La galère des techniciens CAF / Rabelais : les formations sont maintenues / portait d’une « ingénieure sociale »

“C’est catastrophique” : bugs, retards… depuis la réforme des APL, le cauchemar des allocataires et des agents de la CAF

Depuis le 1er janvier 2021, et l’entrée en vigueur de la réforme des allocations logement, le quotidien des techniciens, chargés de traiter les dossiers et de répondre aux questions des allocataires est devenu un calvaire, rythmé par les bugs informatiques explique la journaliste qui est allée enquêter du côté de la CAF du Doubs.

“On a plein de trucs qui bloquent”, raconte Rachel Muller-Lerognon, technicienne, elle aussi, et déléguée syndicale FO dans le Doubs : “des erreurs, des anomalies tout le temps, et il faut reprendre les dossiers tout le temps, jusqu’à ce qu’ils passent”. “On ne s’en sort pas, on en est à trois mois de délais de traitement”, dit-elle. “Je suis à la CAF depuis 1995, et je n’ai jamais vu ça”, confirme Lise Charlebois, déléguée syndicale SUD. Tout le monde à une époque savait gérer le logiciel Cristal. Ce système informatique repose principalement existe depuis 1999. C’est le logiciel qui calcule toutes les aides, parce que ce calcul est d’une complexité aiguë : “les aides sont toutes liées, quand on bouge quelque chose dans un dossier, ça peut tout changer”. 

Nous sommes là dans une situation extrême qui non seulement met en difficulté les agents de la CAF ais encore plus les allocataires qui ne perçoivent plus leurs allocations. Le problème porte aussi sur la création d’indus en masse : Il y a quelques semaines les techniciens ont retrouvés avec 1.500 indus injustifiés, a révélé la déléguée SUD. Pendant le week-end, le système informatique aurait généré des trop-perçus fictifs à des allocataires du Doubs et du Jura. “Il a fallu reprendre les créances une à la fois, pour remettre à jour tous les dossiers”. Ce sont « des bugs en pagaille et des dossiers bloqués ». Il faut absolument lire cet article publié par France 3

Du côté de la CNAF, c’est le déni ou presque : « Peu de dossiers d’allocataires sont concernés par des anomalies informatiques » mais en même temps on reconnait que les « anomalies » rencontrées actuellement sont en cours de résolution : « les équipes sont fortement mobilisées pour les résoudre dans les meilleurs délais ». Bref, circulez, il n’y a rien à voir. (Il faudrait que les allocataires saisissent les conseils d’administration des CAF départementales pour alerter face à ce type de problème).  (lire l’article de France 3 Bourgogne Franche-Comté)


Les 4 Diplômes d’État tous maintenus au Lycée Rabelais !

Je vous avais parlé récemment, de l’annonce de l’abandon à la rentrée prochaine de la formation assistant de service social (+ puéricultrice, auxiliaire et  infirmière)  par l’académie de Paris en charge du Lycée Rabelais. Une pétition avait été lancée pour qu’elles soient maintenues d’autant plus que ces métiers sont dits « en tension ». 29.053 personnes avaient l’avaient signé. De multiples soutiens avaient été exprimés à cette occasion.

Finalement, Les 4 Diplômes d’État, que l’Académie ne voulait plus prendre en charge, sont tous maintenus au Lycée Rabelais pour septembre 2021. Le SNES-FSU qui se félicite de cette décision reste cependant attentif aux conditions de recrutement des élèves. En effet, les formations n’ayant pas été affichées sur parcoursup, les inscriptions et recrutement des étudiants entrent à présent dans le cadre d’une procédure complémentaire avec recrutement sur dossier. (Lire le communiqué de presse du Collectif des 3 écoles du Lycée Rabelais 75018)


Formation au DEIS : portrait d’une future « ingénieure sociale »

Original, ce portrait réalisé par Anne Simonot du Média Social Emploi. Elle nous présente Morgane Léon, éducatrice spécialisée qui est actuellement en formation pour obtenir le diplôme d’État d’ingénierie sociale (DEIS), en Normandie. C’est par « envie de continuer à se former et à se nourrir intellectuellement » que cette travailleuse sociale avec un CV bien fourni s’est engagée, en juin 2019, dans la formation au diplôme d’État en ingénierie sociale (DEIS), à Rouen-Canteleu (Seine-Maritime) – diplôme qu’elle doit obtenir en janvier 2022.

C’est une formation dont on parle peu dans la presse généralement plus centrée sur les métiers dits « traditionnels ». Pour autant le public DEIS est très souvent issu de ces métiers (éducateurs principalement, assistants de service social et conseillères ESF moins fréquemment)

Crise Covid oblige l’ingénierie sociale s’appuie  sur « une vision à 360 degrés » d’une structure et de ses professionnels pour mettre toutes ses problématiques en lien et voir comment y répondre. « A nous de tirer le fil conducteur » et de trouver « diverses solutions inédites ont dû être imaginées pour adapter l’action des services aux contraintes du moment, en fonction des publics accompagnés : multiplier les échanges, mutualiser certaines missions avec d’autres associations… explique Morgane Léon dont le mémoire portera sur la transversalité et le décloisonnement des services. Bon courage !  (lire l’article du Média Social Emploi)


lire aussi

 

 Photo on VisualHunt.com

 

Revue de presse et sélection des articles réalisée avec l’aide de Michelle Verrier Flandre

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Articles liés :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :