Diplômes du travail social : un recul inadmissible pour la CFDT.. Le square des enfants perdus.. « Entendrez-vous la voix des précaires »..

et aussi

  • La Chine compte 760.000 travailleurs sociaux professionnelsChaque année, depuis 2006, plus de 30.000 étudiants sont diplômés en service social et la Chine offre des possibilités de formation à environ 300.000 personnes annuellement, a indiqué le ministère chinois des Affaires civiles dans un communiqué. Les services sociaux professionnels ont été étendus et comprennent désormais les domaines de la santé mentale, les soins aux personnes âgées ainsi que la prévention et le traitement de la toxicomanie.

Ramzy assistant social : « j’en ai bien connu ».. « Courage fuyons ! » : la colère de l’ONES.. Bilan en 1/2 teinte du plan lutte contre la pauvreté.

  • «Une vie ailleurs» : Ramzy assure grave. Il incarne un assistant social au côté d’Isabelle Carré. Et ce rôle dramatique lui va comme un gant. «J’en ai connu beaucoup des gens qui faisaient ce métier d’assistant social, confie celui qui a grandi en cité. Je me rappelle les éducateurs, ceux qu’on appelait les grands frères, et de ces associations qui comptaient dans leurs rangs des gens venus de l’extérieur pour s’occuper du quotidien des familles. Je me souviens d’une Mme Acas. Elle nous finançait quand on avait un petit projet qui valait le coup.»
  • Courage fuyons (Communiqué ONES ) : Lorsqu’une secrétaire d’état dans l’urgence de son départ donne un grand coup de balayette sur les espoirs des professionnels …/…  Pour être très clair, Madame Neuville annonce que cette réforme n’est en rien rétroactive et que les travailleurs sociaux actuels n’obtiendront pas la reconnaissance niveau II de leur métier. Elle enterre l’espoir de l’ensemble d’un corps professionnel en s’appliquant à le faire, comble de l’ironie, comme d’un cadeau qu’elle octroyait enfin.
  • Cinq ans de Plan de lutte contre la pauvreté : un bilan en demi-teinte. Le Collectif ALERTE a été reçu à l’hôtel Matignon le 21 mars pour présenter au Premier ministre le bilan qu’il fait du plan national de lutte contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale, à l’issue des cinq années de celui-ci. il constate que sur certaines politiques essentielles dans la lutte contre l’exclusion, les résultats ne sont pas à la hauteur des espérances. Il s’agit de la politique de l’emploi et de celle du logement.
  • Politiques jeunesse :« Arrêtons de les mettre dans des cases!« . Un rapport remis au président François Hollande  jeudi 23 mars.  Antoine Dulin nous livre les grandes lignes. Comment simplifier les dispositifs destinés aux 16-30 ans et lutter contre le non recours à leurs droits ?

et aussi

  • Québec : »Le travail social comme résistance ». Si le travail social peut être un lieu de résistance et de conscientisation, celui-ci peut malheureusement mettre de l’avant des pratiques opprimantes et «normalisantes», le travailleur social devenant un agent de contrôle social – souvent bien malgré lui. Et ainsi, le travail social mène de fausses luttes et se berce d’illusions s’il vise à rétablir l’individu dans «le système» plutôt que de travailler à corriger ce système producteur de pauvreté et d’inégalités. Ceci étant dit, les travailleurs sociaux ne doivent point abdiquer, se travestir et laisser au placard leur identité sociale; celle qui doit animer et diriger leurs actions. 
  • Sénégal : La place du travailleur social dans le développement du pays. « Ce métier exercé par des hommes et des femmes dévoués mérite davantage d’être connu du grand public. Explications…

 

Photo : Ramzy Bedia extrait de la  bande annonce du film « Une vie ailleurs »

Signons l’appel des solidarités.. Pas de rétroactivité pour le passage en catégorie A des travailleurs sociaux…. Que voulez-vous chers hommes et femmes politiques ?

et aussi

  • L’énergie est le second motif des demandes d’aides financières aux CCAS : L’énergie est le second motif derrière l’aide alimentaire et avant le logement. Plus des deux tiers des structures (72 %) vérifient systématiquement que les personnes qui les sollicitent bénéficient des tarifs sociaux pour l’électricité (TPN) et le gaz (TSS). En cas de non-recours, elles sont 84 % à accompagner les ménages dans l’ouverture de leurs droits. Huit CCAS sur dix octroient des aides sur leur budget propre, en complément des aides nationales, qu’il s’agisse de la prise en charge d’un impayé d’une facture d’électricité, de gaz naturel (à 98 % des CCAS répondants) ou d’eau (à 90 %).

De nouvelles mesures pour la revalorisation du travail social.. Hommage aux morts de la rue.. L’UNCCAS interroge les candidats à la présidentielle..

  • Ségolène Neuville annonce de nouvelles mesures pour la revalorisation du travail social : Dans le cadre de la Journée mondiale du Travail Social, la secrétaire d’État auprès de la ministre des Affaires sociales et de la Santé, chargée des Personnes handicapées et de la Lutte contre l’exclusion a fait un point d’étape sur les principales réalisations du plan d’action en faveur du travail social et a annoncé à cette occasion deux nouvelles mesures visant à la revalorisation des métiers du travail social (la revalorisation en catégorie A de tous les travailleurs sociaux de la fonction publique actuellement en catégorie B, à compter du 1er février 2018 et un arrêté sollicitant auprès de la Commission nationale de la certification professionnelle (CNCP) l’inscription au niveau 2 du registre national des certifications professionnelles des diplômes actuellement de niveau 3« L’importance des métiers du travail social a été pendant trop longtemps sous-estimée alors que les travailleurs sociaux font vivre au quotidien la solidarité et sont garants de notre cohésion sociale. Ces deux mesures s’inscrivent pleinement dans l’effort engagé depuis 2012 par notre gouvernement pour revaloriser le travail social » a déclaré Ségolène Neuville, qui s’exprimait devant des étudiants en travail social de l’IRTS Parmentier. De son coté Brigitte Bourguignon a présenté le nouveau site du Haut Conseil du Travail Social qui donnera accès aux travailleurs sociaux à des fiches pratiques et des ressources utiles pour leur travail au quotidien. Elle a présenté la proposition de définition du travail social sur laquelle se sont entendus les membres du HCTS, qui précise les principes et valeurs régissant l’intervention des travailleurs sociaux. (lire ici le communiqué officiel)

  • Hommage à Paris aux centaines de SDF morts en 2016 : Mihaela, 14 mois, morte en mars à Lille, Marie-Rose, 96 ans décédée à Marseille en juillet… Au moins 501 personnes sans abri se sont éteintes en 2016, selon un décompte du collectif Les Morts de la rue, qui leur a rendu hommage hier. Les noms de ces « morts de la rue », qui ont poussé leur dernier souffle sur un banc, dans un parking, une cage d’escalier ou le quai d’un métro, sont égrainés au micro par des bénévoles…

  • Élections présidentielles : l’Union Nationale des CCAS écrit aux candidats. Petite enfance, lutte contre la pauvreté, logement, santé… Au-delà des constats, ce plaidoyer pour une réponse sociale de proximité, pose une vingtaine de questions aux candidats. Les réponses seront publiées sur le site de l’UNCCAS.

 

photo : Ségolène Neuville, Brigitte Bourguignon et François Soulage, lors du point presse hier à l’IRTS Parmentier (Paris)

Photo 2 : Hommage aux morts de la rue – association « les enfants du canal« 

Élections : l’assistanat dans la ligne de mire des candidats.. « Encombrante Démocratie » avec Saül Karsz.. « A voix haute » avec TSA..

  • À gauche comme à droite, « l’assistanat » dans la ligne de mire : L’enquête Ipsos Sopra-Steria pour France Télévisions et Radio France révèle que la « lutte contre l’assistanat » apparaît comme une priorité pour 71% des sondés. Logiquement, 93% des Français qui voteraient pour François Fillon et 88% de ceux pour Marine Le Pen veulent lutter contre l’assistanat. Chez les candidats de gauche, ce combat reste une priorité pour 32 % des électeurs de Benoit Hamon et pour 41 % de ceux de Jean-Luc Mélenchon. Le score monte à 70% chez les électeurs de Macron. Mais presque deux tiers (62%) des Français considèrent dans le même temps que le niveau de remboursement des dépenses de santé est trop faible. (l’assisté, c’est l’autre…)
  • Encombrante démocratie : le billet de Saül Karsz (Pratiques sociales). « Le candidat de droite à la prochaine élection présidentielle en France exprime des critiques sévères envers le système judiciaire, qu’il accuse même « d’assassinat politique » – déclaration étonnante venant de quelqu’un qui parait fort vivant. Bien d’autres, politiques et capitaines d’industrie notamment, ont exprimé, expriment et exprimeront encore leur courroux face aux convocations policières et judiciaires, ne daignent pas y obtempérer, crient au scandale. L’éventualité de devoir rendre (des) compte(s) leur est insupportable »…
  • Une belle initiative du site web de TSA qui édite nouvelle série intitulée « A voix haute ». Elle a pour ambition de donner la parole à ceux qui n’ont longtemps pas eu droit au chapitre : ceux qu’on nomme « usagers », « bénéficiaires », ou encore « personnes accompagnées ». Et c’est avec Hamidou que TSA inaugure l’exercice : ce mineur isolé étranger a dû batailler 6 mois avant d’obtenir une prise en charge par la protection de l’enfance. 
  • La Journée internationale du travail social a lieu demain 21 mars sur le thème : « Promoting Community and Environmental Sustainability » : à cette occasion voici le message d’Annamaria Campanini, Présidente de l’Association internationale des écoles de service social :

et aussi

  • Les départements alsaciens alertent à nouveau l’État à propos des mineurs isolés étrangers: Le Bas-Rhin et plus précisément Strasbourg, est un espace frontalier, un carrefour de plusieurs routes d’immigration. Le Conseil départemental a toujours été en première ligne pour accueillir les mineurs qui arrivent en France sans leur famille. Les pays d’origine des mineurs concernés sont les mêmes qu’il y a quelques années : dans l’ordre Guinée, Afghanistan, Pakistan, Algérie et Mali. Autrement dit, pas d’afflux de jeunes venus des conflits en Syrie ou d’Irak. Le démantèlement du camp de transit à Calais n’a pas eu d’impact…

 

L’obsession de l’assistanat en France est-elle fondée ? La CAF du Nord réduit son service au public. Le coté obscur du centre Hidalgo.

et aussi

Lettre à la ministre du logement… L’ASE pour les enfants revenant de Syrie.. Un désert social à Aulnay-sous-Bois..

et aussi

  • Un soir en maraude, avec les bénévoles de la Croix-Rouge. Suivi par une assistante sociale, il n’est vêtu que d’un coupe-vent et d’un petit tricot. Ses anges gardiens d’un soir lui sortent des couvertures et lui promettent de repasser le voir avec de plus gros pulls. « La dégringolade provient souvent d’une rupture des liens familiaux », constate avec impuissance Martine, 62 ans, bénévole à la Croix-Rouge depuis trois ans.
  • Contre le harcèlement, un collège imagine des « copains vigilants ». Dans sa classe de sixième, Hugo a repéré deux camarades « qui s’insultent et en sont quasiment à se frapper ». Volontaire pour faire partie des « Copains vigilants », une initiative originale mise en œuvre dans son collège de La Colle-sur-Loup près de Nice pour lutter contre le harcèlement, il en a parlé à sa professeur principale.

 

Photo : Guitguit  « SDF » Some rights reserved

 

Les Départements, enjeux de la présidentielle.. Haut Rhin, le 115 en grève.. 1/3 des français pensent que les aides favorisent l’assistanat..

  • Les départements mis en jeu dans la présidentielle : Du résultat de l’élection du 7 mai dépend aussi le sort des conseils départementaux, de leurs services publics et de leurs fonctionnaires. L’Assemblée des départements de France a pu réunir plusieurs candidats le 8 mars pour un grand oral. Et sur la question des moyens comme des emplois, les intentions divergent…
  • Les salariés du 115 en grève dans le Haut-Rhin : Les salariés exercent leur droit de retrait, pour réclamer la prolongation de l’hébergement d’urgence dans le département. Ils n’arrivent plus à faire face aux nombreux appels. « On passe la majorité de notre journée à dire aux gens qu’il n’y a pas de places », raconte Estelle, l’une des permanentes. « On leur dit qu’il faut qu’ils rappellent alors qu’on sait qu’il n’y aura pas de plus de places le soir ».
  • Un Français sur trois pense que notre système social favorise l’assistanat : Ils sont néanmoins une grande majorité (72%) à penser qu’on ne parle pas assez de pauvreté dans le débat politique et plus de 80% pensent que la lutte contre la pauvreté devrait être décrétée grande cause nationale, selon un sondage réalisé pour le Secours catholique.

et aussi

  • Mayotte, ce bout de France où vivent 3000 mineurs sans papiers et sans parents : À Mayotte, 101e département français, ces mineurs isolés rêvent d’école et de papiers. StreetPress vous raconte l’histoire de Moussa, Anrafa, Oumi et les autres.
  • Évaluez vos droits à 15 aides nationales : le questionnaire en ligne simple mis en place par le gouvernement  a l’ambition de donner un montant mensuel pour chaque prestation auquel chaque personne est éligible et leur  donne aussi accès aux démarches. 24 aides sociales sont étudiées et il est annoncé un temps de saisie de 7 minutes. (vu la complexité de certaines aides, je demande à voir).

 

Photo : séance de travail au Conseil départemental des Yvelines     Some rights reserved

 

Manif de travailleurs sociaux : la tendance est à l’ubérisation.. Le surendettement baisse en 2016.. Emmaüs : un permis à 300 euros..

  • Les travailleurs sociaux manifestent : « La tendance est à l’ubérisation ». Ils dénoncent également une marchandisation de leur profession… Les travailleurs sociaux ont battu le pavé mardi pour dénoncer la dégradation de leurs conditions de travail. Après une mobilisation en septembre dernier, et à quelques semaines de l’élection présidentielle, les éducateurs spécialisés, assistants sociaux, conseillers en économie sociale familiale ou encore aides à domicile ont pris place cette fois aux côtés des infirmiers et des aides soignants dans les cortèges de plusieurs villes de France, comme à Paris, à Rennes ou à Nice.
  • Le surendettement baisse en 2016 : Le nombre de dossiers de surendettement déposés par les ménages français auprès des commissions de surendettement est de 194 194, soit une baisse de 10,6 % par rapport à 2015. Si les ménages recourent moins aux crédits à la consommation, leur dettes courantes augmentent. Les arriérés de charges (logement, énergie, transports…) représentent 23,6 % de l’endettement global en 2016 (contre 17 % en 2011). Les dettes de logement représentent une moyenne de 4484 €, les dettes d’énergie et de communication 1445 € et les dettes fiscales 2892 €.
  • Emmaüs propose un permis de conduire à 300 euros : C’est ce que propose l’auto-école solidaire de Ruffec, en Charentes, ouverte en janvier par l’antenne locale d’Emmaüs. Un tel prix attire forcément mais tout le monde n’est pas admissible. Dans ce centre les apprentis conducteurs ne sont pas des clients, mais des bénéficiaires. Ils doivent répondre à des critères sociaux, économiques et géographiques, mais surtout présenter un projet professionnel.

et aussi

  • «La morale ne suffit pas pour prévenir l’ivresse des jeunes» (Suisse) : La consommation d’alcool des jeunes a beaucoup évolué. Pour les adolescents de 15 ans, elle a augmenté jusqu’en 2002. Puis elle se stabilise et on mesure une importante diminution en 2014. Mais, simultanément, pour les 16-20 ans, on enregistre depuis vingt ans une hausse des ivresses ponctuelles avec les risques qui en découlent: accidents, comportements sociaux inadéquats, sexualité à risque. 
  • « The Walking Dead »: une drogue transforme ses consommateurs en zombies : Julie Boyle, assistante sociale à Manchester, aide les SDF. « Dans le centre de la ville, des personnes semblent être congelées, comme des zombies. Ils ne bougent plus. On dirait qu’ils ne sont plus en vie. Ils ne savent même plus où ils sont », précise-t-elle. Un citoyen de Manchester, Michael Cauchi, a goûté une seule fois au « Spice ». Et il n’en garde pas de bons souvenirs. « Je ne connaissais pas cette drogue. J’ai cru que j’allais mourir. C’était comme si mon cerveau et mes poumons se renfermaient », se souvient Michael Cauchi.

photo : extrait du reportage vidéo de l’Obs sur la manifestation hier à Paris  » A sept semaines du premier tour, les hospitaliers et les travailleurs sociaux mènent ce mardi une journée d’action pour défendre le service public. « 

Enfants maltraités : une réalité « effarante ».. Dépendance : Quelles logiques de solidarité ? Les violences sexuelles sont « sous estimées »

  • Enfants maltraités : « La violence fait ‘disjoncter’ le cerveau ». Muriel Salmona, psychiatre et fondatrice de l’association Mémoire traumatique et victimologie vient de lancer un manifeste pour l’imprescriptibilité des crimes sexuels. Elle lance un cri d’alarme : « La France est dans un déni complet » quant au nombre de personnes concernées et aux « conséquences effarantes de cette violence ».  Les récents faits divers dramatiques, du décès du petit David, puni car il avait mangé des bonbons, à celui de Yanis, mort pour avoir fait pipi au lit, nous rappelle un chiffre terrible : deux enfants succomberaient chaque jour à cause de maltraitances…
  • Quelles logiques de solidarité pour une prise en charge équitable et efficace ? «Réformer la dépendance pour accompagner la perte d’autonomie ». La promesse de François Hollande en 2012 de créer une 5e branche de sécurité sociale et une « contribution spéciale » s’appliquant à tous les Français faisait suite au débat national sur la prise en charge de la dépendance qui avait annoncé la mise en péril de l’équilibre financier du pays par l’augmentation du nombre des personnes dépendantes de plus de 60 ans : un triplement du nombre des plus de 85 ans d’ici 2050, conséquence du boom de la natalité après-guerre – même si un dixième seulement d’une classe d’âge le devient.
  • Les violences sexuelles, une réalité sous-estimée. 62 000 femmes et 2 700 hommes de 20 à 69 ans sont victimes d’au moins un viol ou une tentative de viol chaque année. 553 000 femmes et 185 000 hommes par an sont victimes d’autres formes d’agressions.  L’Institut national d’études démographiques (Ined) a publié les premiers résultats d’une vaste enquête sur le sujet. Elle porte le nom de Virage pour « Violences et rapports de genre ». Cette étude française pourrait-elle augurer d’un autre « virage », dans la prévention et le traitement par les pouvoirs publics des violences et agressions sexuelles ?

et aussi

  • Pour un revenu décent ouvert à tous. Une tribune de Louis Gallois président de la FAS (ex FNARS) et Thierry Pech directeur de « Terra Nova » ; « Cette campagne électorale doit être le moment d’un débat enfin sérieux sur la lutte contre le chômage de masse et la pauvreté qui touche près de 9 millions de nos concitoyens ».

 

Photo : pixabay

Une nouvelle définition du travail social.. Logement social : peut mieux faire dit la cour des comptes.. La CPC sous tutelle.. (?)

  • La définition du travail social sera intégrée dans le code de l’action sociale et des familles : Mis en place en juillet 2016, le Haut Conseil du travail social, dans sa séance du 23 février, a adopté une définition du travail social qui tient compte de l’évolution des politiques sociales et des professionnels. Le travail social est un ensemble de pratiques professionnelles qui s’inscrit dans un champ pluridisciplinaire et interdisciplinaire… Il s’appuie sur des principes éthiques et déontologiques, sur des savoirs universitaires en sciences sociales et humaines, sur les savoirs pratiques et théoriques des professionnels du travail social et les savoirs issus de l’expérience des personnes concernées, dans un processus de co-construction… (communiqué UNSA)
  • Logement social : la Cour des comptes préconise de mieux cibler les plus modestes. La moitié seulement des ménages situés sous le seuil de pauvreté sont logés dans les HLM. Pour la Cour des comptes, il est possible de mieux cibler les plus modestes. En 2016, la France comptait 4,8 millions de logements sociaux, soit une habitation sur six.
  • La commission professionnelle consultative mise sous tutelle par décret : Dans un communiqué commun , la  Fédération Nationale de l’Action Sociale et de la Fédération des Service Publics et de Santé dénonce le fait que le caractère indépendant de la CPC instaurée depuis 2002 disparait. C’est désormais à la seule demande de la ministre ou des ministres que la commission pourra être saisie, en particulier pour mettre en œuvre la suppression des diplômes professionnels du champ du travail social et de l’intervention sociale.

et aussi

  • La reconnaissance du burn-out à nouveau en débat : Plus de trois millions de salariés pourraient présenter un risque d’épuisement au travail, selon une enquête du cabinet Technologia. Serpent de mer des débats parlementaires, la reconnaissance du burn-out comme maladie professionnelle resurgit au gré de la campagne électorale. Une mission parlementaire vient de rendre ses conclusions sur ce nouveau mal du siècle.

  • La maire de Calais prend un arrêté interdisant la distribution de repas aux migrants. L’élue, qui n’entend pas « revivre ce qu’on a vécu pendant des mois » sur le territoire, veut, avec cet arrêté, éviter que de nouveaux « points de fixation » ne se reforment.

Les oubliés du numérique, un défi pour l’État.. « L’ASE a vu ma détresse ».. Pour lutter contre les violences faites aux enfants..

  • Les oubliés du numérique, un défi pour l’État : Des millions de Français vivent sans connexion à Internet ou sont en difficulté face aux usages sur la Toile. Ce phénomène d’exclusion numérique est aggravé par la dématérialisation des services publics. Plus de 8 millions de Français (de plus de 12 ans) n’ont pas d’accès à la Toile à leur domicile, selon l’édition 2016 du baromètre numérique du Crédoc . Parmi eux, des gens dans une grande précarité financière. Telle Lamia, sans emploi, qui vit avec un budget très serré. Mais aussi beaucoup d’actifs, peu ou pas diplômés, aux revenus limités. Et des bataillons de seniors de plus de 70 ans effrayés par la technologie, effet de génération oblige.

  • « C’est grâce au foyer que ma vie va bien » « L’ASE a vu ma détresse ».  Quand une assistante sociale chargée de la protection de l’enfance l’a appelée, cette mère n’a pas compris qu’on voulait lui parler de sa propre fille. « Je suis tombée des nues », se souvient Aline, 47 ans (tous les prénoms ont été modifiés). Sonia a 13 ans à l’époque. C’est la conseillère principale d’éducation du collège qui a envoyé une information préoccupante à son sujet au département du Val-de-Marne, responsable de l’Aide sociale à l’enfance. « Cette femme, je l’ai détestée sur le coup, mais maintenant je la remercie, témoigne Sonia, aujourd’hui âgée de 22 ans, qui poursuit des études d’infirmière. C’est grâce au foyer que ma vie va bien. »

  • Un plan pour lutter contre les violences faites aux enfants : « Sortir les violences faites aux enfants de l’invisible et de l’indicible. » Tel est l’objectif de la ministre des familles Laurence Rossignol, qui annonce aujourd’hui, le premier plan interministériel consacré à ce sujet. « Les violences faites aux femmes sont sorties de l’invisibilité, avait-elle expliqué lors de ses vœux, le 23 janvier. Ce n’est pas le cas des violences exercées sur les enfants. Elles ne viennent nous bouleverser que lorsqu’un drame se produit. Les voisins ne disent rien, puis organisent des marches blanches. Il faut sortir de l’idée que faire un signalement serait faire de la délation. Si un enfant est en souffrance, notre devoir à tous est de l’aider. »

et aussi

  • Un festival sur le « bien vivre à domicile » à Alençon : « L’idée a émergé récemment, au mois de novembre 2016. Au départ, on partait sur une journée mais on a remarqué que beaucoup de professionnels souhaitaient participer à l’événement ». En ouverture du festival, un documentaire de Paul Vannier, ancien assistant social en conseil départemental, sera projeté à l’IUT. Le court-métrage Odette et Alzheimer retrace le parcours d’une octogénaire atteinte de la maladie, de son quotidien à la maison à son transfert en maison de retraite spécialisée.

L’accès aux droits « recule » dans les services publics.. Psy : le non-sens de la majorité pénale à 16 ans.. Vagues de solidarité avec les migrants..

  • L’accès aux droits « recule » du fait de services publics qui « s’éloignent » des usagers. C’est quand même un paradoxe alors que l’on recherche des solutions au non recours, voilà qu’il se confirme que ce sont bien les institutions dans leurs modalités d’intervention qui provoquent l’exclusion des droits notamment par découragement. Le défenseur des droits a souligné que les « services d’accueil et de renseignement » des services publics « sont moins bons et renvoient de plus en plus vers des démarches en ligne. (…) Les services publics s’éloignent, ce qui ne peut pas ne pas avoir de conséquences politiques, indépendamment de la question de l’accès aux droits »
  • Majorité pénale à 16 ans : un non-sens pour les psychiatresDr Gérard Shadili : Un jeune de 16 ans n’est pas un adulte. C’était le cas hier ; c’est toujours le cas. Pour s’en convaincre, on peut rappeler les données sur le fonctionnement cérébral de cette population. L’imagerie a démontré que jusqu’à 20-21 ans, le cortex cérébral est encore en développement. Cette zone du cerveau est impliquée dans la planification, la réflexion, le contrôle et l’inhibition des comportements. Dans les années 1970, les juges avaient conscience du caractère non-développé des mineurs.
  • Dans un village de la Loire, la haine et les clichés submergés par une vague de solidarité avec les migrants : depuis l’arrivée des migrants, contraints de quitter la jungle de Calais, un immense élan de solidarité a gagné la commune rurale et ses environs, à proximité de Saint-Étienne. Depuis trois mois, plus de 220 bénévoles, bien coordonnés par un collectif d’habitants, proposent leur aide sous des formes très variées. Au CAO de Doué-la-Fontaine, 39  migrants reprennent pied. « C’est surtout l’élan de solidarité qui est impressionnant. Plus de 150 bénévoles proposent des cours de français, récoltent des vêtements, organisent des activités culturelles ou sportives, ou du covoiturage pour aller à la préfecture, chez le médecin ou à la mosquée. »

et aussi

La lutte contre la fraude à la CAF s’intensifie.. Nord : les suspensions RSA se multiplient.. Le fiasco des actions de déradicalisation..

  • Fraudes à la Caf : 90% des bénéficiaires contrôlés sans le savoir : La Caf intensifie sa chasse aux fraudeurs avec toujours plus de contrôles. En 2016, 7,2 millions d’allocataires ont été contrôlés, soit 56% des bénéficiaires. Si la majorité des contrôles se fait par téléphone, la majorité se fait dans l’ombre. Des agents vérifient en effet les dossiers des allocataires, notamment si le revenu des déclarés est crédible. Des vérifications si discrètes qu’il est impossible de savoir si l’on a déjà été contrôlés.
  • Jean, amputé d’une partie de son RSA : «Ils viennent faire ch… les pauvres». « Depuis plusieurs mois, il n’était pas passé ouvrir sa boîte aux lettres « à cause de problèmes de santé ». Le département lui reproche de ne pas être en règle auprès de Pôle emploi. La première sanction tombe. Pis : Jean découvre, dans un second courrier, qu’il passe en commission pluridisciplinaire le lendemain. Cette fois, il risque la radiation. Le grand gaillard tremble comme une feuille morte. Lucie, sa référente au Secours populaire, commence par lui tirer les oreilles. « Il faut ramasser son courrier ré-gu-liè-re-ment !». « Quelques coups de téléphone et la situation se démêle. Jean, réinscrit à Pôle emploi, échappe au couperet de la radiation. Soulagé, il ne décolère pas : «Ils viennent faire ch… les pauvres mais, à côté de ça, on laisse Penelope Fillon se goinfrer d’argent public…»
  • «A ce stade, la déradicalisation est un véritable fiasco». « Ce que nous avons découvert est quelque peu déroutant parce qu’inattendu. L’impression générale est que les pouvoirs publics, pressés de rassurer la population, ont débloqué beaucoup d’argent pour mettre en œuvre cette «déradicalisation». Mais le résultat n’est pas assez sérieux et confine au bricolage. Une bonne partie des associations et des structures subventionnées n’ont pas les compétences pour investir ce sujet. On peut parler d’un relatif fiasco ».
  • Dans les Hauts-de-Seine, les PMI redoutent une mort subite : Le département le plus riche de France projette de déconventionner les structures de santé préventives destinées aux femmes enceintes et aux enfants de moins de 6 ans. Les professionnels du secteur s’organisent pour éviter la casse de ce service public. Dans les PMI départementales, l’idée est également d’inciter les patients qui le peuvent à se retourner vers la médecine de ville pour ne réserver la PMI qu’aux plus pauvres. Première conséquence : l’engorgement s’accentue. « Faute de PMI pour assurer le suivi de base comme les vaccins, les médecins de ville se retrouvent débordés par de simples consultations de suivi et doivent refuser des enfants malades », s’agace le Dr Titti-Dingong, pédiatre en médecine libérale dans la ville

et aussi

  • « L’Angleterre, il faut que t’oublies« . Fin octobre, les quelques 6 500 habitant-es de la jungle de Calais furent évacué-es par bus dans 280 Centre d’Accueil et d’Orientation dispatchées dans toute la France. Aux mineur-es voulant rejoindre leur famille en Angleterre, gouvernements français et britanniques ont promis un passage rapide de l’autre côté de la Manche après simple étude du dossier. Rétention d’information, pression, isolement… Comme nous le décrit une personne ayant travaillé un mois dans un CAOMI (MI pour mineur·es isolé·es) d’Ariège, la réalité est toute autre.

Les travailleurs sociaux contre Donald Trump… Les Français soutiennent les plus pauvres.. Appel pour une société inclusive et solidaire !

  • Aux Etats-Unis, l’Association des travailleurs sociaux dresse un mur contre Donald Trump : la NASW se mobilise contre les politiques de Donald Trump, depuis son élection à la Maison-Blanche. Contre le « muslim ban », ou encore pour l’Obamacare, l’Association nationale des travailleurs sociaux multiplie les prises de position – au risque de s’aliéner certains travailleurs sociaux… Maintenant que Donald Trump occupe la Maison blanche, l’association a deux combats à mener. Le premier est la défense de l’Obamacare, cette extension de la couverture maladie, arrachée par le précédent président. Puisque Donald Trump compte « abroger » et « remplacer » ce dispositif, la NASW a appelé ses adhérents, dès le 23 janvier, à écrire à leurs élus, pour les convaincre de le sauver. Elle vient encore de plaider avec une autre association, pour que personne « ne perde accès aux services de santé ou à la couverture maladie ».
  •  Les Français soutiennent en grande majorité les plus pauvres : Les Français n’ont en rien succombé à la « pauvrophobie ». « L’inquiétude quant à l’avenir offre un profil identique : 88 % de la population estime que la pauvreté va augmenter dans les cinq prochaines années, chiffre en hausse depuis 2004. Plus on pense que la pauvreté augmente, plus on se sent inquiet pour son avenir. Un quart de la population estime qu’il y a un risque personnel pour elle de devenir pauvre »…
  • Faisons ensemble campagne pour une société inclusive et solidaire ! pour les personnes handicapées aussi.. « Du souffle. C’est ce dont a besoin notre pays pour réussir la métamorphose dans laquelle il est désormais engagé ». Nous souhaitons une société où accéder à l’éducation, à la santé, au logement, au travail ne soit plus un privilège réservé aux uns et interdit aux autres. Nous souhaitons une société sans privilèges et qui lutte contre toutes les formes persistantes d’exclusion. Une société inclusive et solidaire. (Une tribune de Luc Gateau Président de l’Unapei)
  • En terminale S à Saint-Ouen, je suis SDF le soir. Le lycée, c’est mon havre de paix. Par  Lycéenne. « Kahina et sa petite sœur ont de bonnes notes. Toutes les deux élèves au lycée Auguste Blanqui de Saint-Ouen, elles ne révisent pourtant pas dans leur chambre, ni sur un bureau. Depuis un an, les deux jeunes filles dorment dehors ou à l’hôtel, quand le 115 leur trouve des solutions d’urgence. Dans le même lycée, cinq autre élèves sont concernés. Kahina nous raconte son quotidien ».

et aussi

  • Belgique : un Manifeste du travail social. Alors que le secret professionnel des CPAS est mis à mal, un collectif de travailleurs sociaux rappelle les fondements de leur travail. Un cadre de moins en moins évident souligné dans un ‘Manifeste du travail social’. Le Comité de vigilance en travail social (CVTS) est né dans la tourmente, à la suite de travailleurs sociaux emprisonnés et poursuivis dans le cadre de leur engagement professionnel. Cette nouvelle nous rappelle donc des jours particulièrement sombres…

photo issue du compte facebook de la NASW

« On achève bien les mineurs isolés étrangers ».. Le point sur les « référents de parcours ».. Belgique : le secret professionnel menacé.

et aussi

 

photo issue du site say-yess.com article : « venir en aide aux mineurs étrangers isolés »

Maltraitance des enfants : pourquoi il y a urgence.. Quand le surmenage touche les parents.. Les entreprises privées, moteur des services à la personne

