Didier Dubasque
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Assistante sociale : une formation « pas comme les autres »

Dans le huitième épisode du podcast « Les voix du social » publié par le Média Social, nous faisons connaissance avec Justine Pivert, une jeune professionnelle de 24 ans. Elle a obtenu son  diplôme  d’État d’assistante de service social (DEASS) en juin dernier au centre Croix-Rouge Compétences de Chambray-lès-Tours. Son témoignage est particulièrement intéressant. Elle nous fait part avec authenticité de son parcours de formation, une aventure qu’elle qualifie d’unique en son genre. Je crois que son témoignage reflète bien ce que nous avons tous connu lors de ces trois années d’études.

Les voix du social 358x588 1

Ce que nous dit Justine au sujet de sa formation

Sa formation l’a transformée même si cela fut un peu difficile. Sa première année, dominée par l’apprentissage théorique, a posé les fondations nécessaires à sa compréhension du métier. Bien que cette étape ait pu sembler éloignée des réalités concrètes du terrain, elle s’est avérée importante pour l’acquisition d’un socle de connaissances solides. Justine souligne l’importance de cette période initiale, qui, malgré son caractère parfois abstrait et sa lenteur apparente, constitue une préparation indispensable à la pratique professionnelle.

La deuxième année de formation marque un tournant avec l’introduction de stages longs, qui plongent l’étudiante dans le vif du sujet. C’est une période intense, où la confrontation avec le terrain suscite de nombreuses interrogations professionnelles et personnelles. Justine évoque les difficultés rencontrées, notamment le sentiment d’isolement dû à une équipe assez peu disponible pour accompagner les stagiaires. Cette expérience, bien que difficile, a été formatrice et a contribué à affiner son choix de carrière et à renforcer sa détermination.

La troisième année a été pour Justine une révélation et une confirmation de son choix professionnel. Son stage dans un centre d’accueil pour demandeurs d’asile lui a permis de mettre en pratique ses acquis et de développer une compréhension plus nuancée des réalités sociales. Elle a bénéficié d’un environnement soutenant, qui a joué un rôle déterminant dans son épanouissement. Ce soutien lui a permis de surmonter les appréhensions héritées de ses expériences précédentes et de s’ouvrir à l’aspect collectif du travail social, une dimension jusqu’alors méconnue pour elle.

Des enseignements essentiels

le travail de Justine auprès des migrants a aussi été un catalyseur de croissance personnelle et professionnelle. Elle a été confrontée à la dure réalité de l’immigration et a dû remettre en question ses propres préjugés. Cette expérience a renforcé sa compréhension des enjeux sociaux et a aiguisé son sens de l’empathie. Elle révèle aussi la nécessité d’une reconnaissance plus grande du métier d’assistant social, souvent réduit à des clichés et mal compris par le grand public.

À travers le récit de Justine Pivert, on perçoit le chemin exigeant, mais profondément enrichissant que représente la formation en service social. Elle illustre et explique très bien à sa manière la transformation personnelle que vivent les étudiants, qui, au-delà des compétences techniques, doivent développer une forte résilience et une capacité à se remettre en question.

La passion de Justine pour son métier et son engagement envers les personnes qu’elle accompagne met du baume au cœur en ces temps de doute et de résignation. Son témoignage nous rappelle combien les travailleurs sociaux peuvent avoir  un impact positif sur la société. Il nous montre aussi l’importance de l’engagement de formateurs de terrain motivés et disponibles, ce qui manque parfois. Pourtant, quelle belle aventure humaine ! Je pourrais en parler des heures.

Écoutons les professionnel(le)s

Ce témoignage est une source d’inspiration non seulement pour les futurs étudiants en travail social mais également pour les professionnels, les formateurs et les employeurs du secteur. Ce podcast est un exemple éloquent de la nécessité pour le travail social de se faire entendre. Cela permet aussi de lutter contre les représentations souvent fausses de nos métiers.

Pour continuer à partager des histoires comme celle de Justine, Marion Leotoing, initiatrice des podcasts du Média Social, a besoin de vous. Si vous souhaitez faire entendre votre voix, vous êtes invité(e)s à contacter l’équipe via l’adresse courriel suivante : lemediasocial@lefebvre-dalloz.fr . Prendre la parole, oser raconter ce que nous apporte la pratique du travail social, rien de tel pour mieux contribuer à la reconnaissance de nos professions. Alors, comme Justine,  lancez-vous !


Photo : freepik

Partager

Articles liés :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Catégories
Tous les sujets
Rechercher