Attention aux défis en ligne sur les réseaux sociaux

Un enfant de 12 ans de l’Oklahoma a été retrouvé mort cette semaine après avoir tenté un défi en ligne sur le réseau TikTok particulièrement apprécié des jeunes. Le « jeu d’étouffement », similaire au « défi du black-out », est antérieur à l’existence des médias sociaux et a fait des dizaines de morts aux Etats Unis, selon les Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis . Le CDC a signalé 82 décès de 1995 à 2007 en raison de ce jeu prisé des enfants. La plupart des victimes étaient des garçons âgés de 11 à 16 ans, selon le rapport.

Les défis postés sur les médias sociaux sont particulièrement attrayants pour les adolescents, qui se tournent vers leurs pairs pour savoir ce qui est valorisant. Ils recherchent un renforcement positif de leur image et de leurs capacités auprès de leurs « amis » inscrits sur les réseaux sociaux. Ils sont plus enclins à adopter des comportements à risque, en particulier lorsqu’ils savent qu’ils sont observés par ceux dont ils convoitent l’approbation.

Cette pratique très dangereuse qui consiste à couper sa respiration tout en se filmant inquiète aussi les autorités italiennes. Le 21 janvier dernier, Antonella une fillette de 10 ans avait été retrouvée dans un état de mort cérébrale avec une ceinture autour du cou dans la salle de bain de sa maison familiale à Palerme. Antonella allait sur TikTok pour des chorégraphies et pour regarder des vidéos. Mais de fil en aiguille,  son attention a été attirée par un tout autre jeu, le Blackout Challenge qui s’est révélé fatal pour elle.

Certes les défis d’asphyxie, parfois appelés « jeu d’étouffement » ne sont pas nouveaux. Ils sont antérieurs à TikTok et même aux médias sociaux. Alors qu’ils se propageaient auparavant par le bouche-à-oreille, Time Magazine a rapporté en 2018 que les plateformes en ligne rendaient les informations à leur sujet plus accessibles, ce qui a  conduit plus d’enfants à l’essayer seuls plutôt qu’avec des amis.

Un rapport sur ce sujet a été piloté par l’organisation de protection de l’enfance américaine Thorn, a interrogés  des enfants âgés de neuf à 17 ans sur leur expérience sur des applications telles que TikTok, Instagram, Facebook et Snapchat. Il explique que si les jeunes tirent une immense valeur de l’exploration et de l’expérimentation en ligne, ces possibilités peuvent tout autant introduire de nouvelles formes de prises de risques.

Sans surprise, les plateformes se défendent de toute responsabilité alors qu’à mon sens, elles en ont une. Les politiques des plateformes destinés à protéger les jeunes utilisateurs ne sont pas à la hauteur des risques auxquels ils sont confrontés en ligne. Et c’est bien là le problème. Pour autant TikTok a déclaré dans un communiqué au magazine en ligne  Insider  que la plate-forme bloque « les hashtags et les recherches connexes pour décourager les gens de participer ou de partager du contenu potentiellement dangereux ». Mais visiblement cela n’en a pas empêché certains jeunes de se plier au défi sur la plateforme et de partager avec d’autres leur expérience pour accroitre leur notoriété.

Lire aussi

 

Photo créée par freepik – fr.freepik.com

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Articles liés :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :