500 mineurs délaissés dans la Drôme / Les pères critiqués souffrent eux aussi / Les territoires zéro chômeur mettent la pression

500 mineurs délaissés dans la Drôme

500 dossiers de mineurs sont en attente au tribunal pour enfants de Valence. Résultat, les associations d’aide aux enfants et adolescents ne sont pas payées et ne peuvent plus les prendre en charge. Ces associations ne sont plus payées pour les nouveaux dossiers ou les renouvellements d’accompagnement depuis 8 mois. La raison? Il manque trois greffiers au tribunal pour enfants.  Or ce sont eux qui rédigent les documents pour payer les associations. France Bleue précise que  « même si la situation se débloquait et que ces associations pouvaient être payées, le problème ne serait toujours pas réglé. « Actuellement nos deux associations sont dans l’incapacité d’absorber 500 mesures de façon urgente ».  Ça dépasserait notre capacité » précise le directeur de l’ANEF qui accompagne 309 mesures à l’année. Ces jeunes sont des enfants en danger et celui-ci a été identifié puisque le juge a évalué la nécessité d’une mesure de protection. Que vont-ils devenir ? Qui sera responsable en cas de fugue, d’accident ou tout autre chose ? les associations reçoivent les ordonnances des Juges des enfants (d’AEMO), mais pas le document spécial qui leur permet d’être payées. Quand le manque de moyen et bureaucratie tournent à l’absurde on en voit le résultat. Les ordonnances de placement sont signées : ne suffit-il pas de préciser dans celles-ci  le nom de l’association mandatée pour que celle-ci soit payée ?

Les pères aussi souffrent des critiques de leur entourage

Aux Etats Unis 52% des hommes interrogés dans une enquète nationale ont déclaré avoir déjà été critiqués à propos de l’éducation de leurs enfants. « Qu’on se le dise: leur faire des reproches ne va pas les aider à être de meilleurs parents » précise la journaliste de Slate Ines Clivio. En 2017, une enquête similaire d’un hôpital américain avait montré que 61% des mères étaient dans la même situation. Il en est très certainement de même en France. Ce n’est pas une surprise, les reproches adressés aux pères sont différents de ceux adressés aux femmes : un tiers d’entre eux sont vus comme trop brutaux, un autre tiers ne feraient pas suffisamment attention à leur progéniture. Pour 40% des pères, ces critiques sont injustifiées, et neuf sur dix estiment qu’en général, les pères ne sont pas si incompétents que ce que l’on dit d’eux. Le magazine slate.fr nous présente cette étude américaine à télécharger ici (en anglais). Elle nous apporte des éléments de réflexion sur nos pratiques. (lire l’article de slate.fr)

Le personnel de la protection de l’enfance envahit le Conseil départemental du Finistère

« Épuisés et démoralisés, ils lancent un cri d’alerte, disent-ils « face aux difficultés que nous rencontrons et qui impactent fortement les mineurs qui nous sont confiés », pour espèrent-ils « faire émerger une prise de conscience collective ». Les professionnels de la protection de l’enfance dénoncent une dégradation de leurs conditions de travail, alors que leurs missions sont de plus en plus complexes. Réunis à l’appel de trois syndicats, CGT, CFDT et CFE-CGC ils se sont rassemblés  jeudi dernier avant d’investir l’hémicycle du conseil du département. (lire l’article de France 3)

Les territoires zéro chômeur mettent la pression sur le pouvoir

Il mettent la pression sur le gouvernement nous explique Noël Bouttier journalite à TSA – Le média social. « A Paris, plusieurs centaines de citoyens venus d’une quarantaine de territoires ont plaidé pour le vote d’une seconde loi, comparable à celle de 2016 qui a permis une expérimentation pour dix territoires zéro chômeur. » Trois ans après, les bilans partiels sont particulièrement positifs. TSA prend pour exemple un reportage au long court sur le territoire de Mauléon (Deux-Sèvres) diffusé par M6 a montré une vie changée pour la petite centaine de salariés. 167 territoires sont désormais candidats pour élargir l’expérimentation. ussi bien dans les zones rurales que dans les agglomérations (Paris, Lille, Rennes, Grenoble, Poitiers…). Même l’outre-mer est concerné. Mais il semble bien que les moyens ne soient pas là pour élargir le mouvement. (lire l’article deTSA-Le Média Social)

et aussi

Hong Kong: les travailleurs sociaux se mobilisent et lancent un appel contre le projet de loi sur les extradition vers la Chine

L’Association des travailleurs sociaux de Hong Kong (HKSWA) vient d’exposer  sa position sur ce sujet. Bien évidemment elle souhaite que le gouvernement  retire son projet de loi immédiatement et laisse suffisamment de temps pour des consultations publiques. L’association lance un appel à ses collègues travailleurs sociaux pour qu’ils maintiennent leurs services professionnels malgré le chaos et la détresse. « Nous continuerons à œuvrer pour la justice sociale et le développement social d’une manière ou d’une autre en tenant compte de nos différents rôles et capacités sur notre lieu de travail ». HKSWA appelle aussi la population à agir de façon rationnelle et pragmatique (lire l’appel de l’association des travailleurs sociaux de Hong Kong sur le site de l’IFSW)

 

Photo : gratisography

La sélection des articles a été réalisée avec l’aide de Michelle Verrier Flandre

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Articles liés :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :