Personnes handicapées : et si vous viviez leur quotidien ? / Vers une refondation de la protection de l’enfance ?

Et si vous aviez expérimenté le quotidien d’une personne handicapée pendant le confinement ?…

Le site Made in Perpignan vous pose la question et a interrogé des personnes handicapées pour savoir comment le confinement s’était passé pour elles.

Je me déplace en fauteuil roulant et mes droits sont bafoués au quotidien depuis 40 ans” explique Christophe Riti  qui se déplace en fauteuil roulant depuis son plus jeune âge

« Tu as beau être vaillant et tenace, la société met des barrières. J’ai l’impression que la population handicapée, qui est une minorité, est largement oubliée » s’exaspère-t-il. Avant de continuer « On nous répond que les personnes handicapées restent chez elles, mais il faut prendre la problématique à l’envers, peu de choses sont faites pour nous faire sortir de chez nous. » (lire l’article de made in Perpignan)

Être handicapé accroît le risque de subir des violences, surtout pour les femmes

Les personnes en situation de handicap subissent plus d’agressions, d’injures et de menaces. C’est ce qu’indique une .étude menée  la Drees basée sur l’enquête «Cadre de vie et sécurité» établie à partir de chiffres de l’Insee et du ministère de l’Intérieur.

Dans le détail, 7,3% des personnes handicapées déclarent avoir subi au cours des deux dernières années des violences physiques et/ou sexuelles (5,1% dans le reste de la population), autant ont été exposées à des menaces (contre 5,8%), et 15,4% à des injures (contre 14,1%). (lire l’article de l’AFP publiée par Le Figaro)

La Cour des comptes préconise une refondation de la protection de l’enfance

Le pilotage de la protection de l’enfance « est jugé insatisfaisant depuis longtemps », écrit la cour, qui déplore une dégradation au cours des quatre dernières années.

L’actuel schéma « met en lumière la multiplication des instances, la difficulté de les coordonner et la dispersion des missions comme des moyens », poursuit-elle dans ce courrier. « Le principe directeur pour refonder la gouvernance d’ensemble de cette politique doit être celui de la clarification et de la simplification »

La cour préconise aussi la désignation d’un interlocuteur unique de l’Etat pour les conseils départementaux, qui pourrait être le préfet de département, afin de coordonner les services déconcentrés. (lire l’article de l’AFP  publié par Le Monde)

lire aussi

 

photo : freepik  1409847@jcomp

 

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Articles liés :

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :