Ado tué en Essonne : un travailleur social témoigne / Mort d’un éducateur ouvrier / La détresse des jeunes

Ado tué en Essonne : le témoignage bouleversant d’un travailleur social présent sur les lieux

2 adolescents ont été tués en 24 heures dans l’Essonne dans deux rixes entre bandes. Une des victimes , un garçon de 14 ans a été tué « probablement d’un coup de couteau au ventre ». Ça s’est passé quasiment dans les bras de Moustapha, travailleur social à Boussy-Saint-Antoine,. Il a livré un témoignage très émouvant sur la radio RTL qui a recueilli ses propos

« Je me suis dit que j’allais essayer de calmer les choses. Puis, je me suis vite rendu compte que j’étais entouré d’un nombre incroyable de jeunes alors j’ai rebroussé chemin. Jusqu’au moment où j’ai entendu qu’un jeune était tombé parce qu’il venait de recevoir un coup de couteau donc j’ai fait demi-tour à nouveau. J’ai essayé de voir comment je pouvais intervenir et l’aider », raconte Moustapha.  S’approchant du jeune, il se penche vers lui « Je lui ai pris la main et je l’ai vu nous quitter. » dit-il au journaliste Morad Djabari qui recueille son témoignage

« J’ai un sentiment de culpabilité » dit-il,  Je me dis qu’est-ce qu’il aurait fallu que je fasse pour que ce jeune puisse être parmi nous aujourd’hui ? Comment est-ce que j’aurais pu calmer les autres ? Je le vis très mal. Je suis sous le choc. (lire l’article sur le site de RTL)

La disparition d’un « éducateur ouvrier »

Lien Social nous apprend la mort de Baptiste Cornet, plus connu sous son nom de plume de Joseph Ponthus. Éducateur de rue dans le quartier du Chemin de l’île à Nanterre dans les Hauts de Seine, il avait ensuite exercé des missions d’accompagnement de détenus en prison, avant de déménager pour Lorient, en Bretagne.

Il avait tiré de son travail d’ouvrier dans une usine agroalimentaire de Bretagne « A la ligne », un ouvrage en vers libres et sans ponctuation qui a connu un grand succès en 2019. Joseph Ponthus sillonnait la France pour présenter son dernier livre, depuis que de nombreux prix l’avaient couronné (Grand Prix RTL/Lire 2019, Prix Régine Deforges 2019, Prix Jean Amila-Meckert 2019, Prix du premier roman des lecteurs de la Ville de Paris 2019,Prix Eugène Dabit du roman populiste)

Il avait annoncé, avec humour, sur les réseaux sociaux, le cancer qui le rongeait. Il est mort le 24 février, à l’âge de 42 ans. Lien Social lui rend hommage ainsi que le journal Le Monde. (lire l’article de Lien Social | lire l’article du Monde)


Détresse des jeunes : deux étudiants en travail social s’engagent

Le média Social (Benjamin Leneveut) a rencontré Sarah Kenisberg et Robin Fattahi, deux étudiants à l’Institut de recherche et de formation à l’action sociale de l’Essonne (Irfase). Ils sont inquiets par la situation globale des jeunes, et souhaitent mettre en place une plateforme d’orientation qui serait gérée bénévolement par des étudiants en travail social.

Ils ont surtout été touchés par le suicide d’étudiants autour d’eux depuis le début de la crise sanitaire.  leur projet vise à  repérer les étudiants en difficulté pour pouvoir les orienter vers les différentes structures susceptibles les aider. Lassée par la situation anxiogène, Sarah aimerait aussi pouvoir se projeter dans l’avenir« En tant que jeune, on se sent un peu lésé. On voudrait profiter de notre vie » dit-elle Robin, quant à lui, attend avec impatience des nouvelles positives…

Benjamin Leneveu a filmé leur témoignage publié sur Viméo

(lire l’article du média social)


Revoir l’Aide sociale à l’enfance : le devoir d’une nation

Une tribune publiée par Libération : En France, les enfants placés subissent de très importantes inégalités. Il faut considérablement améliorer leur accompagnement avec un «contrat jeune majeur» visant à mieux les conduire vers l’emploi et l’indépendance, estime l’association Les ombres qui travaille à les soutenir.


lire aussi


 

La sélection des articles a été réalisée avec l’aide de Michelle Verrier Flandre. Merci à elle

Photo créé par jcomp – fr.freepik.com

 

 

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Articles liés :

Une réponse

  1. Bonjour ,

    très touché de la disparition de Joseph Pontus , qui nous laisse que le regret de ne pas l’avoir croisé sur les routes bretonnes et l’immense manque à venir en nous privant de son talent à mettre en mots et en lignes des réalités terrifiantes … Comme il a raison lorsqu’il déclare à des élèves qu’il doivent etre fiers de leurs parents mais aussi que l’expérience de l’usine en Bretagne ( mon fils l’a vécue ) donne une folle envie de faire autre chose de sa vie … Je pense à son épouse et à sa mère et elur adresse mes condoléances les plus amicales et sincères

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d bloggers like this: