Didier Dubasque
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Comment se libérer des « ruminations mentales » au travail ?

Il vous est peut-être arrivé(e) d’être obsédé par une question, un sujet, voire une personne de votre entourage qui capte vos pensées et vous empêche de penser sereinement. Cela peut être dû par exemple par une personne dite « toxique » dans ses relations aux autres. Ce type de situation est plus fréquent qu’on ne le pense, notamment au travail.  Quand cela vous tombe dessus, cela génère du stress non seulement pour vous, mais aussi parfois pour votre entourage lorsque vous rentrez chez vous. Ce type de malaise ne s’arrête pas à la porte  de votre lieu de travail et cela peut aussi gâcher vos relations familiales.

Dans cet article, nous allons d’abord voir comment il est possible de se libérer de ce que l’on appelle les « ruminations mentales ». Puis, nous verrons dans un second temps comment se protéger des personnalités toxiques qui sont susceptibles de mettre à mal votre quotidien professionnel. En effet, j’ai pu constater dans ma pratique professionnelle que certains conflits d’équipes prennent leurs sources avec des personnes qui elles-mêmes ne vont pas bien et déversent sur leurs collègues leur mal-être avec des relations que l’on peut considérer comme « perfides » et dans tous les cas négatives et nuisibles. Bien sûr, c’est encore plus grave lorsqu’il s’agit d’un supérieur hiérarchique, bien plus capable de vous mettre en difficulté.

Les ruminations mentales qui peuvent devenir obsédantes

Les ruminations mentales sont un processus de pensée récurrent, persistant et souvent involontaire, dans lequel une personne se retrouve piégée dans des pensées obsédantes, généralement négatives. Ces pensées tournent en boucle dans l’esprit de la personne, l’empêchant de se libérer mentalement de situations stressantes, de soucis ou de préoccupations.

Elles peuvent avoir des effets néfastes sur la santé et le bien-être général d’une personne. Elles peuvent entraîner une augmentation du stress, de l’anxiété, pouvant conduire à la dépression. Leur impact sur le comportement d’une personne, affecte ses relations interpersonnelles, sa productivité et sa qualité de vie.

Les personnes qui souffrent de ce type de pensées obsédantes peuvent avoir du mal à se concentrer sur le moment présent. Il leur est difficile de prendre des décisions. Elles peuvent également éprouver des difficultés à dormir, à manger et à se détendre. Ces pensées qui tournent en boucle peuvent devenir une habitude chronique et envahissante, prenant le contrôle de la vie d’une personne et l’empêchant de profiter de ses activités quotidiennes.

Il est important de savoir que les ruminations mentales ne sont pas simplement des pensées négatives occasionnelles ou une inquiétude normale face à des situations stressantes. Elles sont persistantes et répétitives. Elles tournent en boucle dans l’esprit et empêchent de se libérer et émotionnellement de ses soucis et de ses préoccupations. Elles empèchent les professionel(le)s d’être à l’écoute des préoccupations des autres, ce qui est rédhibitoire quand on est travailleur social.

Quelles réponses apporter face à cette intrusion permanente dans vos pensées ?

Fort heureusement, il existe des stratégies efficaces pour aider les personnes à s’en libérer. Il est possible de briser ce cycle de pensées obsessionnelles et de retrouver un état d’esprit plus paisible en suivant quelques conseils pratiques.

Tout d’abord, la pleine conscience est un puissant antidote. En vous concentrant sur votre respiration, vos sensations corporelles ou votre environnement immédiat, vous pouvez interrompre le flux incessant de pensées négatives. La pleine conscience vous apprend à diriger votre attention vers le moment présent, en vous éloignant des pensées du passé ou de l’avenir qui alimentent beaucoup les ruminations. En pratiquant la pleine conscience, vous pouvez créer une distance émotionnelle par rapport aux ruminations, réduire leur impact et cultiver une relation plus saine avec vos pensées.

Ensuite, il est important d’identifier et de remettre en question les pensées irrationnelles qui sont alimentées cette rumination. En observant activement vos pensées, vous pouvez repérer les schémas négatifs qui les alimentent et les remettre en question en vous demandant si elles reposent sur des faits (du concret) ou sur des perceptions déformées. Cette prise de conscience peut affaiblir l’emprise des pensées irrationnelles sur votre esprit et vous aider à les remplacer par des pensées plus réalistes. Mais pour faire cela, il vaut mieux être aidé. Il est difficile de s’en sortir seul.

Il est également utile d’établir des limites de temps pour la réflexion. En accordant des périodes spécifiques pour réfléchir à des préoccupations ou des problèmes et en fixant des limites de temps strictes, vous pouvez réguler les ruminations et éviter qu’elles ne prennent le contrôle de votre vie. La pratique d’activités permettant de « se vider la tête » est essentielle pour tenter de ce détacher de ces pensées négatives.

La pratique de l’auto-compassion est une autre façon de se libérer. Cela peut paraitre idiot, mais il est utile de traiter vos pensées avec gentillesse plutôt qu’avec auto-critique, et de comprendre que tout le monde a des pensées intrusives. En pratiquant l’auto-compassion, vous pouvez réduire la charge émotionnelle des pensées négatives, encourager l’acceptation des émotions sans jugement, et renforcer votre résilience émotionnelle face à ce qui vous stresse.

S’engager dans des activités plaisantes est également un moyen efficace de détourner votre attention. Cela favorise des pensées plus constructives. Que ce soit la lecture, le sport, l’art ou la musique, occuper votre esprit avec des activités qui apportent du plaisir et du bonheur peut offrir à votre esprit une pause bienvenue loin des pensées intrusives. Se faire plaisir est important.

Enfin, il est important d’établir une routine de gestion du stress dans votre quotidien. Réduire le stress peut créer un cadre structuré dans lequel vous pouvez exercer un certain niveau de contrôle sur votre bien-être émotionnel. Cela peut réduire le sentiment d’impuissance associé aux ruminations et relâcher les tensions, apaisant ainsi le corps et l’esprit. Une routine de gestion du stress peut inclure la méditation, le yoga ou d’autres techniques de relaxation, et favorise des moments de calme réguliers qui peuvent empêcher les pensées obsessionnelles de prendre le dessus.

Ne pas hésiter à consulter si cela dure

Si les ruminations mentales persistent et ont un impact négatif sur votre vie quotidienne, il peut être utile de consulter un professionnel. Un psychologue ou un psychiatre peut vous fournir un soutien et des stratégies spécifiques pour traiter ce type de pensées récurrentes. Ils sont outillés pour effectuer avec vous une évaluation approfondie de votre état mental. Ils peuvent aussi élaborer un plan de traitement personnalisé. Il n’y a pas de honte à avoir de consulter ce type de spécialiste, bien au contraire.

Au final, se libérer de ces pensées qui vous emprisonnent demande du temps, de la patience et un engagement réel. En intégrant ces quelques conseils dans votre vie quotidienne, vous pouvez progressivement briser le cycle de pensées qui vous empêche d’être vous-même. Mais pour cela, il ne faut pas se voiler la face. Si vous êtes quotidiennement confronté(e) à une personne « toxique » votre problème risque de ne pas être résolu rapidement. Cela invite à mieux comprendre les façons de se dégager de son emprise.

Voici aussi quatre conseils pour y parvenir. Je les tire de ma propre expérience, ayant vécu ce phénomène et ayant été conduit à consulter.

  • Mettez un peu de distance : évitez de prendre parti dans les conflits de pouvoir et les ragots de bureau. Essayez de rester neutre et de ne pas intervenir dans les comportements toxiques sur le lieu de travail.
  • Agissez avec intégrité : En plus de refuser d’intervenir, montrez-vous toujours sincère et transparent dans votre communication. Traitez les autres avec considération et respect, et suivez un ensemble de règles morales cohérentes.
  • Maintenez des relations amicales avec tous : Traitez chaque personne avec le même niveau de respect, de gentillesse et de professionnalisme. Cela vous éloignera naturellement des politiques de bureau toxiques et vous cultiverez la réputation d’une personne juste et accessible.
  • Ne mélangez pas vie personnelle et professionnelle : Évitez de vous laisser entraîner dans des conversations et des comportements sans filtres notamment en dehors des heures de travail. Respectez vos limites personnelles lors des événements de convivialité en équipe et les sorties entre collègues. Il ne s’agit pas de jouer la comédie mais de rester ^prudent(e) autant que faire se peut.

 

En suivant ces quelques conseils, vous pourrez préserver votre bien-être professionnel. Mais bon, si cela dure, il sera utile de consulter.

 


lire à ce sujet

 


Photo : avatarkues1 sur Freepik

Partager

Articles liés :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Catégories
Tous les sujets
Rechercher