Bonne Année à toutes et à tous ! Une bonne résolution pour 2017: Tenir bon !

Je ne peux que vous souhaiter une bonne année à tous bien que 2017 soit une année à risques pour les plus fragiles et les travailleurs sociaux qui les accompagnent. En effet la campagne électorale qui s’annonce risque une nouvelle fois de chercher des boucs émissaires forts utiles pour certains candidats qui sont prêts à utiliser les arguments les plus démagogiques qui soient pour démontrer que le système social français est à reconsidérer car « beaucoup en profitent ». Une majorité de Français se prononce désormais pour une diminution de certaines aides sociales. A nous de tenir bon ! Pourquoi ? Voici quelques explications…

La solidarité et la cohésion sociale  ne font plus vraiment recette.  Une étude BVA nous  appris que l’une des principales inquiétudes vient des mouvements de population : 8 Français sur 10 se disent préoccupés par les migrations des populations des pays pauvres vers les pays riches (80%), une préoccupation en progression de 10 points depuis 2014. Parmi eux, près de la moitié se disent même « beaucoup » (+7 points, à 45%). Voilà pour le premier point. Que cette inquiétude soit justifiée ou non, un premier constat peut être posé : cette inquiétude est bien là.

Nous sommes aussi confrontés à une multiplication de fausses informations qui vont souvent dans le même sens : Ainsi, alors que le contraire à été maintes fois prouvé, des enquêtes pouvant être considérées comme tendancieuses (Ifop pour le magazine Valeurs Actuelles,) 67% des Français estiment que l’on en fait plus pour les immigrés que pour eux. Tous ou presque sont aussi persuadés que leur voisin perçoivent à tort des aides sociales et trichent sur leurs revenus. BFM TV précise que « Jamais les Français n’ont autant vécu des aides sociales« . Une bonne raison pour les diminuer ou en supprimer certaines ?

Nous sommes face à un curieux paradoxe : Avant 2008, deux Français sur trois se déclaraient compatissants à l’égard des pauvres bénéficiaires en priorité des aides sociales et ce sentiment progressait en période de crise, comme en 1993. L’opinion s’est durcie et entre 2008 et 2014, seul un Français sur deux se déclarait encore compatissant. Citons encore cet article de 20 minutes sur ce sujet «Aujourd’hui, ce que les Français trouvent détestable chez les pauvres, c’est qu’ils puissent être assistés», explique le sociologue Vincent Tiberj. «L’idée qu’ils ne font pas d’efforts et même, qu’ils profitent de la situation, se développe.» Une enquête du Credoc l’avait confirmé : en 2014, 76 % des Français pensaient qu’il était plus avantageux de percevoir des minima sociaux que de travailler avec un bas salaire. Et, pour la première fois, une majorité de citoyens estimaient que le RSA incite les gens à ne pas chercher de travail.

La bonne nouvelle est peut être ce léger retournement de situation, retournement fragile certes mais cela nous montre toute l’ambiguïté de nos concitoyens ( à moins qu’ils soient victimes des sondeurs qui selon les questions posées peuvent faire dire une chose et son contraire) . Toujours selon les études de la DREES reprises par 20 minutes, « Les Français veulent plus de solidarité (et c’est une nouveauté)« 

Que penser de tout cela ? Rien n’est acquis et les débats vont sans doute repartir de plus belle. C’est pourquoi mon vœux le plus cher est que nous tenions bon, tous, collectivement,  en tant que travailleurs sociaux et que nous ne soyons pas perméables aux sirènes de certains libéraux qui verraient très bien une diminution des aides sociales et du soutien des plus fragiles au nom de la lutte contre « l’assistanat ». Assister ceux qui en on besoin reste une belle mission. Ne nous leurrons pas. Certes le monde change, mais l’histoire nous a appris que ce sont toujours les plus modestes qui paient le prix fort des bouleversement économiques et sociaux lorsqu’ils surviennent. C’est pourquoi je nous souhaite de tenir bon, dans nos missions et dans nos convictions pour que la solidarité ne devienne pas qu’une simple prestation de service auxquels seuls certains auraient droit alors que d’autres en seraient exclus. Il nous faut continuer de revendiquer « l’universalisme » de nos missions qui ne peuvent s’adresser qu’à une seule catégorie de la population selon notamment sa nationalité. Le travail social s’adresse à tous, avec une attention plus particulière en direction de celles et ceux qui ne disposent pas de moyens d’existence dans la dignité.

Tout cela aussi pour vous souhaiter une Bonne année 2017, Bonne rentrée, et de Bonnes Solidarités !

Publicités

Une réflexion au sujet de « Bonne Année à toutes et à tous ! Une bonne résolution pour 2017: Tenir bon ! »

  1. bonjour et bonne année à tous, je rappelle le petit bouquin d’ATD Quart Monde 2017 « en finir avec les idées fausses sur les pauvres et la pauvreté »
    entre ce que les politiques disent pour aller dans le plus mauvais sens qui soit et ce qu’ils font il y a une marge, même en ce qui concerne les aides sociales ! mais qu’ils le fassent ! qu’ils osent supprimer les « aides sociales » et tout ce qui s’en suit … qu’ils assument !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s