Lutte contre l’exclusion : l’ANSA crée un labo pour « l’inclusion numérique »

J’ai participé mardi dernier, à l’invitation de l’Agence Nouvelle des Solidarités Actives, à la première rencontre du « labo numérique ANSA ». Il s’agit d’une initiative menée en partenariat avec l’Agence du Numérique, plus particulièrement son Pôle « société numérique ». Ce laboratoire  vise à   réunir des acteurs pluriels engagés dans la lutte contre la pauvreté. Son objectif, à l’issue de quelques 3 à 4 rencontres en plénière, (et un travail d’approfondissement mené par l’ANSA entre les rencontres), est de construire une vision actualisée et partagée des réponses à apporter pour ’une société numérique inclusive, qui n’exclue pas notamment les personnes les plus fragiles. Il s’agit aussi d’identifier ensemble les leviers et modalités concrètes pour répondre à cette volonté partagée. Vous l’avez compris le défi est de taille.  Il est apparu essentiel pour l’ANSA que les acteurs du travail social participent à une telle démarche et contribuent, au travers de leurs pratiques, mais aussi de leurs questionnements, à cette vision commune…

Lire la suite

Numérique et travail social en 4 questions…

J’ai récemment été interrogé par la Gazette des Communes sur les impacts du numérique pour les travailleurs sociaux. Ce fut un long échange avec la journaliste ( plus de 2 heures au téléphone). Au final, elle a sélectionné 4 questions 1. Quels sont aujourd’hui les usages numériques des travailleurs sociaux ? 2. Quelle place occupe l’outil informatique dans les relations avec les usagers ? 3. Les travailleurs sociaux peuvent-ils malgré tout tirer profit de la digitalisation ?4. Les informations des usagers sont de plus en plus numérisées. Est-ce un danger ?  voici les réponses que la journaliste a retenu de cet échange. Je me suis appuyé sur des témoignages récents et réactions des collègues de secteur lors d’une rencontre ANAS à Paris.  Certaines sont un peu « remontées » contre cette numérisation à marche forcée qui les met en difficultés notamment  lorsqu’il s’agit de gérer des dossiers complexes. voici ce dont j’ai pu témoigner… Lire la suite

« Des services qui s’éloignent du public » Débat sur le « live » de Médiapart…

J’ai eu la possibilité de participer mercredi soir à une débat sur Médiapart sur le thème de l’avenir des services publics. J’étais invité au titre d’ancien président de l’ANAS (alors qu’il est indiqué sur les sous-titre que j’en  suis le président ce qui n’est pas exact. La présidente est rappelons le, Anne Brigitte Cosson. Elle n’avait pas pu se libérer pour ce débat, nous l’avions donc préparé ensemble). Il s’agissait pour nous d’apporter le témoignage des collègues assistantes sociales sur les évolutions de leur travail lié entre autres à l’irruption des plates formes numériques pour la gestion des droits sociaux des personnes et des familles. Cela m’a permis aussi de rappeler que les services sociaux sont eux aussi des services publics. De la protection de l’enfance en passant par l’accès à différents droits dont le droit au logement et celui de bénéficier de ressources suffisantes d’existence, notre profession est en première ligne sur la question de la lutte contre les exclusions. Vos pouvez suivre ce débat ici :

Je me permet de mettre en copie ci après le compte rendu qu’en a fait Yves Faucoup que je remercie ici pour ses articles quotidiens qui réagissent aux actualités du travail social. Voici ce qu’il en a écrit sur sa page facebook :

« Mediapart organisait hier soir des débats sur la modernisation des services publics qui se fait au détriment d’une partie de la population.

Un premier débat réunissait Raymond Avrillier, militant écologiste sur Grenoble (qui a fait chuter jadis le système Carignon), Benjamin Coriat économiste, et François Taulelle, géographe à l’Institut Champollion d’Albi, que j’ai eu plaisir à retrouver (je l’avais sollicité dans le passé dans le cadre de la formation des assistants sociaux). Il a effectué récemment avec un collectif de chercheurs une étude sur la RGPP et les transformations quant à la présence de l’État sur les territoires.

Lors d’un second débat, Gaëlle Differ, Sud-PTT, Nicolas Thirion, CGT-Finances publiques et Étienne Lejeune, maire adjoint de la Souterraine ont dénoncé les mesures prises qui mettent à mal le service rendu aux citoyens.

