3 réflexions au sujet de « La tirelire des mauvaises pensées, un outil pour résister à la pression managériale »

  1. Salut Didier. Ce que tu exprimes là me paraissent être des stratégies défensives qui semblent sous entendre que les formes de la domination qui s’exercent sont hégémoniques. Je crois qu’il est utile de se souvenir que les directives perçues comme inadaptées ou contre productives émanant de l’encadrement lui même soumis à pression, sont à intégrer comme des rapports de force qui ne sont pas joués d’avance et dont l’efficace tient justement à la faiblesse ou l’absence de résistance en face. Dès lors que pense qu’il ne faut pas oublier l’importance de prendre le temps de penser, de construite individuellement et collectivement l’analyse des orientations qui sous tendent les injonctions reçues, Je crois que le fait de produire tout à fait officiellement et dans le cadre des instances institutionnelles cette analyse, les effets pervers sur les pratiques, les professionnels, les usagers, le fonctionnement institutionnel, la politique visée elle même affaiblit forcément les positions adverses et rétablit aux yeux de tous le fait qu’il ne s’agit en rien d’évidences qui s’imposent mais de choix qui sont discutables et que tous ont, à bon droit et de leur place, compétence à discuter. Résister c’est aussi exister!

    J'aime

    1. Bonjour Patrick,

      Cet article ne vise qu’à aborder la gestion des émotions et du stress que peut provoquer un management qui fait pression sur le professionnel. Une fois ce stress géré, mis à distance, il reste possible d’analyser ce qui se joue. Loin de moi l’idée d’accepter et de subir. Il s’agit plutôt de mettre de coté la ce qui peut paralyser le travailleur social. C’est dans un second temps qu’une analyse et une stratégie d’action peut être mise en oeuvre avec des arguments portés par la raison et dégagé des émotions qui peuvent avoir un effet paralysant ou empêchant d’y voir clair dans ce qui se joue… Et bien sûr tu as tout à fait raison : surtout ne « pas oublier l’importance de prendre le temps de penser, de construite individuellement et collectivement l’analyse des orientations qui sous tendent les injonctions reçues »,

      Amitiés

      Didier

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s