2019, année électrique, mais la violence n’est pas la bonne solution.

Vous avez aimé le printemps 1968 ? Vous allez adorer l’hiver 2019.

(par Jacques Trémintin)

« Au RSA, Léo doit se contenter d’un reste à vivre de 3 € par jour. Karima se prive de repas pour permettre à sa fille de 5 ans de s’alimenter. Il fait 12° au domicile de cette famille qui n’a pas les moyens de se chauffer. « Aucune cause ne justifie de telles violences » a réagi notre Président. Mais ce n’était pas de cette violence-là, invisible et quotidienne, dont il parlait. Non, c’était à propos de celle des damnés qui ont mis le feu aux symboles de la richesse, de l’opulence et du luxe dans les quartiers huppés de la capitale en décembre. Humiliés, méprisés et avilis, ils ont « traversé la rue » pour exprimer leur rage et leur colère.

Depuis quarante ans, les gouvernements successifs cherchent à rendre notre pays attractif aux capitaux circulant à travers le monde à la recherche des meilleurs profits : réduction des impôts pour les plus riches, diminution des charges pour les employeurs, généreuses subventions aux investisseurs. Il faut bien que quelqu’un paie. Ce sont les dépenses sociales qu’il faut réduire !

Willie est maltraité par son beau-père. Le juge a décidé de le retirer de sa famille. L’ASE n’a à lui proposer qu’un « placement à domicile ». Elle a fermé ses foyers, pour faire des économies. Youssouf vient juste d’avoir 18 ans. Mineur non accompagné, son accueil vient de s’arrêter. Ses éducateurs, l’indignation au cœur, le voient s’éloigner sans aucune solution que la rue. Le 115 refuse une nouvelle fois à Karim de dormir au chaud cette nuit : plus de place. Marina est autiste. Sa maman a été contrainte d’arrêter de travailler pour la garder les six demi-journées où elle n’est pas prise en charge dans cet hôpital de jour saturé.

Non, la violence n’est pas la bonne solution. Non, les dégradations ne sont pas la bonne réponse. Non, l’émeute n’est pas la bonne réaction. Mais, que faire d’autre quand la frustration, l’injustice et l’iniquité poussent à la désespérance ? »

Jacques Trémintin

Note : Mon collègue et ami Jacques Trémintin qui écrit régulièrement dans journal Lien Social, m’a transmis la chronique que vous venez de lire. Elle a déjà été publié sur le site du journal phare des éducateurs mais comme elle est d’actualité et peut vous  » interpeller  » comme on dit. Il m’est paru utile de la publier à mon tour sur ce blog.

Photo : Thibault Nachin travailleur social engagé (n’hésitez pas à prendre connaissance de son récent compte rendu de participation à la dernière manifestation des gilets jaunes)

 

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Articles liés :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.