  • Maltraitance infantile : pourquoi il y a urgence. En France, tous les trois jours, une femme meurt sous les coups de son mari. Les campagnes de sensibilisation contre les violences conjugales viennent le rappeler chaque année. A contrario, aucun chiffre national ne filtre sur la maltraitance infantile. Et pour cause, il n’y en a pas, comme le rappelle Le Figaro. « On est dans le flou le plus total ». Les seuls chiffres fiables sont ceux remontés par la police ou le ministère de la Justice, mais encore une fois, ils ne reflètent pas du tout la maltraitance. Les départements, eux, n’ont pas de système cohérent les uns par rapport aux autres… Et selon l’aide sociale à l’enfance, entre 280.000 et 300.000 enfants sont placés ou sont aidés à l’intérieur de la famille par un acteur social… 
  • Quand le surmenage touche aussi les parents :  Chercher la perfection familiale peut coûter cher. Si avoir des enfants est une source de bonheur à bien des égards, il est rare que notre progéniture ne soit pas également une cause de stress et de tension, pouvant parfois même conduire à un véritable surmenage. Une évidence pour de nombreux parents, sans doute.
  • « Les gendarmes découvrent 41 animaux et deux enfants dans un appartement insalubre » La protection des enfants pourrait-elle passer après la protection des animaux ? C’est une question que l’on peut se poser à la lecture de cet article assez surprenant. La situation des animaux est largement évoquée contrairement à la situation des enfants au point que l’on ne sait pas qui des animaux ou des enfants est victime de maltraitance.. Étonnant rédactionnel sur Europe 1 alors que Ouest France et BFM TV priorisent dans leurs titres la situation des enfants…
  • Les entreprises privées, moteur des services à la personne : Dans le secteur, 126 millions d’heures ont été facturées par des entreprises, avec une progression de 7,4 % en un an. Elles grignotent ainsi des parts de marché aux associations et aux organismes publics, encore majoritaires lorsque les particuliers décident de ne pas facturer eux-mêmes le service.

et aussi

  • Romeurope appelle à la résorption des 500 bidonvilles de France : Les quarante et une associations membres du Collectif national droits de l’homme Romeurope interpellent dans un rapport, publié jeudi 16 février, les candidats à la présidentielle sur la résorption des bidonvilles, leur soumettant vingt propositions.

  • Les « Réunionnais de la Creuse » dénoncent un « crime contre l’enfance ». Pendant vingt ans, des enfants réunionnais ont été exilés de force en métropole. Alors que la commission d’information créée sur cette déportation remet jeudi 16 février son premier rapport, certains d’entre eux témoignent.

  • La vie nocturne des sans-abri. Comment passe-t-on la nuit quand on n’a pas de logement à soi? En Suisse, des centaines de professionnels et de bénévoles tentent, tous les soirs, d’alléger le quotidien des personnes à la rue. Rencontre.

 

Photo : Pixabay

Business social : Jean-Marc Borello, ancien éducateur, aujourd’hui patron d’un groupe de 17.000 salariés.. Sans-abri: tous des immigrés ? « Femmes invisibles » : survivre dans la rue..

  • «L’économie solidaire est plus qu’une mode. Nous recrutons sans peine des cadres prêts à baisser leur salaire». Que penser de Jean-Marc Borello et des thèses qu’il défend ? Cet ancien éducateur spécialisé préside depuis sa création le Groupe SOS, qui agrège de multiples entreprises et associations dans divers domaines de l’action sociale. Fervent soutien d’Emmanuel Macron, il n’a pas les codes des patrons habituels. Il a développé un business social assez unique avec le Groupe SOS qui est la première entreprise sociale européenne : 17 000 salariés, 405 établissements en France et dans 35 pays, une croissance de 20 % par an, un chiffre d’affaires qui avoisine le milliard d’euros, 2 000 embauches par an… Le Groupe intervient dans l’accueil de toxicomanes, de SDF, l’accompagnement de jeunes en difficulté ou encore la gestion de crèches, de CER et de maisons de retraite. Il vient de publier Pour un capitalisme d’intérêt général.
  • Sans-abri: tous des immigrés ?  De plus en plus de personnes sont condamnées à vivre dans la rue. Des rapports s’en font l’écho (comme récemment celui de la Fondation Abbé-Pierre ou celui de la Cour des Comptes). Une droite extrême a combattu la venue de réfugiés en prenant soudain la défense des «SDF français», puis, comme «Causeur», elle joue avec les statistiques pour dire que finalement les SDF ne sont que des sans-papiers.
  • Femmes invisibles : survivre dans la rue : Quarante pour cent des sans-abri sont des femmes. Deux SDF sur cinq. Elles sont de plus en plus nombreuses, mais personne ne les voit, ou si peu. Par instinct de survie, les femmes sans-abri se cachent, doivent se rendre invisibles, transparentes…
  • Les priorités des Français pour la lutte contre la pauvreté Les Français attribuent la responsabilité de la lutte contre la pauvreté à l’État en premier lieu (83%), loin devant les collectivités locales (45%), les citoyens (28%), les entreprises (22%) ou les associations (14%). Cette primauté de l’État est exprimée par toutes les catégories de Français, sans distinction. C’est l’un des enseignements d’une enquête IPSOS préparée pour le Conseil Économique, Social et Environnemental.

et aussi