7 heures de travail obligatoire pour les allocataires du RSA reste une mesure inefficace.

Qui veut embaucher une personne 7 heure par semaine ? Personne ou presque, en tout cas ce ne sont pas les collectivités territoriales qui ne disposent pas de budgets pour cela car, au fait, qui va payer ? et pour quelles tâches ? Certes, il existe des heures de travail à domicile chez les particuliers mais ce n’est pas de cela dont il s’agit. Mais comment peut on être aussi inconséquent pour de parler de la sorte ?

Nicolas Sarkozy demande que les nouveaux exécutifs départementaux instaurent un travail obligatoire de 7 heures par semaine pour les allocataires du RSA.  Monsieur l’ancien président sait il que la très grande majorité des allocataires des minima sociaux recherchent un travail qui ne leur est pas accordé ?

Que veut dire cette demande ? Elle porte en filigrane tout ce qu’il y a de plus détestable en matière d’idéologie. Elle laisse supposer que les allocataires RSA seraient des « feignants »  qui profiteraient du système. C’est affligeant.

J’aimerai pouvoir inviter tout parlementaire UMP de venir sur mon lieu de travail rencontrer la dizaine de professionnels qui, au sein d’une unité emploi du Département, ont accompagné en 2014 près de 1400 allocataires du RSA en démarchant des entreprises et des associations pour tenter de « placer » des personnes volontaires et engagés. Ils ont pour cela à leur disposition des contrats aidés tels les contrats uniques d’insertion (CUI). Et là surprise ! Le CUI de 7 heures hebdo existe déjà. Or ce type de contrat n’a pas apporté à ma connaissance la moindre preuve de son efficacité.. Il n’est pas du tout utilisé dans mon Département et cela peut vite se comprendre.

Parlons concret : sur 6300 allocataires du RSA sur le territoire où je travaille, il nous faudrait donc disposer de 1260 emplois équivalents temps plein à  partager. Chaque temps plein correspondant au travail proposé à 5 allocataires différents. Outre la complexité de gestion de tels postes qui représentent si peu d’heures hebdomadaires, pensez vous que les collectivités territoriales et les associations soient en capacité d’accueillir tant de personnes avec si peu de temps de travail ? Imaginez vous l’organisation que cela représente pour quel résultat ? Aujourd’hui le (CUI) est modulable mais reste principalement proposé à hauteur de 26 heures, un temps de travail significatif qui permet aux personnes de se confronter à la réalité des besoins de la majorité des  entreprises, associations et collectivités. Toutes les structures d’insertion par l’économique savent que plus la personne dispose d’un temps de travail significatif, plus elle augmente la probabilité de répondre de façon satisfaisante à l’attente  de l’employeur. On le voit à travers les sorties positives des personnes positionnées par les SIAE dont font partie les associations d’insertion (AI) qui pratiquent les « mises à disposition ».

La demande de Nicolas Sarkozy d’imposer 1/5ème d’un temps plein à tous les allocataires du RSA apparait illégale si aucun salaire n’est versé. La loi ne prévoit pas aujourd’hui que les personnes travaillent de la sorte.  Or ici, si j’ai bien compris, point de salaire mais l’utilisation du RSA considéré comme un revenu bien suffisant. Yves Faucoup dans son blog nous confirme qu’avec cette mesure « L’UMP incite les patrons des Départements à l’illégalité »

En fait cette façon d’imposer 7 heures de travail demeure un affichage idéologique qui permet de continuer de faire croire que, si les allocataires du RSA ne travaillent pas, c’est parce qu’ils ne le veulent pas. Combien d’heure de travail faudra-t-il pour gérer ces emplois, de l’élaboration du contrat de travail  et au suivi des tâches ? Une fois de plus l’idéologie ne peut résister à l’épreuve des faits.

Nous voyons là une nouvelle tentative de la droite dite « dure » de doubler le Front national en cherchant à être les pourfendeurs de l’assistanat une stratégie que même les Guignols de l’info se sont plu à démonter avec une certaine ironie… D’ailleurs la ministre  des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes Marisol Touraine l’a clairement rappelé sur France 3, « Il n’y a pas d’assistanat dans ce pays. Les gens, ce qu’ils veulent, c’est du travail », Une affirmation aussitôt démentie par Laurent Wauquiez qui a affirmé sur Twitter  «Marisol Touraine a la dernière palme de la gauche du déni, qui ne veut pas voir l’assistanat s’installer dans notre pays». Au delà des affirmations péremptoires, il y a une réalité que les travailleurs sociaux ne peuvent que constater : l’immense majorité des allocataires du RSA souhaiteraient travailler, mais 35 heures par semaine et non 7 heures surtout si cela n’améliore en rien leur quotidien.

photo : UMP Photos  Réunion avec les conseillers départementaux   Prise le 8 avril 2015 Certains droits réservés

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Articles liés :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :