Didier Dubasque
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Combattre les intolérances : un défi pour le travail social

Force est de constater que l’intolérance est une valeur qui monte à l’image des partis extrémistes qui surfent sur rejet de l’étranger et la mise en avant de boucs émissaires. Ces dernières années, nous assistons à une recrudescence inquiétante des actes et des discours de rejet de l’autre dans notre société. Qu’il s’agisse de racisme, de xénophobie, d’homophobie ou de toute autre forme de discrimination, cette vague d’intolérance vient de se traduire dans les urnes même si nous savons qu’une majorité de Français n’a pas voté.

Les médias et les personnalités influentes ont un rôle déterminant à jouer dans la lutte contre l’intolérance. Or aujourd’hui celles et ceux qui gagnent la bataille de l’opinion excluent une part non négligeable de nos concitoyens. Ils ont avec eux des journaux et des chaines de télévision qui façonnent la manière de penser. Ils agissent en horde sur les réseaux sociaux. Tout est bon pour disqualifier ceux qui ne pensent pas comme eux. Et contrairement à ce que beaucoup pensent, cela marche ! Nous voyons chaque jour ce que produisent les discours de rejet.

Sans surprise, le Rassemblement National et ses chefs de file défendent un programme centré sur la discrimination qui reste, rapellons le, un délit passible de sanctions pénales. Tout cela au nom de « la préférence nationale« . Ce qui dans les faits s’oppose de plain-pied aux valeurs républicaines d’égalité et de fraternité.

Face à cela, il nous faut réagir même si nombreux pensent qu’il est trop tard.

Nous devons continuer à dénoncer fermement les actes et les propos discriminatoires, et offrir une tribune aux voix marginalisées. En donnant la parole à ceux qui subissent l’intolérance, nous pouvons sensibiliser un large public. L’engagement citoyen demeure un levier puissant.

La responsabilité de ce qui se passe ne repose pas uniquement sur les institutions. Chaque citoyen a le devoir de s’engager activement dans la promotion de la tolérance et du respect mutuel. Que ce soit dans notre environnement professionnel, notre cercle social ou notre environnement local, nous devons être des ambassadeurs de l’ouverture d’esprit. En prenant position contre les actes et les discours intolérants, en sensibilisant notre entourage et en encourageant le dialogue interculturel, nous pouvons contribuer à construire une société plus juste et plus harmonieuse.

Être des sentinelles contre la désinformation

Dans un contexte de défiance grandissante envers les institutions et les médias traditionnels, les fausses informations et les discours populistes trouvent un terreau fertile. Ils touchent notamment auprès des populations les plus fragilisées. Face à cette menace, les travailleurs sociaux sont en première ligne pour contrer la désinformation et la radicalisation.

Au cœur des quartiers, il nous est possible d’organiser des ateliers de décryptage des fake news et des discours démagogiques. Notre rôle est d’apprendre à chacun à développer son esprit critique, à vérifier ses sources d’information et à consommer les médias de manière raisonnée.
Au-delà de la sensibilisation, il nous faut pouvoir recréer du lien social en créant des espaces de dialogue interculturel et intergénérationnel. En valorisant la diversité et en brisant les stéréotypes, nous pouvons déconstruire les clivages exploités par les discours extrémistes.

Un accompagnement personnalisé

Mais notre rôle ne s’arrête pas là. Nous avons également une pratique d’écoute et d’accompagnement individuel à développer auprès des personnes fragilisées, tentées par les théories complotistes. Il nous faut essayer de comprendre les inquiétudes, orienter celles et ceux qui s’égarent vers des sources fiables et de reconstruire la confiance envers les institutions.

Véritables sentinelles de la cohésion sociale, les travailleurs sociaux sont ainsi en première ligne pour contrer la désinformation.  C’est un des outils qui permet de prévenir la montée des extrémismes. C’est aussi un combat de tous les jours, au plus près des réalités du terrain, pour préserver le vivre-ensemble et les valeurs républicaines.
Lutter contre l’intolérance est un combat de tous les instants. Il nécessite une vigilance constante et un engagement sans faille. Ensemble, en unissant nos efforts, nous pouvons surmonter les préjugés et bâtir une société dans laquelle chacun se sent respecté, valorisé et inclus, quelle que soit son origine, sa religion ou ses choix personnels. C’est une boussole qu’il nous faut utiliser en ces temps troubles qui désespèrent nombre d’entre nous.

Partager

Articles liés :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Catégories
Tous les sujets
Rechercher