Que savons-nous de l’autre à travers les réseaux sociaux ?

Dans une récente lettre ouverte Jérôme Beaury, ancien enfant placé, écrit à Lyès Louffok lui aussi ancien enfant placé défenseur des mineurs qui, par malheur, sont parfois maltraités au sein des institutions censées les protéger. La lettre intéresse visiblement les lecteurs du journal Lien Social qui la publie. Plus de 2000 d’entre eux se sont connectés en une seule journée pour découvrir ce que Jérôme Beaury a pu écrire au médiatique Lyès plus habitué des plateaux radios et télés qu’à recevoir un courrier visant à l’interpeler publiquement sur ses pratiques médiatiques. Plus de 4500 visiteurs ont aussi cliqué aussi sur le lien de la missive publiée sur le réseau professionnel LinkedIn. Bref l’affaire fait le buzz. Ne comptez pas sur moi pour commenter telle opinion exprimée d’autant que celui qui a été ainsi mis en cause n’a pour l’instant pas répondu. Chacun a le droit d’exprimer ce qu’il pense bien évidemment.

Que savons-nous de l’autre ?

À travers ce fait, se posent plusieurs autres questions. Que faisons-nous des informations que nous recevons avec ce courrier public ? Comment prenons-nous le temps de l’analyser et de le comprendre ? Quel filtre utilisons-nous pour construire notre opinion ? Enfin ne sommes-nous pas un peu des voyeurs qui, ayant une opinion sur tout, sont prêt(e)s à dégainer des arguments sans vraiment écouter celui qui nous parle ou nous écrit ??

Nous vivons aujourd’hui dans une société où nous sommes en permanence pris à témoin.  Tout et son contraire s’étale sur les réseaux sociaux plus prompts à mettre en avant une information polémique qui vise telle ou telle personne qu’à transmettre un récit construit sur un travail de recherche, sur une expérience vécue. Je ne dis pas cela pour la lettre de Jérôme Beaury qui visiblement a été écrite après mûre réflexion. Non, je veux parler de cette tendance qui veut que nous soyons souvent plus attirés par les histoires personnelles, les récits construits sur des subjectivités et des émotions que sur des discours de raison s’appuyant par exemple sur les travaux de recherche.

Les réseaux sociaux exacerbent les tensions

Plus nous allons vers les écrits polémiques non argumentés plus nous prenons le risque d’être déprimé(e)s face à la violence et les tensions que nous subissons en naviguant sur les réseaux sociaux. Facebook et Twitter en sont un bel exemple

Nous sommes, avec ces réseaux, invités à nous positionner en apportant nos commentaires. Ils peuvent être tout autant positifs que négatifs.  Mais alors pourquoi y a-t-il autant de messages négatifs, voire agressifs sur les réseaux sociaux ? Cela vaut aussi pour les forums de lecteurs. Il faut bien dire que certaines réactions d’abonnés que ce soit du Monde, du Figaro ou de Médiapart pour ne citer qu’eux ont de quoi inquiéter. Les invectives et les insultes pleuvent souvent au point que certains chercheurs en science humaine parle désormais de haine en ligne.  Au premier trimestre de l’année 2020, soit pendant la première crise COVID-19, Facebook a ainsi rapporté que ses modérateurs avaient supprimé 9,6 millions de messages haineux sur sa plateforme, soit un chiffre qui a plus que doublé par rapport à la même période l’année dernière (4,1 millions).

Cette réflexion m’invite à me rappeler un aspect de ce qui fait la force de nos professions : le non-jugement, la tolérance et l’acceptation de ce qui nous est différent. Certes nous pouvons avoir des avis opposés parfois tranchés (et c’est très souvent le cas au travail entre professionnels) mais il faut pouvoir les argumenter dans un dialogue constructif en évitant de polémiquer au risque d’obtenir le contraire de ce que nous recherchons : la reconnaissance de l’autre tel qu’il se présente et la bienveillance partagée.

 

lire aussi

 

 

Photo créée par cookie_studio – fr.freepik.com

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Articles liés :

4 réponses

  1. Bonjour,
    Je lis toujours avec beaucoup d’intérêt vos articles et les réponses qu’ils suscitent.
    Merci aussi pour le lien pour découvrir les reportages sur les racines de l’intolérance.
    Encore merci pour tout votre travail de réflexion, d’écriture.

  2. Bonjour,
    effectivement nous sommes dérangés par ces messages haineux, nous le serions aussi par des images et des scénes violentes, immorales, pornographiques, abondantes sur internet.
    Heureusement il y a des « modérateurs ». Leur activité est débordante, vous citez 9,6 millions de messages haineux supprimés sur facebook en 2020.
    Mais qui sont ils ces travailleurs invisibles d’internet qui passent des heures à scruter la toile pour détecter ces messages et les supprimer? Combien sont ils payés? Quelles sont leurs conditions de travail? Comment vivent ils, supportent ils ces tombereaux de haine, d’horreurs qu’ils voient tous les jours? Bénéficient ils de soutien psychologique? De séances d’analyse des pratiques? De supervision? De débriefing?
    La réponse à ces questions se trouvent dans le livre de Sarah Roberts:  » Derrière les écrans », dans lequel on voit bien que le soi disant numérique immatériel, est en fait bien réellement incarné par des hommes et des femmes, exploités dans des conditions de travail dignes de celles de l’époque d’Emile Zola.

  3. Monsieur,

    Bonjour,

    Et bravo pour votre travail de longue haleine et sa qualité.
    Juste une observation (résumée) si vous me permettez. L’algorithmie mise en œuvre par les réseaux conduit à ce que les « réseauteurs » soient informés des infos, des positions et faits sur lesquels ils ont déjà matché ou réagi. De fait, leurs lectures, prises de position, ou intérêts déterminent ce qu’ils liront, ce qu’ils commenteront et au final qui les lira.
    On a alors un fonctionnement en silo, en vase clos, en terrains connus et conquis non contestés: les fleurs bleus avec les fleurs bleus, les passionnés de curling avec les passionnés de curling (sic).

    Et les concepts légitimes « de non-jugement, de tolérance et d’acceptation » ne trouvent alors quasiment plus de place, dans les espaces d’échange libres, sur ces réseaux où règne alors le silo contre silo.
    Cdt.

    1. Bonjour,
      Merci de votre message. Je comprends bien que nous tournons souvent en vase clos ce qui est assez problématique et oblige à des stratégies pour contourner les algorithmes de suggestion. Mais comment expliquer cette forme d’intolérance de certains qui s’affichent sur les réseaux sociaux et dans les commentaires de certains articles ? Il y a sur FranceTV une série de reportages très édifiants sur ceux qui provoquent l’intolérance : https://www.france.tv/documentaires/societe/trolls/ Difficile de rester indifférent face à ce qu’ils nous disent…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :