RSA : les Départements sont sur la brèche / La galère des SDF du Bois de Vincennes / « Le déclin des familles d’accueil »

sad

RSA : les Départements accélèrent le pas

Le site des Départements de France (ADF) explique que les bénéficiaires du RSA sont parmi ceux touchés par la crise économique issue de la pandémie de la Covid 19. « Isolement, pertes de droits, pertes de repères, pour enrayer une paupérisation massive, plusieurs Départements ont mis en place de nouveaux dispositifs pour mettre en lien les entreprises qui recrutent avec les demandeurs d’emplois prioritaires, ceci avec l’aide, notamment, de travailleurs sociaux et de conseillers emploi-insertion dépêchés par les services départementaux.

3 Départements sont mis en avant L’Aube, Les Ardennes et la Seine Maritime. Ils ne sont pas les seuls à se mobiliser car la situation est particulièrement difficile pour les allocataires.

L’Aube :  avec site www.actif10.fr qui met en œuvre une toute nouvelle application par laquelle les allocataires du RSA demandeurs d’emploi et les recruteurs « matchent », selon la formule consacrée, grâce à une carte géolocalisée du Département et un algorithme de mots clefs entre Curriculum Vitae et fiches de poste.

Les Ardennes : il a été mis l’accent sur des mesures de soutien et de concentration de moyens en direction des publics prioritaires. Tous les droits ont ainsi été rétablis au 1er avril 2020 pour l’ensemble des bénéficiaires dont les dossiers étaient en cours d’examen pour une éventuelle suspension de l’allocation, leur assurant ainsi de faire face aux dépenses quotidiennes pendant (et après) le confinement. (d’autres Départements en ont fait autant, fort heureusement)

La Seine Maritime : l’Assemblée plénière du Conseil Départemental a adopté un dispositif permettant le cumul du RSA avec une activité professionnelle dans le secteur médico-social. À la clef, un retour à l’emploi dans ces filières boudées par les demandeurs d’emploi, mais pourtant essentielles, qu’il s’agisse d’exercer dans des Ehpad, au sein de services d’aide et d’accompagnement à domicile (SAAD) ou encore dans des établissements de protection de l’enfance. (Lire l’article de L’Assemblée des Départements de France)

Sans-abris au temps de la Covid : « Ces prochains mois vont être difficiles » au bois de Vincennes

« Ils sont plus d’une centaine à avoir vécu la crise sanitaire et les deux confinements dans le Bois de Vincennes. Privés des distributions alimentaires et de leurs petits boulots du jour au lendemain, cette période aurait pu être catastrophique si les associations n’avaient pas réagi. Mais le plus dur reste à venir prévient Alexandra Lagarde journaliste à France Inter

Aujourd’hui, ils sont 121 sans-abris dans le bois, répartis dans 85 campements précise-t-elle. Ils ont été jusqu’à 175 en octobre dernier, pendant le deuxième confinement. Bruno Morel, directeur général d’Emmaüs Solidarité se réjouit de voir que le nombre de sans-abris a baissé ces dernières semaines après plusieurs mois difficiles : « L’ouverture des places dans des centres d’hébergement a permis de réduire le nombre de sans-abris. Et puis nous avons créé, pour les situations les plus urgentes, une petite structure de 17 places d’hébergement dans un pavillon qui appartient à la mairie de Saint-Maurice en plein cœur du bois. »  (lire l’article de France Inter)

2 min pour comprendre… le déclin des familles d’accueil

Tout est dit ou presque dans ce schéma que l’on doit au Média Social. Depuis 2002, le nombre d’enfants placés en établissements se rapproche des effectifs en familles d’accueil.

screenshot 2021 01 13 le declin des familles daccueil

En bleu le nombre d’enfants placés en familles d’accueil. À quand une réelle réforme du statut des assistants familiaux afin de rendre attractif ce métier ?  (lire l’article sur le média social)

et aussi

« Avec le couvre-feu avancé à 18 heures, les acteurs de la protection de l’enfance redoutent une recrudescence des maltraitances envers les enfants. Joanny Moulin, avocat au barreau de Marseille et président de l’association Parole d’enfant, appelle à la vigilance collective ». Kadiatou Sakho  est allé, pour Libération,  interroger cet avocat engagé.  | Libération

 

Photo : Wikimédia Plaquette du Revenu de solidarité active réalisée par le conseil départemental de l’Eure licence Creative Commons

La sélection des articles a été réalisée avec l’aide de Michelle Verrier Flandre. Merci à elle

 

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Articles liés :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :