Christelle Dubos : il faut mieux aider les familles monoparentales / « La solidarité doit se propager dans toute la société / Un bébé mort dans la rue

Christelle Dubos : «Nous ne souhaitons pas verser les allocations familiales dès le premier enfant»

Je n’aime pas vraiment le titre de cet article à connotation négative. Il aurait pu être différent en s’appuyant sur un autre aspect de la politique familiale du gouvernement. La secrétaire d’État chargée de la politique familiale, interrogée par le journal La Croix, explique précisement qu’il n’est « pas question aujourd’hui de revenir sur l’universalité des allocations familiales. Pour autant, la politique familiale doit s’adapter aux familles, et non l’inverse. Un effort sera donc fait en faveur des familles monoparentales ». précise Christelle Dubos. Le gouvernement étudie des pistes pour aider plus directement et plus efficacement les familles monoparentales qui très souvent vivent la pauvreté même lorsqu’elles travaillent. Une première piste vise à faire payer les pensions alimentaires qui ne le sont pas. (Il y a entre 30 % et 40 % d’impayés). Dans cet interview réalisé par Emmanuelle Lucas, Christelle Dubos a une formule que je trouve assez malheureuse : « On a beaucoup entendu ceux qui gagnent 1.500€ par mois et ne finissent pas le mois, mais je voulais aussi qu’on entende ceux qui ne commencent pas le mois » dit-elle. « On ne doit oublier personne ». Certes, elle n’a pas tort mais faut-il vraiment opposer ainsi ces 2 catégories de population ? (lire l’article de la Croix)

«La solidarité doit se propager à toute la société»

Cette belle formule de la présidente d’ATD Quart Monde est reprise en titre d’article par Libération. Claire Hedon dans une tribune explique qu’il faut « en finir avec les plans d’urgence qui ne règlent rien. L’État doit mettre en place des politiques réellement inclusives ». Or la solidarité va bien au-delà de liens fraternels qui font que l’on s’entraide et que l’on se soutient. la «lutte contre la pauvreté» a fait son temps ! dit-elle. « Elle a contribué à stigmatiser et à enfermer ceux et celles qui la subissent : «les pauvres». En réalité, des personnes, des familles, des citoyens accablés par la misère et l’exclusion qui voudraient vivre comme les autres. Pour cela, « L’Etat doit agir globalement, sous la responsabilité directe du Premier ministre. Quel que soit le domaine, toutes les politiques publiques doivent veiller à assurer l’accès de tous aux droits fondamentaux » Il devrait aussi évaluer la  réussite de sa politique à l’aune de son impact sur les 10% de citoyens les plus en difficulté. Oui mais, le fera-t-il vraiment un jour ? a-t-on envie de demander. (lire la tribune de Claire Hedon dans Libération)

Un bébé retrouvé mort dans la rue à Lille: sa mère sans-abri mise en examen

Ce fait divers dramatique parait éloquent. Une femme a accouché dans la rue près de la gare de Lille. La SDF d’une quarantaine d’années a été écrouée pour délaissement d’enfant ayant entraîné la mort. Mais que sait-on réellement de la situation de détresse de cette femme ? Des passants ont trouvé le nourisson à côté d’elle. Elle ne s’était pas enfui. Les secours sont intervenus mais n’ont pu le réanimer et ont constaté le décès », indique le parquet de Lille. Cette femme est aujourd’hui en prison. C’est à dire au chaud et avec de quoi se protéger car rien n’est pire ou presque que la rue pour ces femmes en déshérence. Pouvait-on agir en amont ? Les juges auront à voir comment une telle situation a pu se produire. (lire l’article de la Voix du Nord)

et aussi

Fin de la trêve hivernale à Caen : les associations assaillies par les appels de détresse des familles à la rue.

Dans le quartier de la Pierre Heuzé à Caen, ce sont « Avec la fermeture des centres d’hebergement d’urgence, …/…  les associations caritatives ont été fortement sollicitées pour trouver des solutions d’urgence ». Ainsi 80 personnes dont 38 mineurs qui se sont retrouvées à la rue. « Il n’y a jamais eu autant de familles qui n’auront pas de solution à la fin de la trêve hivernale. C’est très très inquiétant. On peut s’attendre à voir beaucoup de familles dormir dehors ce soir », expliquait alors Antoine Binet, de l’association Trait d’Union. Ce reportage de Florent Turpin et Bertrand Goulet réalisé sur place a de quoi inquiéter.  (lire l’article et visionner le reportage)

 

La sélection des articles a été réalisée avec l’aide de Michelle Verrier Flandre

Photo issue du site de l’assemblée nationale.

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Articles liés :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.