Le pass sanitaire : de sérieux risques éthiques ? / Un plan contre les violences sexuelles intrafamiliales…

Le pass sanitaire : de sérieux risques éthiques ?

La généralisation du pass sanitaire constitue un réel revirement dans la politique de santé publique menée jusqu’ici contre la Covid-19 en France nous explique dans un article du site The Conversation la professeure de philosophie Mélissa Fox-Muraton. « Lors du début de la campagne de vaccination en janvier 2021, s’appliquait le principe du consentement libre et éclairé du patient. Or, les annonces de l’obligation vaccinale pour les personnels des établissements de santé, et surtout la généralisation du pass sanitaire, changent la donne ».

« Le caractère non obligatoire, mais néanmoins exigé du vaccin contre la Covid-19, est problématique » écrit-elle. Il risque de provoquer des exclusions et d’accroître les inégalités, surtout parmi les populations déjà fragilisées. Dans ce contexte, une obligation vaccinale pour l’ensemble de la population adulte pourrait être une moins mauvaise solution, en tout cas sur le plan moral.

L’auteure fait appel aux principes éthiques d’autonomie et de consentement libre et éclairé qui sont parmi les principes les plus fondamentaux pour garantir le respect de nos libertés individuelles. « Y renoncer se justifie peut-être compte tenu des millions de morts de la Covid-19 dans le monde et des conséquences très lourdes des mesures de confinement. Cela doit rester un choix de dernier recours. Cependant, nous renoncerions à quelque chose de bien plus essentiel en actant l’exclusion de fait d’une partie de la population de l’espace public ». (lire l’article de The Conversation)


Un plan contre les violences sexuelles intrafamiliales

Le gouvernement vient de présenter un plan en 19 actions, inspirées du groupe de travail interministériel sur les violences sexuelles intrafamiliales, qui s’est réuni de février à juin dernier. Le Média Social précise fort justement que les assistants sociaux de l’Éducation nationale ne sont pas mentionnés dans ce plan qui  – quand même – les concerne aussi au plus haut point. Mais bon, c’est ainsi. Le service social en faveur des élèves est habitué à ce genre d’oubli…

Un plan de formation spécifique est ainsi prévu pour les psychologues et les infirmiers scolaires. Plus largement la formation des personnels fait l’objet de 5 mesures spécifiques. Il est aussi prévu de faciliter et encadrer les interventions en milieu scolaire des associations spécialisées en protection de l’enfance.

On voit à nouveau dans ce plan la « création d’une culture commune » pour le repérage des violences intrafamiliales en vue d’améliorer  « la fluidité du circuit des signalements et des informations préoccupantes ». Il est par exemple prévu de proposer une boite à outils de « bonnes pratiques » permettant de meilleures articulations entre l’Éducation nationale, les cellules de recueil des  informations préoccupantes et les parquets, associant le cas échéant les associations. (lire la note du Média Social) (lire le communiqué du gouvernement présentant les 19 actions)


lire aussi

 

La sélection des articles a été réalisée avec l’aide de Michelle Verrier Flandre. Merci à elle

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Articles liés :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :