve de situation sociale d’un des diplômes d’État de niveau 6. C’est une des épreuves phare dans le processus de certification qui permet de devenir assistant(e) de service social ou éducatrice (éducateur) spécialisé(e). Je publie ce texte suffisamment tôt, car l’année passée, je l’avais fait trop tard, après les épreuves, ce qui est quand même un peu idiot. Je ne me ferai pas avoir cette année !

L’épreuve orale du diplôme d’État d’assistant de service social et d’éducateur spécialisé est une étape déterminante pour valider le cursus de formatoin de niveau bac+3. Elle permet de démontrer non seulement vos connaissances théoriques, mais aussi vos compétences pratiques. Il s’agit aussi de mesurer votre capacité à gérer des situations complexes. Voici un article détaillé qui a pour objectif de vous aider à vous préparer efficacement.

Bien connaitre les attendus de votre profession.

Pour bien se préparer à cette épreuve, il est essentiel de commencer par une connaissance approfondie du métier et du contexte dans lequel il s’inscrit. Votre expérience est issue des stages que vous avez effectués. Vous devez en toute logique être capable de bien comprendre les missions, les responsabilités et les enjeux du métier d’assistant de service social ou d’éducateur spécialisé dans les domaines spécifiques où vous vous êtes formé.

Familiarisez-vous avec les politiques sociales, la législation en vigueur, et l’actualité du secteur en lisant régulièrement la presse professionnelle (ASH, Le Média Social, etc.). Préparez-vous également à parler de votre parcours, de vos motivations et de votre projet professionnel. Le jury s’attend à ce que vous puissiez expliquer pourquoi vous avez choisi ce métier et comment vous envisagez votre future carrière.

Entrainez-vous à plusieurs

L’entraînement à l’oral est une étape incontournable. Entraînez-vous en conditions réelles de concours. Les oraux blancs sont très utiles pour se familiariser avec le format et recevoir des retours constructifs.

N’hésitez pas à rédiger la totalité de votre intervention qui présente une situation sociale. C’est un exercice astreignant, mais qui permet de bien garder en tête le fil de votre propos devant le jury même si vous ne lirez pas le texte le jour de l’épreuve.

Mémorisez un plan clair même si vous ne le déclinerez pas exactement comme prévu lors de l’échange. Cela vous aidera à structurer vos idées et à être plus fluide lors de la présentation.

Ce que demande un jury

Les questions posées lors de l’oral couvrent plusieurs domaines. Le jury vous demandera peut-être de vous présenter et de détailler votre parcours. Parlez de vos stages, emplois précédents et expériences pertinentes. Expliquez vos motivations pour choisir ce métier. Le jury cherche d’abord à comprendre les raisons profondes qui vous poussent à vouloir devenir assistant de service social ou éducateur spécialisé. Mais attention, ce n’est qu’une entrée en matière. Il peut aussi zapper cette dimension pour se centrer uniquement sur la situation que vous présentez.

Le jury évaluera surtout si vous possédez les compétences nécessaires pour le métier. Cela inclut des questions sur vos compétences techniques et relationnelles. Les qualités humaines telles  la capacité d’écoute et de communication sont vérifiés à cette occasion. Le jury s’attend à ce que vous ayez une bonne compréhension des missions et des responsabilités du métier. Des questions peuvent porter sur les politiques sociales actuelles, la législation en vigueur et les enjeux du secteur social.(Au passage sur l’actualité vous devez avoir lu le livre Blanc du Travail Social qui fixe clairement les enjeux du travail social aujourd’hui et demain).

Le jury peut aussi prendre de la distance avec votre présentation et orienter ses questions sur des sujets d’actualité. Il s’agit pour lui dévaluer votre intérêt pour le monde qui vous entoure et votre disposition à analyser des situations complexes. Des mises en situation ou des études de cas peuvent être utilisées pour évaluer vos capacités d’analyse et de réaction. Il s’agit aussi de vérifier si vous savez prendre de la distance, analyser ce qui s’est passé et êtes capable d’intégrer de nouveaux éléments non prévus initialement. 

Apprendre à gérer son stress

Première évidence : que vous soyez stressé(e) est quelque chose de normal. Vous êtes en train de finaliser vos trois années d’études. L’enjeu est important et vous êtes évalué(e). Ce n’est pas très agréable, mais c’est comme ça, il faut vous en faire une raison. 

La gestion du stress est un aspect de la préparation qu’il ne faut pas négliger. Les meilleurs étudiants peuvent être paralysés, chercher leurs mots alors que d’habitude, ils savent être convaincants. Un truc pour cela : Imaginez-vous dans la peau d’un professionnel et non d’un étudiant. Cela vous aidera à adopter une attitude plus confiante et professionnelle.

Utilisez des techniques de relaxation comme la respiration profonde ou des remèdes homéopathiques pour gérer le trac et l’anxiété. La veille de l’oral, engagez-vous dans des activités relaxantes comme le sport ou une promenade au contact de la nature avec des amis. Il s’agit plutôt de faire le vide et arriver en forme le jour J. Évitez de scroller la veille sur les réseaux sociaux et abandonnez vos écrans quelques heures. Ce sera autant de fatigue mentale en moins.  

Verifiez votre gestuelle

Pour ne pas être déstabilisé par le jury, veillez à regarder alternativement chaque membre qui le compose tout au long de l’entretien. Souriez quand vous parlez, soyez le plus naturel possible. Si vous ne voulez pas les regarder dans les yeux pour ne pas être déstabilisé, visez le front ou le nez. Posez vos mains sur la table en vous installant bien calé(e) sur votre chaise.

Surtout ne récitez pas votre présentation comme une leçon. Soyez spontané et engagez-vous dans l’échange avec le jury. Ne vous inventez pas des expériences ou des connaissances. Si vous ne savez pas répondre à une question, soyez honnête et dites-le. Mais expliquez aussitôt ce que vous feriez pour vous renseigner et connaitre la réponse.

Vous pouvez aussi glisser des informations qui permettent au jury de vous interroger sur un sujet précis. Par exemple, si vous dites « lors de mon stage au CCAS, je n’ai pas eu l’occasion de rencontrer des personnes âgées, mais plutôt des allocataires du RSA… Le jury aura alors sans doute l’idée de vous relancer sur la législation ou le dispositif relatif à ce sujet.

Le jury peut adopter des attitudes déstabilisantes. Il s’agit pour lui de tester votre réaction et votre capacité à répondre en gérant correctement vos émotions. Restez concentré sur votre présentation et ne cherchez pas à interpréter les gestes ou paroles des membres du jury. Faites preuve de souplesse et ne restez pas non plus arc-bouté sur un avis, intégrez plus ce qui vous est suggéré dans votre réponse

En suivant ces quelques conseils et en vous préparant de manière méthodique, vous augmenterez vos chances de réussir l’oral du diplôme. La clé est de bien connaître le métier, de structurer votre présentation, de gérer votre stress et de rester naturel et honnête lors de l’entretien.

 

Bonne chance !

 


Photo : Freepik

Partager

Articles liés :

Une réponse

  1. Très bons conseils. J’ajouterais qu’il faut donner envie au jury de vous rencontrer et de travailler avec vous.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Catégories
Tous les sujets
Rechercher