Le décret sur la fermeture des frontières aux Etats Unis vivement dénoncés par la Fédération internationale du travail social et l’association internationale des écoles de travail social..

Deux communiqués distincts pour un même sujet. La Fédération Internationale du Travail Social s’en prend aux décisions du président des Etats-Unis Donald Trump qui ferme les frontières et provoque un certain désordre en remettant en cause de nombreux acquis sociaux. De son coté l’Association Internationale des Écoles de Travail Social (IASSW) condamne vivement  la fermeture des frontières  et les discriminations qui vont avec. L’association vous invite à témoigner face aux difficultés posées par ces mesures qui perturbent la libre circulation en direction des États-Unis. 

Déclaration de l’Association Internationale des Écoles de Travail Social (IASSW) sur l’ordonnance du président Trump

Vendredi 27 janvier, le gouvernement américain a émis un décret ordonnant l’arrêt des déplacements  pour les citoyens de plusieurs pays à majorité musulmane et la suspension de l’accueil des réfugiés. Cet ordre a touché des milliers de personnes à la fois directement, en discriminant les individus sur la base de la religion / nationalité et indirectement, car il alimente l’islamophobie et l’intolérance dans le monde entier. De plus, l’ordre exécutif des États-Unis a perturbé le programme de réinstallation de réfugiés de longue date, soutenu par le HCR, à un moment où les besoins des réfugiés et des migrants dans le monde semblent être plus grands que jamais.

L’Association internationale des écoles de travail social condamne profondément les politiques de l’État en général et l’ordre exécutif des États-Unis en particulier, qui violent le principe fondamental de l’égalité de traitement entre les personnes et les familles, sans distinction de race, de religion ou de nationalité.

En réponse à l’ordonnance exécutive des États-Unis et à divers commentaires sexistes et racistes formulés par l’actuel président des États-Unis, nous avons assisté à la réémergence dynamique d’un mouvement pour les droits civils, tant aux États-Unis qu’au niveau international.

Nous unissons nos voix à ce mouvement et aux personnes et organisations protestant contre le sexisme, le racisme et l’islamophobie. Défendre la justice sociale et la dignité de la population est le principe fondamental de l’éducation et de la pratique en matière de travail social. Nous encourageons donc les éducateurs, les praticiens du travail social, les travailleurs sociaux à utiliser au mieux leurs compétences, leurs connaissances et leur expertise afin de défendre les droits de l’homme de façon inconditionnelle et catégorique.

Nous croyons fermement que l’unité dans l’action est la meilleure façon de promouvoir les droits de l’homme et la justice sociale. C’est pourquoi nous invitons les éducateurs et les étudiants en travail social à entrer en contact avec notre association et à nous informer de la façon dont ils ont été touchés par le climat actuel aux États-Unis et comment ont-ils contribué au mouvement contre les politiques alimentant le sexisme, l’islamophobie et D’autres formes de discrimination institutionnelle. Si vous souhaitez partager vos points de vue et vos histoires, veuillez contacter le Comité des droits de la personne de l’IASSW à l’adresse suivante: humanrights@iassw-aiets.org

et voici la réaction de la Fédération internationale des travailleurs sociaux  IFSW :

« La Fédération internationale des travailleurs sociaux (FITS) est extrêmement préoccupée par les politiques mises en œuvre par le Président des États-Unis M. Donald Trump, puisque celles-ci violent visiblement les droits humains et les progrès sociaux qui ont été réalisés au cours des dernières années.

Nous, en tant qu’organisation mondiale, rejetons expressément les dernières politiques approuvées par l’administration de M. Trump qui restreignent l’entrée et le séjour des réfugiés musulmans sur le sol nord-américain. Comme l’indique  le lauréat du prix Nobel Malala Yousafzai, « aujourd’hui président Trump ferme la porte aux enfants, aux mères et aux pères qui fuient loin de la violence et de la guerre ».

Le soi-disant «interdiction musulmane» est une question qui nous semble être profondément injuste et inhumaine. Appartenir à un pays et / ou culture donnée ne fait pas de vous un suspect, délinquant ou terroriste. En tant que travailleurs sociaux, nous craignons que cette «imaginaire collectif» se développe de plus en plus au sein de la société. Cela ne peut qu’approfondir la violence, l’intolérance, le racisme, la xénophobie et la discrimination par les confessions religieuses. Ainsi, nous demandons au Gouvernement des États-Unis d’Amérique pour relancer les politiques engagées par le passé pour la protection des réfugiés, quelle que soit leur race, de nationalité ou de religion.

Nous sommes également préoccupés d’autres sujets couvrant les domaines des droits LGBTQ, le changement climatique et les options de traduction en langue espagnole, qui ont tous ont été retirés de la page web officiel de la Maison Blanche. Ce sont, encore une fois, ces mesures mises en œuvre par le président Trump  qui sapent assurément les droits humains et la liberté d’information et de la parol avec  un impact direct sur la démocratie non seulement comme un moyen de gouverner, mais aussi comme un mode de vie.

La Fédération internationale des travailleurs sociaux (FITS) favorise la solidarité et l’unité de tous les êtres humains sans distinction de race, l’origine ethnique, la classe sociale, le sexe, l’orientation sexuelle, l’idéologie politique et mode de vie. FITS défend aussi le respect envers la pluralité des voix, la liberté d’expression et la liberté de circulation des êtres humains à travers le monde. Par conséquent, en présence de mesures qui endommagent profondément le concept réel et effectif de la démocratie comme mode de vie, embrassant des valeurs telles que le respect, la solidarité, la citoyenneté, droits de l’homme, la liberté de culte, l’orientation sexuelle, les droits des femmes: nous ne peut pas garder le silence.

Notre solidarité la plus sincère va à ceux qui subissent directement les conséquences de ces politiques gouvernementales.

« Last but not least », nous voulons rappeler les paroles de Mary Wollstonecraft: «Le monde n’a pas besoin de la charité, mais la justice! »

Délivré par,

Dra. Silvana Martinez
FITS Présidente IFSW de la région américaine, des Caraïbes de Latine

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s