L’accès aux droits « recule » dans les services publics.. Psy : le non-sens de la majorité pénale à 16 ans.. Vagues de solidarité avec les migrants..

  • L’accès aux droits « recule » du fait de services publics qui « s’éloignent » des usagers. C’est quand même un paradoxe alors que l’on recherche des solutions au non recours, voilà qu’il se confirme que ce sont bien les institutions dans leurs modalités d’intervention qui provoquent l’exclusion des droits notamment par découragement. Le défenseur des droits a souligné que les « services d’accueil et de renseignement » des services publics « sont moins bons et renvoient de plus en plus vers des démarches en ligne. (…) Les services publics s’éloignent, ce qui ne peut pas ne pas avoir de conséquences politiques, indépendamment de la question de l’accès aux droits »
  • Majorité pénale à 16 ans : un non-sens pour les psychiatresDr Gérard Shadili : Un jeune de 16 ans n’est pas un adulte. C’était le cas hier ; c’est toujours le cas. Pour s’en convaincre, on peut rappeler les données sur le fonctionnement cérébral de cette population. L’imagerie a démontré que jusqu’à 20-21 ans, le cortex cérébral est encore en développement. Cette zone du cerveau est impliquée dans la planification, la réflexion, le contrôle et l’inhibition des comportements. Dans les années 1970, les juges avaient conscience du caractère non-développé des mineurs.
  • Dans un village de la Loire, la haine et les clichés submergés par une vague de solidarité avec les migrants : depuis l’arrivée des migrants, contraints de quitter la jungle de Calais, un immense élan de solidarité a gagné la commune rurale et ses environs, à proximité de Saint-Étienne. Depuis trois mois, plus de 220 bénévoles, bien coordonnés par un collectif d’habitants, proposent leur aide sous des formes très variées. Au CAO de Doué-la-Fontaine, 39  migrants reprennent pied. « C’est surtout l’élan de solidarité qui est impressionnant. Plus de 150 bénévoles proposent des cours de français, récoltent des vêtements, organisent des activités culturelles ou sportives, ou du covoiturage pour aller à la préfecture, chez le médecin ou à la mosquée. »

et aussi

Advertisements

Une réflexion au sujet de « L’accès aux droits « recule » dans les services publics.. Psy : le non-sens de la majorité pénale à 16 ans.. Vagues de solidarité avec les migrants.. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s