Les assistants sociaux scolaires vont aller en primaire.. Vivre avec le revenu de précarité active.. l’A.M.E. de la démocratie sanitaire française..

  • Une circulaire  envoie des assistants sociaux scolaires en primaire : Les assistants sociaux scolaires vont-ils devoir s’habituer à œuvrer auprès des enfants, plutôt que des adolescents ? Ce basculement est en tout cas rendu possible par une circulaire du 22 mars, du ministère de l’Éducation Nationale. Après quatre ans d’une révision générale de ses différents métiers, dans le cadre de la « refondation de l’école de la République », ce nouveau texte redéfinit les « missions du service social en faveur des élèves ». ( pour autant avec quels moyens ? En déshabillant le service rendu dans le secondaire ? Le service social en faveur des élèves rappelons-le manque déjà cruellement de postes d’assistants sociaux.)
  • « La France qui… se débrouille » : Vivre avec un revenu de précarité active« Chaque mois, c’est la même attente : scruter le calendrier et patienter jusqu’au 5, pour voir son compte en banque garni de quelques centaines d’euros. Un RSA  pour survivre, de nouveau, pendant quatre autres semaines. Parfois, l’attente se prolonge. «Si le 5 tombe un vendredi, tu sais que tu ne toucheras pas ton argent avant le mardi d’après», explicite T-J, l’un des allocataires du revenu de solidarité active que Libération a rencontrés. Aucun, sauf Chantal, n’a souhaité apparaître avec son vrai nom et prénom, ni se faire photographier. Par pudeur, par gêne, peut-être, au moment d’évoquer ce que signifie se débrouiller avec ce minimum vital.
  • Dans le Nord, le partenariat public-privé s’étend au placement des enfants mineurs. Exsangue, le conseil départemental du Nord va faire appel à des investisseurs privés pour financer une association de protection de l’enfance. Si elle tient ses objectifs, fixés par un « contrat à impact social », la collectivité la remboursera, avec intérêts. Le nombre de placements des mineurs doit-il être fonction des intérêts d’investisseurs privés ?
  • L’Aide Médicale d’État, l’âme de la démocratie sanitaire française : Plusieurs candidats à l’élection présidentielle ont inscrit la suppression de l’Aide Médicale d’État (AME) à leur programme. Présentée comme une mesure d’économie budgétaire et anti-migratoire, cette mesure idéologique qui s’attaque à la dignité humaine, est contre-productive en termes de santé publique et impacte de façon globale la relation de soin. Des praticiens hospitaliers, professeurs d’université, médecins généralistes nous proposent une réflexion sur ce sujet

et aussi

  • Grenoble : un cabinet dentaire pour les sans-abris et les sans-papiers : C’est le docteur Alexandre Sage, dentiste « altruiste » à Meylan, qui a eu l’idée voici un an d’ouvrir un cabinet solidaire, baptisé Solident. Il a obtenu une aide financière de l’Agence régionale de santé (ARS), des dons de deux associations, une subvention de la député socialiste Geneviève Fioraso, financée grâce à sa réserve parlementaire. Il est soutenu par le conseil de l’Ordre des dentistes. Il a récupéré du matériel chez des confrères partant à la retraite. Deux salariés ont été embauchés, une assistante dentaire et un médiateur sanitaire.

 

Photo : Pixabay

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s