Abondant dans ce sens, Didier Dubasque, ancien président de l’association nationale des assistants sociaux (ANAS), titulaire d’un blog fort bien fait sur le travail social, a montré combien, en milieu rural, l’accès aux droits sociaux est entravé par la quasi-obligation de passer par les procédures numériques. Des permanences (CAF, Sécu, Pôle emploi, la Poste) ferment, et des témoignages rapportent que des gens viennent voir l’assistant social (AS) en disant que le Centre médico-social c’est « le dernier endroit où il y a encore de la lumière ». « Pour les personnes les plus fragiles, leur seule richesse c’est le service public, qui petit à petit s’efface », dit-il. Et on laisse les gens se débrouiller avec l’outil (informatique) : c’est ce qu’il appelle « le syndrome IKEA ». Si la personne ne sait pas s’y prendre, si la plateforme numérique ne répond pas, alors les droits ne vont pas être ouverts. 10 à 15 % de la population, selon le Défenseur des Droits, perdent ainsi l’accès à leurs droits sociaux. Un logiciel ne répond pas à toutes les situations, souvent complexes : un être humain pour expliquer c’est mieux. Les AS sont conduits à imprimer eux-mêmes des formulaires qui ne sont plus disponibles à la CAF. Si la modernité numérique est un mieux pour beaucoup, elle ne permet pas de respecter le principe républicain d’égalité. Même la récupération d’indu sanctionne davantage ceux qui ne sont pas passés par l’ordinateur pour faire leur demande de prestation ! Le Haut Conseil du Travail Social, dont Didier Dubasque est membre, s’est penché sur ces problèmes. Des communes, des départements commenceraient également à en prendre conscience. YF
. Vidéos :
1er débat : https://youtu.be/h2htc9FYLkk
2ème débat : https://youtu.be/abAYURAJ5PQ

N’hésitez pas non plus à visiter le Blog Médiapart d’Yves Faucoup

Enfin je profite de cette occasion pour remercier l’équipe de Médiapart de nous avoir donné a possibilité de parler des services sociaux, du travail de celles et ceux qui les font vivre. De donner à voir des perspectives pour un service public répondant aux besoins des personnes, notamment celles qui sont le plus fragiles et de plus en plus en difficulté pour accéder à leurs droits.

Nous avons été accueillis chaleureusement, accompagnés avec professionnalisme. Un grand merci aux journalistes et à leurs équipes techniques qui savent mettre à l’aise les intervenants et permettent des débats sereins et argumentés où l’on a e temps d’exposer son point de vue sans être pressurés par le temps.

Gare à la CAF si vous n’avez pas Internet..

Les allocataires de la CAF qui ne maitrisent pas leur messagerie ou Internet ont des soucis à se faire. C’est ce que j’en ai compris  après avoir entendu le témoignage de plusieurs assistantes sociales sur les conséquences très concrètes de cette évolution « tout numérique » engagée au sein des Caisses d’Allocations Familiales. Certains de ses agents n’y vont pas par quatre chemins. Suite à un échange de messages entre la CAF et le service social, j’ai interrogé plusieurs assistantes sociales qui me confirment bien que la numérisation des données produit des effets particulièrement négatifs à l’encontre du public le plus fragile, celui qui n’utilise pas Internet. La « fracture numérique » est bien là et elle est en train de provoquer de nouvelles exclusions Lire la suite

Du bon usage des écrans pour les enfants – la règles des 3-6-9-12 de l’association française de pédiatrie ambulatoire..

Les écrans sont omniprésents dans nos vies. De la traditionnelle télévision aux tablettes, smartphones et ordinateurs portables, leur usage immodéré provoque des risques certains. Les enfants et les adloescents sont les premiers concernés. Ces outils ne peuvent en aucun cas servir de substitut à la connaissance ou à l’attention que peut porter un adulte envers les plus jeunes. Pire l’utilisation des écrans a des effets néfastes pour le développement de l’enfant. Si vous voulez que votre enfant développe sa créativité et son imagination, préservez-le de l’usage abusif des écrans. Voici 4 conseils apportés par  le professeur Serge Tisseron, psychiatre et psychanalyste, spécialisé dans les relations jeunes-médias-images et auteur de la règle du 3-6-9-12.

Lire la suite

La tyrannie de nos messageries…

les messageries professionnelles et personnelles ont envahi notre quotidien. C’est vrai pour l’ensemble des métiers, cela l’est tout autant  dans le champ du travail social.  Aujourd’hui, il est courant pour un travailleur social ou un encadrant de recevoir une cinquantaine de mails par jour et même bien plus dans certains cas notamment dans les services sociaux des Départements. La gestion du courrier électronique est non seulement chronophage mais c’est aussi un facteur de stress… Cela n’est pas sans conséquences… Lire la suite

Hystérie antifraude au RSA au Sénat.. Un pistolet pour l’entretien avec l’assistante sociale

et aussi

  • Un pistolet dans la poche pour son rendez-vous avec l’assistante sociale. « Il a dit que s’il revoyait ses anciens collègues de travail, il les buterait, se souviendra la jeune femme lorsqu’elle racontera son rendez-vous à sa supérieure. Il a montré le pistolet dans sa poche, mais a précisé qu’il ne me voulait pas de mal.» Malgré la situation, l’assistante sociale garde son calme, appelle le psychiatre de Raymond, et passe une heure en entretien avec lui.
  • Nantes :une assistante sociale en visite à domicile découvre un véritable arsenal :  Afin de préparer le retour à domicile du vieil homme actuellement hospitalisé, une assistante sociale s’est rendue sur place. C’est alors que, dans le logement, elle a constaté la présence d’un véritable arsenal ! Elle a alors averti la police.

Autorisation unique des traitements de fichiers en action sociale : la CNIL l’a inventée et validée…

« Les organismes, services et établissements sociaux pourront désormais procéder en ligne sur le site de la Commission Nationale Informatique et Libertés (CNIL) à un engagement de conformité à l’une ou plusieurs autorisations uniques correspondant au(x) traitement(s) de fichiers  dont ils ont besoin dans le cadre de leur activité ». nous indique la Commission Nationale Informatique et Libertés. En clair, les gestionnaires de systèmes informatiques utilisés par les services sociaux n’ont plus besoin de déclarer les fichiers qu’ils utilisent au cas par cas. Cette déclaration unique est un engagement à respecter des principes communs à tous les fichiers. Le déclarant s’engagera tout simplement à les respecter. C’est un peu comme si il était demandé à un conducteur de poids lourds (avec tout le respect que j’ai pour cette profession…) de s’engager par écrit à respecter le code de la route et sans que l’on vérifie si le conducteur a le permis de conduire…  Lire la suite

« Just do it » Seul face à son écran, quand l’usager devient le gestionnaire de sa propre demande…

Le concept « IKEA » est en train de pénétrer de façon inquiétante le domaine de l’action sociale et ses prestations. Un article du Monde Diplomatique avait traité cette question il y a plusieurs années sous l’angle de la consommation. De quoi s’agit-il ? Cela consiste tout simplement à vous faire faire le travail à la place du prestataire. IKEA tire les prix par le bas car ce sont les acheteurs qui montent les meubles. Aujourd’hui c’est la même démarche pour nos institutions. Elles font des économies en demandant à leurs usagers de réaliser le travail de saisie et de conseils qui par le passé était assuré par leurs propres agents. Lire la suite

Ces statistiques qui nous envahissent…

Nous sommes tous régulièrement confrontés à un exercice particulièrement astreignant : Celui qui consiste à produire des statistiques sur notre activité. Aujourd’hui, ces fameuses “stats’” ont pris une place importante. Critiquées par les uns, considérées comme un mal nécessaire par les autres, elles sont, semble-t-il, devenues au fil du temps  l’outil de mesure du travail social. Lire la suite

Construire un site internet pour mieux faire connaître son travail… 3 défis et 2 challenges !

Un constat revient fréquemment : nous ne donnons pas assez à voir de ce que font nos institutions et par là même les travailleurs sociaux… Pour y remédier il est nécessaire de proposer sur la toile des sites Internet adaptés au public… Pourquoi et comment ? Lire la suite

Pourquoi sommes nous accros aux outils numériques ?

Des smartphones en passant par les tablettes et autres écrans interactifs, tous ces outils prennent une place de plus en plus importante dans la vie quotidienne et favorisent l’apparition de nouveaux comportements. Nos « joujoux » numériques nous rendent dépendants de ce ceux qui les conçoivent et nous n’avons désormais aucune difficulté à leur confier des informations relevant de notre vie privée. Lire la suite