La démagogie sécuritaire vue et analysée par un travailleur social

Une fois n’est pas coutume, je vous propose de découvrir une tribune de mon ancien collègue Jean Luc Boéro. Il est éducateur de formation initiale, cadre à l’Aide Sociale à l’Enfance. Il est aussi  président de la section de la Ligue des Droits de l’Homme de Saint Nazaire.  Quoi que l’on pense de son analyse, les faits sont tous argumentés. C’est là l’intérêt de son texte qui porte sur la « démagogie sécuritaire ». Jean Luc Boéro met en perspective de nombreux faits qui mis côte à côte interrogent les citoyens que nous sommes.

La démagogie sécuritaire

Le 25 mai dernier, la mort de Georges FLOYD a conduit un vaste mouvement de protestation mondial contre le racisme présent dans la police.

Le 8 juin 2020, Christophe Castaner alors ministre de l’intérieur, sur demande d’Emmanuel  Macron, a présenté lors d’une conférence de presse le plan d’amélioration de la déontologie des forces de l’ordre. C’est ainsi qu’il parla de tolérance zéro contre le racisme au sein des forces de la police. Il demanda à ce qu’« une suspension soit systématiquement envisagée pour chaque soupçon avéré d’acte ou de propos racistes » de la part des policiers.

La réaction de syndicats de police fut immédiate, relançant par là-même la politisation inquiétante de ces mêmes syndicats. En déposant leurs menottes à terre devant les commissariats, les policiers ont désavoué les propos de leur ministre. Grégory Joron, secrétaire général délégué d’Unité SGP-FO, après rencontre de Christophe Castaner, s’est même autorisé à dire sur France-Info que le ministre « a fait preuve de remords ou de regrets par rapport à ses propos qu’il n’avait pas mesurés ». Les représentants de la police lui ont dit qu’ils ne lui accordaient plus leur confiance.

Le 6 juillet dernier, le Premier ministre d’alors, Édouard Philippe, remet la démission de son gouvernement. Christophe Castaner est éjecté.

La surenchère des mots

Le 24 juillet, son successeur dans une interview du Figaro, parle «d’ensauvagement ». Ne nous étonnons pas que ce terme ait été remis au goût du jour ces dernières années par les milieux d’extrême droite. Laurent Obertone l’emploie dans son livre « La France Orange-Mécanique » paru en 2013. Il ne faut pas être dupe : si Gérald Darmanin a employé ce terme, c’est pour imprimer sa marque au ministère qu’il vient de reprendre. Cet homme de droite, donne ainsi une identité clairement marquée à son ministère, dans la lignée de son mentor Nicolas Sarkozy.

En employant ce terme d’ensauvagement, l’actuel ministre de l’Intérieur évoque un processus de « décivilisation », renvoie à un sentiment d’une rupture culturelle avec les plus jeunes, les habitants des banlieues, etc. C’est aussi un grand avantage car cela ne désigne personne en particulier, et ne peut pas tomber sous le coup de la loi. Comme le dit Mariette Darrigrand, sémiologue, chargée de cours à l’Université Paris XII, « en utilisant ce mot, on ne parle pas de violence et de délinquance. Gérald Darmanin déplace le sujet dans la sphère de l’imaginaire ».

Cette surenchère des mots, de Chevènement à Darmanin, des « sauvageons » à « racaille » puis à « ensauvagement », est une manière de faire écran pour éviter de parler des sujets très complexes et comme le dit Mariette Darrigrand, « à quoi ressemblera la prochaine surenchère ? A l’horizon, il y a l’animalité, la notion de sous-homme ».

Une hystérisation du débat avec une stratégie mûrement réfléchie.

Le mois d’août 2020 a été marqué par quelques faits divers médiatisés et particulièrement violents et odieux : l’assassinat d’une jeune-fille à Nantes par un pédophile récidiviste, les atrocités commises sur des chevaux, etc.

Fin août, les universités d’été des partis politiques ont commencé à hystériser les plateaux télé.

Le premier septembre 2020, Eric Dupont-Moretti a pointé du doigt « ceux qui en rajoutent en permanence, le discours populiste, la surenchère ».  Pour lui, ce vocable a pour effet d’attiser le sentiment d’insécurité.

Marine Le Pen, le 6  septembre, en meeting de rentrée à Fréjus, dit « c’est une véritable barbarie qui s’installe. Avec la barbarie, on ne négocie pas, on la combat. » Et elle lance aussi des banderilles contre Eric Dupont-Moretti, « encore pire que Christiane Taubira ».

De son côté, Emmanuel Macron qui savait très bien ce qu’il faisait en nommant quelqu’un comme Gérald Darmanin à un poste aussi important de ministre de l’intérieur, a refusé de reprendre le mot, en lui préférant « une banalisation de la violence ». Jean Castex a décidé de fermer le ban en assurant qu’il n’y avait « aucune polémique ». Et notre chère Marlène Schiappa dont le secrétariat dépend de la place Beauvau refuse de céder « aux cris d’orfraie d’une partie de la gauche qui cède les yeux et se complait dans la culture de l’excuse ».

Pour Arnaud MERCIER, professeur en communication, le choix du mot a été murement réfléchi. « Je ne peux pas croire que ça n’ait pas fait l’objet d’une discussion au sein de son cabinet. A défaut de faire quelque-chose, c’est d’abord dire quelque-chose ».

Rien de surprenant pour ce spécialiste, « la campagne d’Emmanuel Macron va se jouer à droite. Le risque politique est nul ». En utilisant de telles ficelles, en évitant de fâcher la police qui, comme chacun sait, est largement sous-dotée de moyens, on envoie un message savamment calculé aux forces de l’ordre. On évite ainsi de régler les vrais problèmes que traverse la police depuis de nombreuses années (sous effectifs, surcharge de travail, pression psychologique, politique du chiffre, diminution d’effectifs, gestion musclée des mouvements sociaux, etc.).

Bref, la séquence politique se termine, il n’est plus question de bavures policières, des arrestations brutales, des violences policières.

Une exploitation politique des chiffres de la délinquance

Que cela soit au niveau des indicateurs de la délinquance, des statistiques de victimation conduites par  le CNRS, des travaux de Laurent Mucchielli sociologue, la difficulté d’interpréter les chiffres a conduit forcément à une exploitation politique. Selon les indicateurs que l’on choisit, nous n’allons pas avoir les mêmes regards sur ces phénomènes. Selon Christophe Soullez, chef du département de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales à l’Institut national des hautes études de la Sécurité et de la Justice, « la question de savoir si la violence augmente en France mérite des développements qui sont beaucoup plus complexes que de répondre par OUI ou par NON. »

Ce que l’on peut dire, c’est qu’en 2019 (970 personnes ont été tuées), la hausse du nombre d’homicides ou de tentatives d’homicides et des violences ayant entrainé la mort a été l’année où il y  en a eu le plus depuis 1974, précédent record. Cependant, sur une période plus large, entre 1994 et 2014, on constate que le nombre d’homicides a diminué de 60 %.  De 2013 à 2018, on a une division par deux du nombre de vols avec violence déclarée selon les études de victimation.

Mais revenons à ce qui fait problème dans la police en matière de violences et de racisme car n’oublions pas que c’est cela qui a conduit à l’éviction de Christophe Castaner. Le 27 juillet 2020, un article du site d’information en ligne Streetpress révèle les accusations d’un brigadier-chef au sein du tribunal judiciaire de Paris qui dénonce de graves infractions commises par des fonctionnaires de police à l’encontre des personnes retenues avant et après leur comparution. Ces dénonciations ont fait l’objet de plusieurs rapports émanant de ce brigadier-chef et transmis à sa hiérarchie. Ces rapports mentionnent des humiliations, des injures à caractère raciste et homophobe, des privations de nourriture et d’eau ou encore d’accès à une consultation médicale pour plusieurs personnes déférées.

Valentin Gendrot vient d’éditer un livre intitulé « Flic ». Jacques Trémintin nous dit dans une chronique parue le 7 septembre dans Lien Social que ce livre évoque « les arrestations brutales provoquant la mort de la personne interpellée, discours racistes banalisés, violences récurrentes, arbitraire dans l’usage de l’autorité, mensonges et dissimulation dans les témoignages, provocations et humiliations régulières, instrumentalisation de la justice pour faire condamner les victimes de bavure, etc ». … Pour Jacques Trémintin, ce livre « risque malheureusement d’avoir peu d’effets, tant les témoignages s’accumulent, sans que rien ne change ».

La Ligue des Droits de l’Homme (LDH), ainsi que d’autres organisations comme le Syndicat des Avocats de France, le Syndicat de la Magistrature, réclament aussi la création d’une commission indépendante placée sous l’autorité de la Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme. Cette demande est reprise aussi par le défenseur des droits. Cette demande constitue une base pour engager une réforme profonde de la police, de ses missions, de ses méthodes et de son contrôle.

A la LDH, nous rappelons aux pouvoirs publics qu’ils doivent respecter et faire respecter les droits fondamentaux en manifestant le courage de la sanction.

Peut-on parler de violences policières en France ?

Entre 2018 et 2019, notre pays a été traversé par de larges manifestations. Les violences policières concernant le mouvement des gilets jaunes ont été importantes.  « En un an, 11 personnes ont perdu la vie au cours des manifestations. Aucune depuis janvier. Deux gilets jaunes ont succombé à des crises cardiaques. L’Algérienne Zineb Redouane, 80 ans, est morte dans son appartement à Marseille, après avoir reçu une grenade lacrymogène au visage pendant une marche de gilets jaunes. Les autres victimes l’ont été dans des accidents de la route. Il y a eu 4439 blessés, selon un décompte du ministère de l’Intérieur arrêté au 4 octobre. 1944 côté forces de l’ordre (policiers et gendarmes surtout, quelques pompiers aussi). 2495 côté gilets jaunes. Parmi eux, 24 ont été éborgnés, 5 ont eu la main arrachée, un a été amputé d’un testicule et un a perdu l’odorat, selon le journaliste indépendant David Dufresne. La place Beauvau a recensé 12 908 tirs de LBD (lanceurs de balle de défense) depuis le 17 novembre. Au total, 12107 personnes ont été interpellées en six mois, dont 10 718 ont été placées en garde à vue. Il y a eu, selon les derniers chiffres de la Chancellerie, près de 2000 condamnations, dont 40 % à de la prison ferme, et autant d’affaires classées sans suite. 313 enquêtes pour des soupçons de violences policières ont été ouvertes par l’Inspection générale de la police nationale (IGPN). Les deux tiers d’entre elles ont été transmises à la justice, selon le ministère de l’Intérieur. 23 enquêtes concernent la gendarmerie, par le biais de l’Inspection générale de la gendarmerie nationale. Cinq ont été transmises au parquet ». L’express.fr

Le 6 mars 2019, la Haut-Commissaire aux Droits de l’Homme de l’ONU, Michèle BACHELET, a appelé les autorités françaises à enquêter sur les violences policières commises pendant les manifestations des gilets jaunes depuis mi-novembre 2018. Nous attendons toujours le résultat des 162  enquêtes judiciaires ouvertes.

Le Conseil de l’Europe a solennellement appelé la France à suspendre l’usage du LBD dans le cadre des opérations de maintien de l’ordre.

Aujourd’hui, il est plus facile de parler des violences policières aux Etats-Unis qu’en France. Le film « Un pays qui se tient sage » de David Dufresne sortira en salle le 30 septembre. Ce film nous interroge sur ce qu’est l’État, ce qu’est la violence légitime, mais aussi ce qu’est ce monopole et quelles en sont les limites.

Toujours dans le cadre des rodomontades sécuritaires, la LDH ainsi qu’un collectif regroupant le Syndicat de la Magistrature, le Syndicat des Avocats de France, Aides, Médecins du Monde, SOS addictions, etc. a fait paraitre un communiqué concernant la décision d’amende forfaitaire pour l’usage de drogues. « Nos organisations s’opposent à nouveau avec force à ce dispositif, nouvel avatar d’une posture de guerre à la drogue, dont l’échec est depuis longtemps consommé ». Les effets escomptés de ce dispositif relèvent de la pensée magique. Le nombre d’amendes prononcé entre 2007 et 2012 pour usages de stupéfiants a été multiplié par 2 sans avoir le moindre effet sur le niveau de consommation en France ni sur l’ampleur de la circulation des produits.  « Par ailleurs, seul 41 % des amendes prononcées sont actuellement recouvrées [ …] Il faudra bien qu’un jour, en France, nos responsables se confrontent à la réalité pour construire, avec les personnes concernées, les associations d’usagers et le concours des professionnel.le.sœuvrant dans ce champ, une véritable politique publique en matière de drogues, conjuguant régulation, prévention et réduction des risques. Chaque mois qui passe est du temps perdu pour la protection des jeunes, les plus exposés aux dangers des drogues, des personnes en situation d’addictions, pour une meilleure santé et le respect des droits humains ».

Oui, dénonçons l’exploitation politicienne des problématiques sociétales,  faisons connaître les réalités de violences pour les familles et les enfants qui ne sont pas traitées à la hauteur de ce qu’elles devraient être et refusons le lexique qui réduit les auteurs des violences visibles et bruyantes à des sous-hommes ! Et demandons aux « Darmanin et consorts » de nous dire comment nous devons appeler les Gafa, leur conseil de surveillance et leurs patrons qui utilisent l’optimisation fiscale, les paradis fiscaux,etc.. pour ne pas payer leur juste contribution aux traitement des problématiques sociétales !

Les plus précaires se sentiraient certainement plus inclus et compris s’ils voyaient que nos hommes politiques menaient réellement des combats pour affronter la réalité de ces problématiques complexes qui nécessitent évidemment des moyens conséquents tant en matière de justice, de police, de prévention, de protection des plus vulnérables et de respect de la dignité et des droits humains.

« Jouer avec le feu ne règle en rien la réalité de nos concitoyens »

Il s’agit certainement pour les conseillers des cabinets ministériels de faire monter la tension pour conduire à terme à une bipolarisation politique visant à faire réélire Emmanuel Macron.  Et malheureusement, comme le dénonce le collectif Alerte, moins de 1 % des 100 milliards du plan de relance est dédié aux plus fragiles. C’est de cette inégalité qu’il faut parler car dans les quartiers, les habitants et les travailleurs sociaux vivent au quotidien la contraction des politiques publiques et le désespoir social.

Jouer avec le feu ne règle en rien la réalité de nos concitoyens. Il ne suffit pas de faire un Grenelle des violences conjugales pour faire baisser le nombre de féminicides.

Tous les travailleurs sociaux vous diront qu’ils rament pour trouver des solutions, que les dispositifs sont trop souvent embolisés, que les auteurs sont souvent sans réponse pénale rapide, malgré des améliorations depuis quelques mois, que les programmes éducatifs sur la bienveillance restent bien souvent lettre morte dans les quartiers populaires.

Nous avons du pain sur la planche pour rendre notre société plus fraternelle et moins violente. Il ne faut pas s’étonner que le populisme ait de beaux jours devant lui lorsqu’il ne s’agit que d’exploiter les problématiques de délinquance et de criminalité plutôt que de les affronter dans leurs causes sociales, éducatives, psychologiques, culturelles, environnementales, territoriales, judiciaires et policières.

Jean-Luc Boéro, cadre ASE et Président de la Ligue des Droits de l’Homme, section de St-Nazaire

 

Photo : capture d’écran BFMTV direct « Gilets jaunes: Darmanin déplore « des incidents » mais se montre satisfait »

 

Note : j’ai ajouté des intertitres afin de faciliter la lecture de ce texte et mis en gras certaines phrase en début de paragraphe comme je le fais habituellement pour mes écrits.

Bien évidemment, n’hésitez pas à réagir et à donner votre point de vue

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Articles liés :

2 réponses

  1. Merci pour cet article fort bien argumenté.
    La violence institutionnelle est certainement une des premières causes de la violence qu’on nous sert tous les jours, dans tous les médias. Mais malheureusement, ce n’est que cette dernière qui retient l’attention de la majorité de nos concitoyens.
    Alors merci de dénoncer cela !
    Et continuez à ouvrir la voie avec courage et une belle énergie🙏✌

  2. Très bel article . Le discours sécuritaire recouvre en effet la destruction systématique et silencieuse de l’Etat social depuis de nombreuses années.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :