En bref : 4 SDF racontent… où aller si on n’a plus rien ?

  • Quatre SDF d’Évreux racontent leur quotidien : « Qu’il pleuve ou qu’il gèle, les sans-domicile-fixe  sont renvoyés à la rue tous les matins à 9 h. Une situation peu enviable pour tous, et surtout pour Guyguy et Nana. La première est enceinte de sept mois et demi, la seconde a deux enfants. À 9 h commence pour elles une journée d’errance… et d’angoisse. Sur le même sujet ne manquez pas le « Plan Marshall en Haute-Garonne pour les sans-abri » qui apporte des précisions sur le mouvement des salariés du 115 à Toulouse.
  • L’ANAS réfute les arguments du département du Haut-Rhin qui conditionne le versement du RSA à 7 heures de bénévolat par semaine Le RSA est le dernier filet de protection pour les personnes qui n’ont plus aucun revenu. Considérer que celui-ci doit être conditionné à une activité non rémunérée alors que la très grande majorité des allocataires souhaite travailler et percevoir un salaire est une nouvelle violence imposée et un déni de la problématique que rencontrent nos concitoyens les plus fragiles et de la réalité économique de notre pays. 
  • Bobigny : au cœur du tribunal pour enfants.  Sandra, bébé de 6 mois en danger ? Les services sociaux sont très inquiets. « Quand la réponse tarde, la situation est plus difficile à gérer » « Quand vous réussissez à persuader  quelqu’un de se faire soigner et que pour une prise en charge au centre médico-psychologique il y a 8 à 12 mois de délai, quelle crédibilité a-t-on ? »Chez les éducateurs aussi le malaise est palpable. « On se demande parfois si les mesures qu’on applique ne sont pas plus maltraitantes que les parents eux-mêmes », s’inquiète l’un d’eux.
  • Hôpital : où aller quand on n’a plus rien ?  : « A l’assistante sociale de prendre le relais »

 

photo : wonderferret  homeless Queen Street , Auckland. Prise le 5 février 2007 Certains droits réservés

Publicités

Une réflexion au sujet de « En bref : 4 SDF racontent… où aller si on n’a plus rien ? »

  1. Dans le dernier article « c’est à l’assistante sociale de prendre le relais »… quand les situations sont sans issues on renvoie vers l’assistante sociale qui pourrait trouver une solution magique.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s