« Le voyage de la mort », un communiqué de l’IFSW

Voici la traduction d’un communiqué publié le 5 janvier par l’IFSW.  « Un écart de seulement trois kilomètres entre la vie et la mort sépare la Grèce et la Turquie, entre la partie continentale de la Turquie près d’Izmir et  l’île grecque de Lesbos, entre l’Asie et l’Europe. Cet espace est maritime, c’est la mer Egée. En été, c’est une célèbre région de vacances, en hiver un endroit calme. Tout a changé désormais.

« Les foules qui remplissent la région sont composées de personnes désespérées qui tentent d’échapper à la guerre, la violence, la terreur et la pauvreté qui en résulte et le désespoir qui existe dans les camps de réfugiés.  Il y a aussi des personnes qui sont seulement tolérées en Turquie ou dans d’autres pays limitrophes. La mer est rempli de bateaux – pas pour le plaisir de vacances mais pour essayer de s’échapper en prenant des risques avec des bateaux surchargés afin d’atteindre la côte promise. Encore une fois les gens se noient, 34 pertes aujourd’hui sont à déplorer et encore ce n’est seulement que le nombre de cadavres  qui ont été rejeté par la mer sur la rive.

Que fait l’Union européenne ? Elle permet la fermeture des postes frontaliers, la construction de clôtures, appelant à plus de contrôle, elle offre de l’argent à la Turquie pour que cesse l’exploitation des êtres humains et pour qu’elle garde les réfugiés dans le pays. Tout cela ne fonctionne pas !

Les réfugiés tentent encore et toujours d’entrer dans l’Union Européenne, en prenant le risque de partir sur des bateaux, mais aussi en partant  pour un long voyage via la route des Balkans dans froid et la neige.

Nos  sociétés vont-elle comprendre que l’on ne peut  obtenir de gens désespérés qu’ils attendent ? Il existe une seule façon de trouver des solutions en agissant humainement. Il s’agit de se concentrer sur l’amélioration de la situation dans les pays où les réfugiés arrivent et tenter de trouver des circonstances non seulement supportable, mais prospères dans nos pays «riches» pour rendre un avenir possible pour ces personnes, les familles avec leurs enfants.

Quelle est la leçon à retenir de tout cela ? Non ce n’est pas glorieux d’avoir pour objectif de tirer des profits de la vente d’armes aux parties en conflit.  N’est ce pas plutôt en prenant en considération les besoins des personnes, le partage et la sauvegarde de l’avenir pour tous? Si nous voulons tous trouver des solutions, nous le pouvons et il y aura des moyens de gérer cela, c’est certain ! Bien évidemmennt nous souhaitons que cela puisse se mettre en place en cette année 2016 ! »

Photo : Oğuzhan Ali  #Syrian #refugee breaks out in tears of joy, arriving on the island of #Kos in #Greece on 15 August by#DanielEtter 
Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s